background preloader

Envies

Facebook Twitter

716e | Taylor Guitars. Shape Grand Symphony Price $3,698 US MSRP Number of Strings 6 Back/Side Wood Indian Rosewood Scale length 25-1/2" Top Wood Sitka Spruce Body Length 20" Electronics Expression System 2® Body Width 16 1/4" Cutaway None Body Depth 4 5/8" Nut & Saddle Tusq Nut/Micarta Saddle Neck Width 1-3/4" Neck/Heel Tropical Mahogany Bracing Forward Shifted Pattern with Relief Rout Fretboard Wood Ebony Fretboard Inlay Heritage Diamonds Headstock Overlay Indian Rosewood Binding Grained Ivoroid Bridge Inlay None Bridge Pins Ebony Tuners Taylor Nickel Truss Rod Cover Indian Rosewood Back/Side Finish Gloss Top Finish Gloss Neck Finish Satin Pickguard Tortoise Case Taylor Deluxe Hardshell Brown Number of Frets 20 Armrest Binding None Back Config 2-piece No Wedge Backstrap Wood None Backstrap Finish None Brand of Strings Elixir Phosphor Bronze Medium Buttons Nickel Edge Trim None Fingerboard Ext None Fretboard Binding Grained Ivoroid Heel Cap Binding Grained Ivoroid Heel length 3-1/2" Peghead Finish Satin Peghead Inlay None Peghead Type Standard.

Nikon 1 J5. Le Nikon 1 J nouvelle formule est arrivé ! La cinquième génération du petit hybride à capteur 1" de Nikon rompt franchement avec ses aînés : nouvelle robe, nouveau processeur, nouveau capteur, nouvel écran orientable, nouvelles fonctionnalités, nouvelle ergonomie. Ce Nikon 1 J5 fleure bon le renouveau et pourrait bien devenir le meilleur atout de Nikon pour enfin percer dans la jungle impitoyable des hybrides de poche à moins de 500 €. Dans ses nouveaux habits de simili-cuir et de métal anodisé, le Nikon 1 J5 est tout mignon tout plein, et parvient sans mal à rivaliser niveau élégance avec un Lumix GM1, ce qui n'est pas la moitié d'un compliment. Il gagne en maturité esthétique et perd cet aspect encore un peu "jouet" de ses aînés, abandonnant également au passage le sacrosaint blanc nacré qui était jusqu'alors la signature des Nikon 1.

Heureusement pour le Nikon 1 J5, l'évolution physique n'a pas qu'une justification esthétique mais aussi pratique. Fujifilm X-A1. Alors que Fujifilm se distingue de tous les autres constructeurs en adoptant un capteur X-Trans à la technologie maison singulière, alors que cette même marque n'a eu de cesse de démontrer sa légère avance qualitative depuis son introduction sur le X-Pro 1, la surprise à été grande lors de l'introduction du petit X-A1. Sa spécificité ? Il s'agit ni plus ni moins qu'un X-M1 étant pourvu d'un capteur CMOS classique, le même APS-C de 16 millions de pixels que nous retrouvons un peu partout chez tout le monde, aussi bien dans des compacts experts que dans des reflex et des hybrides. En proposant un nouveau complice photographique de fait plus abordable que ses grands frères, Fujifilm n'y perd-il pas un peu de son âme ?

Le X-A1 partageant son châssis avec le X-M1, il n'y a pas de mauvaises surprises. Le X-A1 reprend les qualités de son faux jumeau... mais aussi ses défauts. La rafale s'établit à 5 images par seconde en JPG sur 70 photos, de quoi voir large, très large. Panasonic Lumix GF6. Poursuivant son opération de "charme geek" tous azimuts, Panasonic renouvelle son Lumix G hybride d'entrée de gamme. Le GF6 se voit doter d'une multitude de bonus technologiques qui, s'ils existent depuis longtemps, une fois regroupés sous un seul et même compact, risquent de rendre jaloux plus d'un hybride haut de gamme. Les années passent et l'érosion fait son œuvre. Génération après génération, la bosse du flash est rabotée au point de se retrouver sur le GF6 à la même altitude que la molette de sélection des modes.

Un rapide tour du propriétaire permet de se rendre compte qu'il ne s'agit pas de la seule évolution stylistique : la petite poignée avant perd un peu en largeur, le repose-pousse arrière gagne une échancrure plus marquée (donc fournit une meilleure accroche), les différents boutons de commande sont légèrement redessinés. Et pour cause : sous ses airs de continuité, le GF6 est un concentré de nouveautés. Le Lumix GF5 était très bon en réactivité. Montée ISO JPG.

Panasonic GM1. Après un modèle haut de gamme réussi (le GX7 testé dans nos colonnes), Panasonic enfonce le clou de sa gamme Micro 4/3 avec un modèle miniature, le GM1, qui conserve pour autant les avantages des boîtiers à objectifs interchangeables de la marque. «Tout ce qui est grand est charmant, tout ce qui est petit est mignon» annonce le dicton.

Les appareils photo de Panasonic semblent coller à cette maxime. S'il est vrai que nous avons été charmés par le GX7, il faut bien avouer que nous avons également trouvé le GM1 bien «mignon». À la première prise en mains, difficile d'imaginer que le GM1 que nous manipulons est à objectifs interchangeables. La finition est d'un bon niveau, même si le simili-cuir qui sert de revêtement manque un peu d'adhérence. Bon point, le GM1 fonctionne à la fois avec un obturateur mécanique (1/500 s max) et un obturateur électronique qui offre l'indéniable avantage de proposer un déclenchement totalement silencieux. Le capteur du GM1 est identique à celui du GX7. Archos 50 Diamond. Jusqu'ici, Archos n'a pas ménagé ses efforts pour faire une percée significative sur le marché très encombré des smartphones de milieu de gamme.

Avec le 50 Diamond, il tient enfin un modèle de référence, qui fera date à son niveau. Si vous avez lu notre récent compte-rendu du dernier Mobile World Congress 2015, vous savez déjà que de nombreux smartphones de milieu de gamme très séduisants sur le papier vont débarquer d'ici la fin du deuxième trimestre. Pourtant, malgré ces annonces en cascade, aucun constructeur n'a réussi à promettre autant que Archos avec son 50 Diamond présenté en janvier, lors du CES de Las Vegas. Surtout que l'Archos 50 Diamond est disponible au prix public conseillé de 199 €.

En matière de design, le smartphone ne se démarque pas outre mesure, mais profite tout de même d'un rendu général tout à fait convaincant. Si sa version noire affiche des lignes très classiques, celle qui se pare d'un jaune vert fluo ne passera pas inaperçue. Gs mini taylor acajou.