Business model

Facebook Twitter
Micropayments for content and services | Contenture
Contenu, communauté, commerce… l’équation magique des 3 ‘C’ qui fait rêver pus d’un marketeux. Il faut dire que les arguments ne manquent pas pour plébisciter ce triptyque : les contenus améliorent le référencement naturel, la communauté génère des visites récurrentes et les produits sont recommandés par les membres. Trois bonnes raisons de déployer un dispositif reposant sur ces 3 piliers. Quand on y réfléchi bien, les 3 ‘C’ sont l’ancêtre du social shopping, bien avant que l’on nous vante les mérite de Facebook et de ses conversations qui sont autant de marchés. Dans ce domaine là certains étaient précurseurs, je pense notamment à Cdiscount qui a su capitaliser sur sa fourmilière ou encore aux enseignes de bricolage (Castoram, BHV, Leroy Merlin) qui ont parfaitement fédérés tout une communauté de fans de bricolage au travers de forums. Contenu + Communauté + Commerce = €€€ | FredCavazza.net Contenu + Communauté + Commerce = €€€ | FredCavazza.net
How Early Adopters React When the Mass Market
Vee24 propose un système intégré au site web mettant en contact vendeur et client grâce à une fenêtre vidéo. Un service de nature à réintégrer le conseil dans l'e-commerce et à convertir les visites en achats. "L’absence de service au consommateur constitue la plus grande source de frustration des internautes lors d’achats en ligne », affirme à L’Atelier Andy Henshaw, Pdg de Vee24. C’est pour résoudre ce problème que cette entreprise britannique a mis en place un système permettant à de véritables vendeurs d’interagir et de conseiller les acheteurs en ligne. Les vendeurs sont aussi à votre service sur le web Les vendeurs sont aussi à votre service sur le web
[Internet] De la monétisation des sites web les plus connus (Twitter, Facebook, Instagram, Linkedin, Youtube, eBay,...) [Internet] De la monétisation des sites web les plus connus (Twitter, Facebook, Instagram, Linkedin, Youtube, eBay,...) J’ai quelquefois abordé le problème de monétisation des blogs, ou même de sites un peu plus grand public comme Twitter, Pinterest et autre Facebook. Ce site, réalisé par Seer Interactive, est vraiment intéressant : il permet de savoir quelques sont les sources de revenus de gros bulldozers comme Google Chrome, Android, Adsense, Maps, IE de Microsoft, iTunes d’Apple, DropBox, et même WordPress [...] ! En cliquant sur chaque logo, vous pourrez savoir si les pèpètes rentrent via : la publicitéles inscriptionsl’affiliationla revente de données (j’ai toujours été contre ça… Enfin, quand on trompe les utilisateurs surtout)le modèle Freemium (gratuit, mais payant pour les power users)les royalties (une part des ventes de tout « utilisateurs » est dûe à l’entreprise) Bonne visite !