background preloader

Google Street

Facebook Twitter

Fukushima sur Street View. Google Street Scene. Google Street View s’assied encore un peu plus sur votre vie pri. Certainement vexé par les prouesses réalisée par le service Bing Maps, Google a décidé de mettre à jour Maps et Street View, en leur offrant la possibilité d’aller piocher dans des bases de données de photos utilisateurs, hebergées sur Panoramio, Flickr ou bien encore Picasa.

Google Street View s’assied encore un peu plus sur votre vie pri

Seul bémol, si cette mise à jour permet de jongler entre affichage 2D et 3D de manière encore plus efficace, elle ne respecte plus franchement les notions de vie privée, en utilisant des photos laissant affichés les visages et plaques d’immatriculations des véhicules. Hum… Street View : Google refuse de communiquer les données personnel. L’affaire des données personnelles collectées par les "Google Cars" dans 33 pays est en train de tourner à l’imbroglio juridique.

Street View : Google refuse de communiquer les données personnel

L’agence de protection des données de Hambourg en Allemagne avait donné à Google jusqu’à mercredi minuit pour lui remettre un des disques durs contenant les données récoltées "par erreur" (dixit Google) sur les réseaux WiFi ouverts. Mais le géant américain a refusé en se réclamant de la loi allemande sur les télécommunications qui interdit ce genre de pratique.

Google réclame du temps Johannes Caspar, le directeur de l’agence, dit pourtant avoir informé Google que la justice n’engagerait aucune poursuite. Selon un porte-parole cité par PCWorld, Google compte satisfaire cette demande mais a besoin de temps pour évaluer le « processus légal et logistique » pour le faire. Huit pays européens, dont la France, l’Italie et l’Espagne ont également demandé à ce que les données soient conservées. Street View : Google reconnaît avoir collecté des données person. C’est à l’occasion d’un audit réclamé par les autorités allemandes chargées de la protection des données que Google a découvert, et reconnu, que des données personnelles avaient été collectées dans le cadre des tournées effectuées pour son service Street View.

Street View : Google reconnaît avoir collecté des données person

Comme l’explique la firme de Mountain View dans un message, ses véhicules qui sillonnent les rues des villes du monde entier peuvent récolter les informations publiques des réseaux WiFi. Il s’agit du nom (SSID) et de l’identifiant (adresse MAC) d'une connexion sans fil. Or, il s’avère que Google aurait capté les données circulant sur des réseaux WiFi non sécurisés par un mot de passe. 600 gigaoctets de données captés depuis 2006 Il ne s’agirait que de fragments de données affirme le géant américain, ajoutant qu'il faut que plusieurs facteurs soient réunis pour que cette récolte puisse se produire : « Nos voitures sont en mouvement.

Google Street View : l'Allemagne et la République Tchèque ouvren. Les excuses de Google n’ont pas suffi.

Google Street View : l'Allemagne et la République Tchèque ouvren

En reconnaissant avoir collecté par « inadvertance » quelques 600 gigaoctets de données personnelles sur les réseaux WiFi non sécurisés lors de ses campagnes de cartographie pour son service Street View, Google espérait calmer le jeu. Las, les autorités allemandes, à l’origine de la découverte, ont ouvert une enquête. Selon le Financial Times, un avocat spécialisé dans le droit de l’Internet a déposé une plainte contre le géant américain auprès du parquet de Hambourg où se trouve le siège de Google en Allemagne. Nouvelle « maladresse » de Google : la CNIL aussi va enquêter -

Collecte de données : 30 États américains s'interrogent sur les. Va-t-on vers une action collective des États américains contre Google ?

Collecte de données : 30 États américains s'interrogent sur les

Nous n’en sommes pas encore là mais la pression monte sur la firme de Mountain View. Selon Bloomberg, les procureurs généraux de 30 États sont en train de déterminer si Google a oui ou non enfreint la loi en collectant des données personnelles sur les réseaux WiFi ouverts. Richard Blumenthal, le procureur du Connecticut qui fut le premier à ouvrir une enquête, a organisé hier une conférence téléphonique avec ses homologues ou leur représentant afin d’évoquer les options envisageables. « Nous cherchons à établir où, quand, pourquoi, pendant combien de temps et dans quel but cette collecte d’information sur les réseaux sans fil a eu lieu », a déclaré Blumenthal.

De son côté, Google a une fois encore répété qu’il s’agissait d’une « erreur ». « Nous ne pensons pas avoir fait quoi que ce soit d’illégal » a ajouté un porte-parole. En voiture avec la Googlecar sans chauffeur - Gizmodo - Flouter sa maison dans Street View, c'est possible en Allemagne. Bridges : clementvalla. ← Older posts.

Bridges : clementvalla