China

Facebook Twitter

La Chine se rapproche du milliard d’utilisateurs mobiles et verrouille les réseaux sociaux. Selon des chiffres fournis par les opérateurs, la Chine atteint le chiffre de 999,7 millions d'utilisateurs de téléphones mobiles.

La Chine se rapproche du milliard d’utilisateurs mobiles et verrouille les réseaux sociaux

Dans la foulée, certains services hébergés à Pékin (notamment les réseaux sociaux) obligent les utilisateurs à s'enregistrer sous leur véritable identité s'ils désirent utiliser leur service. Selon les opérateurs de téléphonie mobile, la Chine compte désormais 999,7 millions de mobinautes. Le marché du pays a ainsi enregistré une croissance de 1,23 % sur le seul mois de février ce qui laisse à penser que le milliard sera atteint très prochainement.

En effet, selon Reuters, China Mobile a expliqué qu'il comptait 661,4 millions d'utilisateurs, China Unicom 205,97 millions et China Telecom 132,33 millions. Toutefois, cet essor massif d'utilisateurs sera largement encadré, surtout pour ceux qui disposent d'une connexion 3G et communiquent via leur smartphone. La Chine cache un outil de censure dans un logiciel de filtrage. Le gouvernement chinois, par la voix de son ministère de l’Industrie et des Technologies de l’information vient d’exiger qu’à partir du 1er juillet, tout PC vendu sur son territoire soit équipé d’un logiciel de contrôle du contenu afin de bloquer l’accès aux sites pornographiques.

La Chine cache un outil de censure dans un logiciel de filtrage

"Nous offrons ce logiciel gratuitement aux producteurs d'ordinateurs car le gouvernement a payé pour ce service pendant un an", déclare Bryan Zhang, le patron de la société Jinhui Computer System Engineering. Il ajoute que "fondamentalement, il s'agit d'un logiciel anti-pornographie, semblable à ceux disponibles sur le marché américain". Sauf que d’après plusieurs témoignages, ce logiciel permettrait de surveiller les PC, autoriserait des accès à distance et pourrait servir d’outil de censure. Un spyware d’Etat en somme dans un pays qui fait fi des libertés individuelles et cherche depuis toujours à exercer un contrôle sur ses internautes. (Eureka Presse) Logiciel de filtrage sur les PC vendus en Chine : Microsoft pren. Bien que le gouvernement chinois assure que le logiciel de filtrage que les constructeurs de PC devront fournir avec leurs machines (pré installé ou sur CD-ROM) à partir du 1er juillet n’est destiné qu’aux contenus pornographiques et violents, le projet est largement critiqué.

Logiciel de filtrage sur les PC vendus en Chine : Microsoft pren

Connaissant les pratiques de la Chine en matière de censure et de respect des libertés individuelles, beaucoup redoutent de voir ce logiciel se transformer en un redoutable mouchard. A commencer par Microsoft, qui a exprimé son désaccord en termes choisis. "Microsoft reconnaît l’intérêt d’outils de contrôle parental appropriés. Mais dans le même temps, Microsoft est engagé à favoriser la transparence et la libre circulation de l’information. Dans le cas présent, nous pensons que des problèmes se posent quant à la liberté d’expression et à la vie privée, et doivent être correctement pris en compte". Dell exprime ses conditions. Chine : Acer, Lenovo et Sony int. Se conformant aux exigences chinoises, Acer, Lenovo et Sony ont intégré leur logiciel de filtrage de contenu Green Dam-Youth Escort dans les PC qu’ils exportent en Chine depuis le 1er juillet.

Chine : Acer, Lenovo et Sony int

Développé par Jinhui Computer System Engineering, un éditeur chinois financé par le ministère chinois de l'Industrie et des Technologies de l'information, le logiciel se veut un outil de contrôle de contenus à caractère pornographique. Beaucoup y ont vu un mouchard déguisé qui pourrait bien enregistrer d’autres activités et trahir les usagers. Malgré la réprobation internationale, la Chine n’a pas cédé et les fabricants de PC ne pouvant se permettre de se couper d’un tel marché ont dû obtempérer. Acer, Lenovo et Sony ont donc confirmé la présence du logiciel dans leur machine soit sur CD-ROM, soit préinstallé avec la possibilité ou non de l’activer. Une victoire pour le gouvernement chinois et ses méthodes autoritaires ? Poursuites en vue contre Acer, Lenovo et Sony.

Google & China Google.cn

La VoIP dans le collimateur des autorités chinoises. Visiblement, la protection de la liberté de communiquer ne fait pas partie des bonnes résolutions des autorités chinoises pour 2011.

La VoIP dans le collimateur des autorités chinoises

Après avoir imposé une censure sur les résultats du moteur de recherche Google, fermé des milliers de sites jugés pornographiques, Pékin s'apprête aujourd'hui à bannir les services de VoIP non chinois. Le régulateur des télécoms chinois a en effet décidé d'interdire les appels voix/vidéo d'un ordinateur vers un téléphone et vice-versa. Conséquence, les services de VoIP comme Skype ou MSN sont désormais illégaux. Pour justifier cette interdiction, les autorités expliquent qu'il s'agit de protéger les intérêts des opérateurs nationaux.

Une seule VoIP, celle des opérateurs chinois. Pour la Chine, l'internet doit rester sous contrôle. L’internet est une « cristallisation de la sagesse humaine » : une bien étrange définition qui figure dans un livre blanc publié par le gouvernement chinois.

Pour la Chine, l'internet doit rester sous contrôle

Dans ce document de 31 pages, les autorités reconnaissent le pouvoir de la Toile dans la « transformation du mode de développement économique » du pays. « Le gouvernement chinois encourage l'utilisation de l'Internet par des moyens qui visent à promouvoir le progrès économique et social, à améliorer les services publics et faciliter le travail des gens et la vie », peut-on encore lire. Un objectif est même fixé : 45% des 1,3 milliard de Chinois connectés d’ici 5 ans. La méfiance paranoïaque envers la Toile ne serait-elle plus de mise au sommet de l’État chinois ? Absolument pas malheureusement. Le livre blanc rappelle bien vite qu’il ne faut attendre aucun relâchement dans le contrôle de l’accès à Internet. L'internet contrôlé pour protéger la sécurité de l'Etat.