background preloader

2nde - La poésie du Moyen Âge au XVIIIe siècle

Facebook Twitter

Les platoniciens de l'art à la Renaissance - Persée. Les platoniciens de l'art à la Renaissance 269 Nous avons vu à la lecture du Sophiste et de la République, dans les articles précédents du présent numéro, comment Platon considérait les arts.

Les platoniciens de l'art à la Renaissance - Persée

Aussi ne relèverons-nous de son approche de l'art et du beau que quelques thèmes centraux afin de les mettre en relation avec les thèses de l'Académie florentine4. Nous ferons ensuite incursion dans l'univers de la Renaissance, en vue d'interroger ce singulier platonisme esthétique, grâce à la lecture de la Théologie platonicienne de Marsile Ficin5. Les questions qui guideront notre recherche seront: quelle esthétique pour la Renaissance? Mais encore, quel platonisme pour la Renaissance? I. Remarquons tout d'abord, qu'il n'y a pas chez Platon, sauf peut- être dans YHippias majeur, d'exposé touchant l'art et la beauté, où ces derniers seraient traités pour eux-mêmes6.

Les concurrences poétiques au XVIe siècle, Ronsard, Du Bellay, Baïf - Persée. François de Bourbon, appartenait à ces Bourbons-Vendôme, dont les Ronsard étaient les vassaux.

Les concurrences poétiques au XVIe siècle, Ronsard, Du Bellay, Baïf - Persée

Tout au long de sa carrière, Pierre de Ronsard servira en vers ses suzerains. Louise Labé : sodalité expansive et individualité singulière, la formation d’une autorité poétique (féminine) – Savoirs en Prisme. Résumés L’article présent traite le processus textuel de la constitution d’autorité poétique dans l’œuvre de Louise Labé, la plus fameuse représentante du pétrarquisme féminin en France.

Louise Labé : sodalité expansive et individualité singulière, la formation d’une autorité poétique (féminine) – Savoirs en Prisme

S’insérant dans la pratique poétique de la première modernité, elle fait recours à des traditions littéraires, telles le pétrarquisme italien féminin et l’élégie antique, afin de se procurer de la gloire en surpassant ses prédécesseurs. La gloire, éperon plus fort des auteurs à cette époque-là, est étroitement liée à une mise-en-scène décisive de l’auteur dans le propre œuvre, soulignant aussi bien l’excellence singulière de l’auteur que l’inscription dans une communauté sociale et culturelle. Considering the dominant concepts of achieving poetic authority in the Early Modern period, the following paper attempts to enlighten the position of the most famous female Petrarchist in France, Louise Labé.

Autorité entre “Sodalisation” et “Singularisation” L'histoire de la poésie du Moyen Âge au XVIIIe siècle - 2nde - Cours Français. Troubadours et trouvères, les chants de l’amour courtois - Ép. 2/4 - Histoire du sentiment amoureux. Quand il est question de la cour d’un château-fort, nous imaginons un espace découvert, entouré de murs.

Troubadours et trouvères, les chants de l’amour courtois - Ép. 2/4 - Histoire du sentiment amoureux

Pourtant, quand il est question de la cour, nous pouvons également nous trouver face à l’entourage du seigneur. La langue française nous offre deux adjectifs pour parler de la cour, comme l’ensemble des courtisans : curial et courtois. Au XIXe siècle, le médiéviste Gaston Paris impose l’expression « amour courtois ». Cela semble plus joli que de dire « amour curiale ». Si Gaston Paris a inventé cette expression, peut-on dire, comme l’historien Charles Seignobos quelques décennies plus tard, que l’amour est une invention du XIIe siècle ? En Occitanie, au tout début du XIIe siècle, Guillaume IX, duc d’Aquitaine, est un grand seigneur. Raimbaut d’Orange (1066-1121) – Qu'est-ce que la FLEUR INVERSE ? Hildegarde de BINGEN (1098-1179) – Une Vie, une Œuvre. Jaufré RUDEL (1110-1148) - L'amour lointain. Bernard de VENTADOUR (1125-1200) Peire VIDAL (1140-1205) – Une Vie, une Œuvre : le troubadour extravagant.

Marie de France (1160-1210) Œuvres principales Marie de France (fl. 1160-1210)[3] est une poétesse de la « Renaissance du XIIe siècle », la première femme de lettres en Occident à écrire en langue vulgaire.

Marie de France (1160-1210)

Elle appartient à la seconde génération des auteurs qui ont inventé l'amour courtois. Marie de France (1160-1210) et Christine de Pizan (1364-1430) Force d’un prénom et pouvoir du nom.

Marie de France (1160-1210) et Christine de Pizan (1364-1430)

Marie de France et Christine de Pizan, aujourd’hui amour courtois lais et ballades, deux voix féminines de la poésie médiévale. L’une poétesse du tournant du 15ème siècle, première femme dit-on à avoir vécu de sa plume, et sa plume fut prolixe et volontaire, vers, prose, lais, rondeaux, mais aussi textes politiques, philosophiques, un traité militaire, une presque autobiographie, une apologie des femmes, une participation centrale et vigoureuse à la fameuse querelle du Roman de la Rose et des ballades, dont les Cent Ballades d’Amant et de Dame écrits en 1406 qui reparaissent dans une édition bilingue présentée par Jacqueline Cerquiglini-Toulet. RUTEBEUF (1230-1285) - Le jongleur désenchanté. "Pauvre Rutebeuf" Du poète de l’Infortune, dit Rutebeuf, on ne sait rien si ce n’est ses mots inconsolés du Moyen-âge. 14 000 vers d’ancien français qui chantent même en été le cœur triste et noirci. « Tout ce que j’ai fait est à refaire » disait cet homme du 13ème siècle qui dormait sur la paille en plein Paris.

"Pauvre Rutebeuf"

Mais ses poèmes de pauvreté et d’amertume font merveille à perpétuité, pour les siècles des siècles et jusqu’à aujourd’hui. De quoi gémir sept jours sur sept et en toute saison. « Me voici tel l’osier sauvageou comme l’oiseau sur la branche : l’été je chante L’hiver je pleure et me lamente ». De son parler en détresse, et de sa longue complainte universelle, Léo Ferré a emprunté les vieux amis que vent emporte. Poésie médiévale : Rutebeuf "le dit de l'oeil", à la source du "Pauvre Rutebeuf" de Léo Ferré. Guillaume de MACHAUT (1300-1377) – Une Vie, une Œuvre : Recherche de l'harmonie en des temps difficiles.

Charles d’Orléans (1394-1465), père de Louis XII. "Le temps a laissé son manteau...

Charles d’Orléans (1394-1465), père de Louis XII

" Sa naissance parisienne à la toute fin du XIVème siècle est celle d’un grand seigneur. Son destin celui d’un prince-poète exilé en la forêt de longue attente, qui meurt de soif auprès de la fontaine sa vie durant.« Le monde est ennuyé de moi Et moi pareillement de lui » Neveu du roi Charles VI et cousin germain du roi Charles VII, Charles d’Orléans n’aura guère régné en ce monde des puissants. Jean sans Peur (duc de Bourgogne) le fait orphelin à 13 ans assassinant son père.

Sa mère Valentine de Milan, et sa jeune épouse (fille du roi Charles VI) meurent l’année suivante. Charles d’Orléans court alors la campagne vendant ses biens pour payer ses hommes d’armes. Mais l’éclaircie est de courte durée : c’est la guerre et la bataille D’Azincourt.1415 : Charles d’Orléans tombe aux mains des anglais. Debussy et Charles d'Orléans. Louis XII (1462-1515), roi de France mort d’avoir trop fait l’amour.

C’est la sœur d’Henri VIII, qui laissera funeste mémoire côté mariage puisqu’il aura 6 femmes dont 2 qu’il fera exécuter, mais cela on ne le sait pas encore.

Louis XII (1462-1515), roi de France mort d’avoir trop fait l’amour

À l’autre bout de l’église, Louis XII est radieux. Il a 52 ans. Souvent malade, maigre, il en parait 15 de plus. Un bon roi. Bon administrateur, pas trop mauvais à la guerre, même s’il s’est planté à son tour dans les guerres d’Italie. Plus loin, sur le côté, deux personnes font la gueule. François d’Angoulême deviendra roi de France si Louis XII n’a pas d’enfants. François Villon (1431-1463) "Mais où sont les neiges d'antan !

François Villon (1431-1463)

" Le sieur Villon est né l’année où l’on brûlait vive Jeanne d’Arc à Rouen, avant de jeter les cendres de l’hérétique sorcière à la Seine : 1431. Né François de Montcorbier, à Paris sous l’occupation anglaise, il perd en son jeune âge et son père et son nom : Villon est celui du chanoine qui veilla sur sa formation de licencié et maître es arts. Cependant la tourmente persiste en ce XVème siècle de peste, de famines et de rudes hivers. Et tandis que les loups rôdent aux portes de Paris, les étudiants ont tôt fait de se réchauffer au feu des tavernes et de mal tourner, excellant au jeu des enseignes substituées ou au vol des crochets de bouchers.

Le 5 juin 1455, c’est la rixe fameuse, et la mort d’un prêtre d’un coup d’épée et de pierre qui pousse Villon à fuir. . « Frères humains qui après nous vivez, n’ayez les cœurs contre nous endurcis » dit l’épitaphe de François Villon en forme de ballade. Louise Labé (1524-1566), une artiste du Yunnan ? Par Yves Bourget.

Réalisation : Laurent Paulré. Pierre de RONSARD (1524-1585) – Une vie, une œuvre. Pierre de RONSARD – Grand commentaire biographique. 1 - Introduction - musique médiévale. Le Moyen Age est l'époque située entre l'Antiquité et l'Epoque Moderne, du Vème au XVème siècle. Miniature des Cantigas d'Alphonse de Castille (XIIIème siècle). Quel que soit le domaine étudié, il est difficile de résumer 10 siècles d'Histoire, le monde de Clovis ayant peu en commun avec celui de Jeanne d'Arc. La musique n'échappe pas à cette règle et les polyphonies du XVème siècle sont bien loin des chants liturgiques des débuts du Moyen Age.

Cette pèriode de l'Histoire n'est pas qu'une époque sombre et violente, les arts et la musique y ont connu un développement sans précédent. Musiciens à la cour d'un seigneur. Au Moyen Age, la musique est présente à tous les niveaux de la société : à la cour des rois et des seigneurs, dans les églises et les monastères, dans les villes et dans les villages. Danse de villageois. Chant grégorien - Deum verum. Chefs-d'oeuvre du chant liturgique grégorien. Guillaume IX - Farai un vers de dreyt nien. Guillaume IX - Bab al Corassan - Ab la dolçor (XIe s.) Chant et musique liturgiques du XIIe s. - Lilium floruit - Versus de St Martial de Limoges - Ensemble Beatus. Alle psallite (Codex Montpellier. XIIIe s.) - Garçimuñoz. Bernart de Ventadorn : Can l'erba fresch (Ensemble Céladon : chant, luth, vièle, flûte, perc) Calenda maia. Chant de trouvère : Adam de la Halle: Je muir, je muir d'amourette - La Morra.

Amours qui bien ses enchanter. Gautier de Coincy: Amours qui biens ses enchanter. Hildegard von Bingen - Voices of Angels - Voices of Ascension. Musique andalouse algérienne - Nassima - M'saddar ya nass a ma ta3dirouni. Perotin - Beata Viscera. Machaut - Messe de Notre Dame (abbaye de Thoronet, Ens. G. Binchois, dir. D. Vellard).avi. Guillaume de Machaut ou l’Ars Nova en majesté avec Le Miroir de Musique de Baptiste Romain à Royaumont. Jeudis de l'IMA - Le printemps de la poésie arabe - L'insurrection poétique. Deux poèmes préislamiques.

Les deux poèmes en question ont inspiré deux poètes européens. Le premier a été composé par Ta’abbata Sharran (VIe siècle). Traduit dès le XVIIe siècle en latin, puis au XVIIIe en allemand, Goethe le recomposa pour le proposer comme illustration de la poésie première des Arabes dans l’annexe érudite qu’il avait jointe à son Divan occidental-oriental (version définitive 1820). Le second est d’Imru’ al-Qays (Ve siècle). Il est situé en deuxième place dans le divan du poète le plus fameux de ce corpus antéislamique qui est probablement la plus puissante et la plus originale invention textuelle des Arabes. Traduit lui aussi en latin dès 1837, il a été adapté par Armand Robin (1912-1961). Le cadre littéraire et historique des Mu‘allaqât. La création poétique au 16ème siècle. Voir la chronologie. En France, la poésie existe bien avant le seizième siècle. Clément Marot (1496-1544) : L’Adolescence Clémentine (1532-1538)