background preloader

Multivers

Facebook Twitter

Les trous noirs sont-ils des passages vers d’autres Univers ? Univers multiples, physique quantique et au-delà. Cela fait bientôt 100 ans que la physique quantique fait partie du monde des physiciens, mais en termes de compréhension de ses implications profondes on est toujours dans le flou des hypothèses.

Univers multiples, physique quantique et au-delà

Pour rappel et résumer en une phrase ce qui occupe des livres entiers, la physique quantique se préoccupe de l’état microscopique de la matière où les éléments existent aussi bien sous forme d’onde que sous forme de particule, et où tous les états possibles d’une particule se superposent tant qu’une observation ne les précipite pas vers un état unique. Tentons de cerner un petit peu la question. Trous de vers dans l’univers, d’un univers à l’autre. Les trous de vers (wormholes) permettant le passage rapide entre zones éloignées d’un même univers, ou entre univers distincts, est un classique de la SF mais l’origine du concept remonte en fait à Einstein et ses contemporains tels Nathan Rosen et John Wheeler – ce dernier étant l’auteur des termes de trous noirs et de trous de vers.

Trous de vers dans l’univers, d’un univers à l’autre

La possibilité qu’il existe des trous de vers, une sorte de métro intergalactique coupant à travers les méandres et restrictions de la circulation “de surface”, est en fait inhérente à la théorie générale de la relativité – ce qui fut démontré par Ludwig Flamm dès 1916 juste après la fameuse publication par Albert Einstein.

Heureusement pour les voyagistes intergalactiques, en 1955 Wheeler démontrait que les trous de vers pouvaient en fait relier des lieux distants au sein d’un même univers mais subsistait un problème majeur: ces trous étaient hautement instables, un simple photon tentant une percée suffisant à les fermer.