background preloader

Impression 3D Medecine

Facebook Twitter

Impression 3D extrêmement réaliste d’une mâchoire. Cette semaine au salon international d'odontologie à Cologne, en Allemagne, la société Stratasys s'est fait remarquer avec la reproduction d'une mâchoire, qui d'après les professionnels, semble très fidèle.

Impression 3D extrêmement réaliste d’une mâchoire

C'est avec son imprimante Objet260 équipée de sa technologie brevetée "triple-jet" de la série Dental (spécialisé dans le secteur dentaire) que la société parvient à ce résultat. Fabrication de prothèses dentaires par fabrication additive. L’impression 3D au service d’opérations pour le cœur. L'impression 3D va-t-elle changer le monde ? Comme tous les ans, le Consumer Electronic Show (CES) de Las Vegas a lancé l'année high-tech en beauté, avec son lot d'innovations et la présence remarquée de la délégation française, portée par le mouvement French Tech.

L'impression 3D va-t-elle changer le monde ?

Bien sûr, l'année 2015 confirme le fort potentiel des objets connectés, mais ils n'étaient pas les seules stars du salon. On a notamment pu y découvrir une multitude d'imprimantes 3D, dont certaines destinées au grand public. La démocratisation de cette technologie est en marche, et elle s'apprête à bouleverser nos vies, comme l'ont fait avant elle des innovations telles que l'ordinateur personnel ou le téléphone portable. C'est tout sauf un phénomène de science-fiction. Un coeur imprimé en 3D sauve la vie d'une petite fille.

La fillette est née avec une malformation cardiaque.

Un coeur imprimé en 3D sauve la vie d'une petite fille

Mina Khan a pu retrouver une vie normale grâce à une imprimante 3D et l'investissement des médecins de l'hôpital St Thomas à Londres. Le cœur de la petite fille affichait un trou sur la paroi entre les deux ventricules, empêchant l'organe de pomper correctement le sang, selon BBC News. Mina présentait donc des difficultés à respirer, était souvent très fatiguée, ne pouvait pas s'alimenter normalement et ses cheveux ne poussaient pas.

Mais l'opération pour remédier à ces lourds problèmes de santé était presque impossible, la trop petite taille de l'organe rendant la pose d'un patch sur la paroi trouée très risquée. Perfectionner la procédure Les médecins ont donc conçu un cœur en 3D, réplique exacte de celui de la patiente, incluant donc le même défaut. Bionico : La French Touch de l’impression 3D ! Nicolas Huchet, un jeune Rennais, a tragiquement perdu sa main lors d'un accident de travail en Avril 2002.

Bionico : La French Touch de l’impression 3D !

Par la force des choses, il a dû s’adapter à sa nouvelle situation mais de nombreux gestes simples étaient devenus compliqués voire impossibles. En Octobre 2012, Nicolas a découvert le fablab de Rennes dans lequel se trouvait une imprimante 3D et il a très vite essayé d’imaginer comment cette formidable machine pourrait l’aider à fabriquer une prothèse de main robotisée beaucoup moins chère que celles vendues plusieurs milliers d’euros par des professionnels.

" En me promenant dans les rues de Rennes, je suis passé devant une exposition organisée par le FabLab où d’étranges machines, sorties tout droit d’un film de science-fiction, déposaient des couches de plastique sur une plateforme : des imprimantes 3D !!! " déclare Nicolas. Les Makers locaux étaient enthousiasmés et très excités par le projet de Nicolas et ni une, ni deux, le projet était lancé. Netvibes – Social Media Monitoring, Analytics and Alerts Dashboard. Des prothèses de trachées imprimées en 3D grâce à MakerBot. Depuis un peu plus d’un an, l’équipe de l’Institut de Recherche Médicale de Feinstein, dans la banlieue de New-York, travaille sur le développement de trachées sur-mesure à partir de cartilage issu de patients, afin de réparer ou même remplacer cette organe indispensable à la respiration.

Des prothèses de trachées imprimées en 3D grâce à MakerBot

Le Dr. Daniel Grande et Todd Goldstein de l’Institut Feinstein. Bien que les chercheurs connaissent déjà la formule pour fabriquer du cartilage, à partir d’un mélange de cellules appelées chondrocytes, de nutriments pour les nourrir et de collagène pour maintenir le tout, la difficulté réside principalement dans la création d’une forme aux mesures du patient. Mais c’est là que l’impression 3D tire son épingle du jeu. Technologie : un chirurgien sauve un bébé grâce à un coeur en 3D. Une prothèse imprimée en 3D pour transformer les enfants en super-héros. Si l’impression 3D peut sauver la vie d’un bébé, elle peut également redonner le sourire aux enfants amputés.

Une prothèse imprimée en 3D pour transformer les enfants en super-héros

Fécondation in vitro : des Français réalisent une impression 3D d'un embryon. C'est une possible révolution pour les parents faisant appel à la fécondation in vitro (FIV) : des chercheurs du CHU de Montpellier ont en effet, pour la première fois, réalisé une impression 3D d'un embryon, annonce Atlantico.fr.

Fécondation in vitro : des Français réalisent une impression 3D d'un embryon

Cette impression va se révéler particulièrement utile au moment de la "sélection" de l'embryon à implanter : dans le cadre d'une FIV, plusieurs embryons sont en effet créés pour maximiser les chances d'implantation dans l'utérus. Jusqu'à présent, toutefois, il restait ardu pour les scientifiques de déterminer l'échantillon le plus viable, puisque cette sélection se fait au niveau de l'infiniment petit et qu'un embryon ne pouvait être observé que sur un plan, via un microscope.

Une impression 3D de son cerveau a bien aidé un bébé. Deux modèles d'un cerveau d'un patient, réalisés avec des matériaux différents et destinés à l'équipe chirurgicale qui pourra s'exercer avant l'intervention. © Boston Children’s Hospital Une impression 3D de son cerveau a bien aidé un bébé - 2 Photos La nouvelle, diffusée par le magazine The Verge, fait sensation : le petit Gabriel, un bébé de cinq mois, a pu être sauvé d’une crise épileptique gravissime, survenue au début de cette année, grâce à une opération complexe où une imprimante 3D a joué un rôle crucial.

Une impression 3D de son cerveau a bien aidé un bébé

Comment ? Parce qu'une équipe de l’Hôpital des enfants de Boston (Boston Children’s Hospital) a réalisé un modèle en plastique très précis du cerveau de l’enfant avant de pratiquer une hémisphèrectomie. Cette intervention, lourde et délicate, consiste à extraire ou à déconnecter complètement un hémisphère. Le gouvernement américain lance une bibliothèque publique pour le partage de données médicales imprimables en 3D. L’impression 3D va-t-elle révolutionner la médecine avant l’industrie ? C’est ainsi qu’il y a quelques jours, l’enseigne de bricolage Leroy Merlin a inauguré à Paris les premiers « ateliers 3D » et a également ouvert à Angers un espace dédié, permettant aux clients de concevoir leur objet sur un logiciel et de l’imprimer en 3D.

L’impression 3D va-t-elle révolutionner la médecine avant l’industrie ?

Côté matériel, on trouve aujourd’hui d’excellentes imprimantes 3D grand public à moins de 1000 €. Quant au marché mondial de l’impression 3D, il devrait passer, selon les dernières prévisions publiées par Canalys Research, de 3 milliards d’euros cette année à 12 milliards d’euros à l’horizon 2018. Mais si l’impression 3D va révolutionner la production d’objets manufacturés et être au cœur de l’usine du futur que l’on voit déjà émerger, il se pourrait bien que cette technologie aux potentialités immenses révolutionne, avant même l’industrie, l’ensemble du secteur de la santé et de la médecine.

Monde Académie Sciences. 60 secondes : c’est le temps qu’il faut aux chercheurs du Nucleolab de New York (Etats-Unis) pour reconstituer par bio-impression en 3D le corps entier d’une jeune patiente de 22 ans, Leeloo Dallas.

Monde Académie Sciences

L’opération est réalisée grâce aux cellules retrouvées dans un fragment de son bras, après le crash du vaisseau Mondo-shawan. Nous sommes en l’an 2263, dans le film culte de Luc Besson, le Cinquième Elément. Pure science-fiction ou futur probable de la médecine régénérative ? L'imprimante 3D du laboratoire de l'Inserm de Bordeaux © Ludovic Lescieux - Alphanov / Inserm Depuis l’invention dans les années 1980 de l’imprimante 3D, une technologie de fabrication qui consiste à reproduire couche après couche un objet conçu par ordinateur, les scientifiques ont réalisé des progrès notoires dans son application au domaine médical. Les cartouches d'encre sont remplies de cellules humaines et le collagène font office de papier © Ludovic Lescieux - Alphanov / Inserm.

Impression 3D : entre démocratisation et aide précieuse pour la médecine. L’impression 3D se généralise et se démocratise. Elle investit des domaines extrêmement variés. Constitue-t-elle toujours une réelle avancée ? Considérée par Jeremy Rifkin comme un des éléments du concept de la Troisième révolution industrielle, l’impression 3D investit le travail, la santé, l’optique , le marketing personnalisé, ou bien encore les ménages. Deux innovations remarquées à l’occasion du forum Netexplo incarnent deux tendances : d’un côté, la démocratisation de l’usage de la 3D, de l’autre son usage par la médecine pour des pathologies ou accidents très spécifiques. Quelles avancées et perspectives offrent-elles?

Une imprimante 3D donne une nouvelle main à une victime de guerre. Par Alyssa Hertig.Un article de Reason. Daniel Omar et sa nouvelle prothèse de bras, fabriquée par une imprimante 3D à un coût modique. Daniel Omar a perdu ses bras en mars 2012 quand il n’avait que 14 ans durant un bombardement exécuté par des avions soudanais, cette attaque faisant partie de la tentative du gouvernement visant à réprimer des rebelles. Daniel s’est abrité derrière un arbre pour se protéger des explosions, mais quand le vacarme a cessé ses deux mains avaient disparu. Selon The Guardian, « conscient du poids qu’il représentait pour sa famille, en 2012, Daniel Omar a déclaré à un envoyé spécial du Time qu’il aurait dû mourir sous les avions Antonov de l’État lorsqu’ils ont largué leur charge mortelle. » Il pensait ne jamais pouvoir reprendre une simple cuillère de sa vie.

Cependant, l’imprimante 3D apporte une solution incroyablement simple et économique. The Guardian raconte : Harry McCracken dans le Time : —Sur le web. (en) Des echographies en 3D pour les aveugles. L’impression 3D permet de créer une enveloppe médicale sur mesure pour le cœur. Grace à l’impression 3D des chercheurs ont élaboré un dispositif médical sur mesure, permettant de donner une image plus détaillée de la santé cardiaque d’un individu et prévenir certains problèmes. L’impression 3D a pour principale qualité de rendre le prototypage et la personnalisation de produits moins chère et plus rapide. La médecine devrait être le premier domaine à en bénéficier en utilisant l’impression 3D pour produire par exemple des implants sur mesure.

Pour l’instant, les chercheurs en médecine se sont concentrés sur des travaux ambitieux tel que les organes de remplacement imprimés à partir des propres cellules souches du patient, qui demanderont des années de développement avant de pouvoir s’adresser à tous les patients. Récemment, c’est un dispositif médical un peu plus modeste et qui pourrait trouver sa place assez rapidement dans les protocoles de traitement qui a été créé via l’utilisation d'imprimante 3D.

Un exosquelette imprimé en 3D pour aider une petite fille à se mouvoir. Alors que certains s’affairent à nous démontrer qu’il est possible de produire des pièces d’armes à feu à l’aide d’une imprimante 3D, d’autres tentent de nous révéler le véritable potentiel de cette technique en plein essor. Dans le reportage ci-dessous, vous ferez la connaissance d’Emma, une petite fille de deux ans née avec une maladie orpheline nommée arthrogrypose qui l’empêche de lever ses bras sans une aide extérieure. Pour tenter de remédier à son handicap et ainsi lui permettre de profiter pleinement de ses capacités, un hôpital dans le Delaware (côte Est des États-Unis) a conçu plusieurs exosquelettes en plastique lui permettant de se mouvoir et d’effectuer plusieurs gestes du quotidien. Médecine et impression 3D. L’imprimante 3D poursuit son développement dans le monde de la santé. Elle permet aujourd’hui de réaliser des prothèses, demain elle pourra imprimer des organes vivants.

La prise d’empreinte du prothésiste-orthopédiste se fait au plâtre, ensuite il faut ajuster le moule à la lime avant de pouvoir s’en servir comme support. La médecine par impression 3D. Prototype utilisé par Will Shu et son équipe pour imprimer des cellules souches en 3D. © Will Shu, Biofabrication. Prothesthétique. Les personnes amputées des jambes se voient souvent proposer des prothèses à taille unique, modèle standard. Fonctionnel mais pas vraiment esthétique. PROGRÈS – Un bébé sauvé par une imprimante 3D. Cette attelle trachéale fabriquée par une imprimante 3D a sauvé la vie d'un bébé (University of Michigan Health System) Sans imprimante 3D, le jeune Kaiba Gionfriddo, 20 mois, ne serait peut-être plus en vie.

Atteint d'une trachéobronchomalacie, le nourrisson s'est arrêté de respirer à 6 mois. Un nouveau bras pour 500 dollars. Prothèse de main : de dix mille à cent cinquante dollars grâce à l'impression 3D.