background preloader

TRAVAIL ECONOMIE

Facebook Twitter

L’immigration, une chance pour la France. Interview de E.M.

L’immigration, une chance pour la France

MOUHOUD réalisée par Pascal Greboval. Immigration (10) : pour la libre mobilité des travailleurs. Par Francisco Moreno. « Pendant très longtemps en Europe les conséquences de l’émigration préoccupèrent beaucoup plus que celles liées à l’immigration. » Hans Magnus Enzensberger « Le déclenchement de la Première Guerre mondiale en 1914 a marqué la fin de la mondialisation contemporaine.

Immigration (10) : pour la libre mobilité des travailleurs

Les migrations internationales, leurs dynamiques et leurs effets: sortir des idées reçues. Introduction 2.

Les migrations internationales, leurs dynamiques et leurs effets: sortir des idées reçues

Des flux de migration de personnes de plus en plus qualifiées3. Regardez en avant-première le documentaire "Le Véritable Coût de l’immigration" Voir la vidéo Pour des raisons de droits concédés à France Télévisions, cette vidéo n'est pas disponible depuis votre position géographique.

Regardez en avant-première le documentaire "Le Véritable Coût de l’immigration"

Par Francetv info Mis à jour le , publié le L’idée dominante veut que les immigrés soient coupables de notre déficit budgétaire. Ils n’apporteraient rien, ou pas grand-chose, à notre économie, mais recevraient beaucoup de la part de l’Etat. Oui, les migrants et réfugiés représentent une chance pour l’économie et les salaires. La crise des migrants entraîne malgré elle son lot d’idées reçues.

Oui, les migrants et réfugiés représentent une chance pour l’économie et les salaires

Le marxisme et l’immigration des prolétaires. Le phénomène de l’immigration des prolétaires n’a rien de nouveau et les marxistes ont abondamment traité ce thème, à commencer par Engels lui-même dès 1845 dans son livre sur «La situation de la classe laborieuse en Angleterre».

Le marxisme et l’immigration des prolétaires

Marx en parle dans Le Capital, entre autres dans le passage suivant: Archive de la revue Études marxistes. Tables des matières des volumes publiés sur ce site.

Archive de la revue Études marxistes

Pour vérifier la disponibilité d'un numéro, prière de consulter le Sommaire. Études marxistes 99/2012 7,5 € |top| Introduction : « Si quieres ganar, lucha sin descansar » Herwig LerougeLa lutte contre le gouvernement Di Rupo à l’automne de 2011 et au printemps de 2012Joris Van GorpLa montée en puissance des pays émergents du Sud face aux défis de la mondialisation contemporaineSamir AminLa démondialisation, la nouvelle grande alternative de gauche ? Pol De Vos et Henri HoubenInterview de Samir Amin : « La gauche radicale doit être plus audacieuse »Ruben RamboerQuelques considérations sur la nationalisation d’YPF par l’Argentine Viviana Hunter et Alfred HunterÀ propos de la découverte de la particule de Higgs Dominique Meeùs et Jean PestieauPourquoi la particule de Higgs est importanteMatthew J.

Migrations: le prix que paye l'Europe pour se barricader - Europe. The Migrant Files, l’enquête sur le coût des migrations, est signée par un collectif de journalistes européens spécialisés dans les questions de migration.

Migrations: le prix que paye l'Europe pour se barricader - Europe

Leur enquête porte sur le coût humain et financier de l'immigration. D'abord, pour les candidats qui risquent leur vie pour « passer » en Europe, dépouillés par les passeurs qui ont fait un business de ces traversées périlleuses : selon The Migrant Files, au moins 16 milliards d'euros ont été dépensés depuis 2000 par les migrants pour venir jusqu'en Europe. Les immigrés rapportent plus qu'ils ne coûtent à l'économie française. Tordre le coup aux idées reçues qui polluent le débat sur l’immigration.

Les immigrés rapportent plus qu'ils ne coûtent à l'économie française

C’est l’objectif de la trentaine de parlementaires français qui ont rendu leur audit sur la politique d'immigration française mercredi. Les économistes interrogés dans ce cadre sont formels: les immigrés rapportent plus qu’ils ne coûtent à l’économie française. Décryptage à partir de quatre idées reçues. 1) La France accueille «la misère du monde» : FAUX - Pour démonter cette idée reçue, l’économiste Mouhoub El Mouhoub s’appuie sur le taux d’expatriation, qui mesure la part des expatriés d’un pays par rapport à sa population. Roumains, Bulgares : non, ils ne viennent pas en France pour les aides sociales. C’est la nouvelle rengaine entonnée en chœur par plusieurs leaders européens.

Roumains, Bulgares : non, ils ne viennent pas en France pour les aides sociales

Les immigrés de l’Union européenne – enfin, des pays les plus pauvres de l’UE, donc des pays les plus à l’Est dans l’UE – viendraient poser leurs bagages dans la vieille Europe, profitant de la liberté de circulation qu’elle leur offre, pour lézarder aux frais de la princesse. Ce « tourisme de prestations sociales » serait essentiellement le fait des Roumains et des Bulgares, et plus particulièrement des Roms, selon les ministres de l’Intérieur du Royaume-Uni, des Pays-Bas, de l’Allemagne et de l’Autriche dans une lettre commune envoyée à la Commission européenne en avril dernier.

Ils y réclamaient la possibilité d’interdire de territoire les citoyens européens qui commettraient une fraude aux prestations sociales. Les récents propos de Manuel Valls sur l’absence de vocation des Roms à s’intégrer à la société française sont du même tonneau. Protection sociale et immigration: les chiffres contre les clichés. Dans votre étude, vous allez à l'encontre d'une idée très répandue, selon laquelle l'immigration coûte cher à la France.

Comment parvenez-vous à ce résultat? Nous avons regardé sur une année - en l'occurrence, 2005 - ce que la population immigrée apportait aux finances publiques et ce qu'elle représentait en termes de dépenses. Il est vrai que les immigrés non communautaires recourent plus fréquemment que les natifs aux aides au logement (34 %, au lieu de 13,7 %), aux allocations familiales (35 %, au lieu de 24,3 %) et à l'assurance chômage (19 %, au lieu de 11,7 %). Mais, a contrario, ils perçoivent moins de prestations liées à la santé ou à la retraite. Et ils paient des cotisations sociales et des impôts sur le revenu, les taxes sur la consommation (TVA) et les impôts locaux entre autres taxes. Pouvez-vous préciser l'origine de ce solde positif? Les immigrés, fardeau ou manne économique ? Les immigrés stimulent la croissance. Quand l'immigration va, tout va. «Quand General Motors éternue, l'Amérique s'enrhume», «Quand le bâtiment va, tout va»: les économistes, comme les agriculteurs, ont leurs maximes.

Si cela ne tenait qu'à lui, Angel Gurria, secrétaire général de l'OCDE, en créerait bien une nouvelle: «Quand l'immigration va, tout va.» Les descendants d'immigrés plus exposés au chômage que les immigrés. Les descendants d'immigrés non européens sont plus exposés au chômage que les immigrés eux-mêmes, avec un taux de 24,2 % alors qu'ils sont pour la plupart des Français, constate un rapport du Haut Conseil à l'intégration (HCI). "Bien qu'ayant suivi un parcours scolaire en France, et [étant] le plus souvent de nationalité française, les descendants d'immigrés rencontrent souvent plus de difficultés pour accéder à l'emploi", observe cet "avis" commandé par l'ex-premier ministre François Fillon.

Selon ce document intitulé "Intégrer dans une économie de sous-emploi", mis en ligne par le HCI, "le taux de chômage des immigrés provenant d'un pays tiers à l'UE est plus du double de celui des Français nés de parents eux-mêmes français, 20,2 % contre 8,7 %", note le rapport. Pour les économistes l’immigration n’est pas un problème. La France est-elle confrontée à une vague d’immigration légale massive, comme certains acteurs de la campagne le prétendent ?

En 2008, notre pays comptait 5,2 millions d’immigrés, soit l’équivalent de 8,4% de sa population (10,6% si on intègre également les Français nés à l’étranger). A l’heure actuelle, ce sont environ 200 000 ressortissants étrangers qui s’établissent chaque année en France. Immigration : Claude Guéant institutionnalise le « racket d’État » Dissuader les demandes de régularisation en les faisant payer au prix fort, il fallait y penser.

C’est désormais la logique à l’œu­vre depuis le 1er janvier et l’application de la loi de finances 2012. Passé ina­perçu lors des débats parlementaires, un article du budget de l’État a ainsi modifié le Code de l’entrée et du séjour des étrangers et du droit d’asile (CESEDA). Il crée une nouvelle taxe pour les personnes sans-papiers, en majore d’autres, et fait exploser le prix d’une procédure de régularisation. Lorsqu’elle demande à régulariser sa situation, une personne sans-papiers doit désormais régler au préalable une taxe de 110 euros à la préfecture. Pour les économistes l’immigration n’est pas un problème. Xavier Chojnicki & Lionel Ragot 17 Avril 2012.

L’impact de l’immigration sur les salaires est, au pire, marginal. Bernard Girard. Pourquoi l'immigration est une chance pour nos entreprises, Points de vue. Immigration Travail. Introduction. Daniel Balavoine répond à un raciste. L'immigration, parlons-en ! Immigration : l'UMP se penche sur la question.

Il faut les sélectionner sur leur métier

Devraient travailler pour leur pays. Coutent plus qu'ils ne rapportent. Causent le chomage. Volent le travail. Baissent les salaires. Ils nous prennent notre travail ! - une vidéo Actu et Politique. Detracteurs.