background preloader

TICE et monde éducatif

Facebook Twitter

Educational-data-protection-sparks-debate-in-france. Bruno Devauchelle : Partager à l'ère du numérique. Collaboration, coopération etc.

Bruno Devauchelle : Partager à l'ère du numérique

Tout concoure à nous inciter à partager. D'ailleurs on repère nombre de mouvements, basés sur Internet qui nous invitent à partager, à échanger. Le collectif est à la mode... Y a-t-il quelque chose de nouveau qui inciterait à réinterroger cette situation ? Pas vraiment, du côté de l'attitude des adultes. Eduquer à la collaboration, une illusion ? Le numérique à l’école : tout (ou presque) reste à faire. La disruption numérique de l’école La mobilisation des instruments porteurs en germe de réformes ou de modifications de ce qui se passe à l’école n’est pas nouvelle.

Le numérique à l’école : tout (ou presque) reste à faire

Dès l’arrivée du cinéma au début du XXe siècle, cela était déjà envisagé. Dans les années 50, cela fut institutionnalisé, puis la télévision éducative, la radio, puis l’ordinateur, puis le cédérom, puis Internet, puis les portables, puis les tablettes, puis les tableaux blancs interactifs, puis les coccinelles robots. Numérique : Collèges préfigurateurs : Retours d'expériences. Comment se passe le déploiement du plan numérique sur le terrain ?

Numérique : Collèges préfigurateurs : Retours d'expériences

Quelles leçons peut-on tirer des collèges préfigurateurs du plan numérique ? C'est par le terrain que le Café pédagogique a souhaité observer le plan numérique en réunissant le 9 mars au Salon Educatice des acteurs : Guillaume Lion, DAN de l'académie de Dijon, Christophe Bourse, principal de collège à Cluny (71) et Christian Garcia, principal du collège Delaunay à Paris. Ils tracent une vision contrastée du plan numérique. Sur le terrain, les choses changent mais plus profondément et plus modestement que les discours politiques. Comment entre-t-on dans le dispositifs des collèges préfigurateurs et pour quelles raisons ? A Cluny (Saône et Loire), pour Christophe Bourse la question ne s'est pas vraiment posée car le collège était déjà engagé dans des expérimentations antérieures. De quels moyens disposent les collèges préfigurateurs ? Quels projets pédagogiques ont été engagés ?

La chute de la maison TBI. Star du marché des équipementiers scolaires, le tableau blanc interactif est sévèrement remis en question au Québec par une étude de Thierry Karsenti.

La chute de la maison TBI

Mais cette recherche va plus loin. Bruno Devauchelle : Quelle posture de l'enseignant face au numérique. Alors que se sont multipliés les référentiels de compétences pour définir le métier d'enseignant et sa relation aux TIC et autres numériques au cours des quinze dernières années, on s'est assez peu penché sur la notion de posture de l'enseignant en tant que telle dans un contexte de plus en plus envahi par les moyens numériques.

Bruno Devauchelle : Quelle posture de l'enseignant face au numérique

Par posture, nous désignons outre des manières d'être face au monde, des modes d'engagement personnel ou plutôt d'implication dans les activités personnelles et professionnelles (voir infra en note le texte d'Alain Viala). Sans vouloir sortir des compétences les fameux "savoir être" ou "attitude" qui y sont associés, il est nécessaire, au regard des pratiques du numérique par les enseignants, de questionner la dimension posturale, ce qu'elle est, ce qu'elle implique, et comment on peut la travailler, individuellement, collectivement, institutionnellement. - La maîtrise de la visée plus que des objectifs : se fixer un cap sans s'enfermer dans un but à atteindre.

Numérique : On équipe, qu'ils se débrouillent. Bruno Devauchelle : L'enseignant et la loi, à l'ère du numérique. Les enseignants ne sont pas tous des juristes, loin de là.

Bruno Devauchelle : L'enseignant et la loi, à l'ère du numérique

Mais nul n'est censé ignoré la loi. Peillon lance une "stratégie globale" pour le numérique. L'académie de Dijon face à la question numérique. En proposant, à peine quinze jours après la rentrée sa deuxième université numérique d'automne, le rectorat de Dijon a réuni plus de 1000 personnes, chefs d'établissement, enseignants, personnels académique.

L'académie de Dijon face à la question numérique

Chiffre d'autant plus impressionnant que l'organisation avait tablé sur le croisement de différents évènements et ateliers qui s'adressaient aussi bien aux formateurs qu'aux responsables ou aux acteurs de terrain. Le bilan de cette journée est positif pour Guillaume Lion, le Dane de l'académie, content d'avoir pu faire passer les messages que les différents intervenants étaient invités à partager avec les participants. Controverses numériques. Bruno Devauchelle : Le problème du numérique c'est l'école ! L'école serait-elle imperméable au numérique ?

Bruno Devauchelle : Le problème du numérique c'est l'école !

Le renversement de perspective proposé par ce propos un peu provocateur prend en compte les résultats de PISA que publie l'OCDE sur les compétences numériques des jeunes. Deuxième enquête du genre, elle est importante en qualité, en qualité et étudie l'évolution entre 2009 et 2012 des compétences numériques, de leur acquisition mais surtout de leur lien avec les compétences de lecture et de mathématique et plus généralement la performance aux autres épreuves PISA. A quoi servent les compétences numériques ? "Le fait d’atteindre les niveaux les plus élevés de compétences en résolution de problèmes à l’aide des TIC (technologies de l’information et de la communication) augmente la probabilité d’être actif, pour un adulte, de 6 points de pourcentage par rapport aux individus se situant aux niveaux les plus faibles dans ce domaine", affirme l'OCDE dans une nouvelle publication.

A quoi servent les compétences numériques ?

" Les actifs occupés faisant une utilisation fréquente des TIC ont une rémunération sensiblement plus élevée que celle des actifs occupés ne les utilisant pas souvent. " Numérique : De la maison à l'école... et inversement. Les technologies peuvent-elles résoudre la crise de l’éducation. La journaliste américaine spécialisée dans les questions d'éducation, Peg Tyre (@pegtyre) auteur notamment de La bonne école, revient dans un long article pour Medium sur l'usage de l'informatique à l'école.

Les technologies peuvent-elles résoudre la crise de l’éducation

La révolution de l'apprentissage personnalisé assisté par la technologie promet un enseignement adapté, permettant aux algorithmes de recalibrer en continu les apprentissages pour répondre aux besoins des élèves. Faut-il croire que tout le monde va pouvoir recevoir demain l'éducation personnalisée qui était autrefois réservée à l'élite ? "En théorie, cela devrait fonctionner" "En théorie, cela devrait fonctionner". Un modèle scolaire à réinventer. Venant perturber l’enseignant dans son espace (la classe), contester le monopole de l’école dans la transmission des savoirs, interroger les pédagogies traditionnelles, le numérique est souvent vécu comme une agression dans le monde scolaire.

À ne pas s’adapter à cette transformation de la société, l’école laisserait le champ libre à la marchandisation de l’éducation. Le rêve de Babel s’est démocratisé. Le rêve des créateurs du web était de permettre aux machines, aussi diverses soient-elles, de communiquer entre elles et, bien évidemment, de faire communiquer leurs usagers. Le développement des smartphones puis des tablettes s’inscrit dans ce processus envahissant. Numérique : Retour sur l'apprendre : entre information et connaissance. Quelles compétences dans un contexte numérique ?

Des associations, des groupes faisant du lobbying sur le numérique ont répondu aux questions sur les compétences posées par la concertation sur le numérique. Autant de points de vue qui sont intéressants mais qui méritent débat. Le socle commun, en diluant les compétences numériques dans l'ensemble des domaines, de manière essentiellement implicite, ne permet pas vraiment de guider les enseignants et les acteurs de l'éducation sur des champs d'action précis et suffisamment définis.

Les nombreuses critiques portées sur le B2i ont oublié le fait qu'il avait le mérite de mettre en évidence un ensemble qui cherchait à être cohérent en regard de ce que les jeunes démontrent comme utilisation des moyens numériques, mais aussi comme besoins de maîtrise. Mais à force de fustiger les B2i et autres C2i, C2I niveau 2, on a laissé le champ à un affrontement de groupes qui ont chacun tenté de remédier à ce qu'ils jugeaient insuffisant. Bruno Devauchelle La chronique de Bruno Devauchelle. Réinventer l’Ecole avec le numérique ?

Impact d'Internet et des TIC sur la mise en œuvre des politiques éducatives. Dominique Raulin est professeur agrégé et Secrétaire général du Conseil national des programmes. Christian Férault est professeur agrégé d’Économie-gestion, docteur ès sciences, et chargé de mission auprès du Conseil national des programmes. Le Conseil national des programmes (CNP) a été créé dans la loi d’orientation de 1989.