background preloader

DKE

Facebook Twitter

Il était une fois Phnom Penh - Institut français du Cambodge. L’Institut français organise, en partenariat avec le Centre du Patrimoine, un cycle d’événements dédié à l’évolution urbaine de la ville de Phnom Penh, capitale du Cambodge.

Il était une fois Phnom Penh - Institut français du Cambodge

Du 30 septembre au 9 novembre, le public pourra ainsi découvrir : 2 expositions, le travail réalisé par des étudiants en architecture dans le cadre d’un concours organisé par l’Institut, des projections de film sur la thématique de l’urbanisme, ainsi que des conférences réunissant des experts venus de différents domaines : recherche/histoire, architecture, mais aussi ingénierie, développement... L’ensemble de ces activités, trilingue (khmer, français, anglais) est gratuit et accessible au plus large public. Ne manquez pas la soirée d'ouverture le mardi 30 septembre à 18h30 ! Il était une fois... Phnom Penh - LES EXPOSITIONS ● Exposition 1 | 30 septembre -> 9 novembre Il était une fois... DMC – Department of Media and Communication » No Comment Cambodia.

No Comment Cambodia!

DMC – Department of Media and Communication » No Comment Cambodia

A Different Society From Different Angles – Part II The Year-3-Students of the Department of Media and Communication (DMC) at the Royal University of Phnom Penh (RUPP) have produced a second video documentary series about several controversial issues of Cambodia’s nowadays political, social and cultural environment.The students wrote, shot and edited the movies by their own as final part of their broadcast journalism- and video production courses in 2013.

Plaidoyer. ENTRETIEN - Pauline, Pierre et Jean Philippe : Please to meet you. Les trois étudiants des Beaux Arts de Nantes sont venus de loin pour aller à la "rencontre" de leurs quatre confrères khmers.

ENTRETIEN - Pauline, Pierre et Jean Philippe : Please to meet you

Des deux bandes qui ont travaillé des semaines durant dans le même workshop, nul n’avait prédit que l’autre serait si difficile à comprendre dans ce qu’il a de plus personnel : son art. De ce curieux face à face est sorti une exposition aussi folle et dépareillée que les incompréhensions jalonnant l’aventure. Avant de la découvrir au centre culturel français Pierre, Pauline et Jean Philippe nous parlent de l’expérience forte de cette rencontre, de ses surprises et ses mystères ! Pourquoi cette exposition s’intitule-t-elle “Please to meet you”? Pauline : Notre travail au Cambodge tourne autour des questions de rencontre, à commencer par celle avec les artistes khmersJean Phillippe : Il s’agit d’une rencontre qui pourrait être conventionnelle d’où le "please to meet you".

Quels sont vos supports pour cette exposition ? Phnom Penh - Paris - Lyon - Toulouse. Cambodge atelier de la mémoire + Ateliers. Recherche des archives La première phase du travail en atelier consiste à explorer et identifier des archives audiovisuelles, mises à la disposition du public par l’intermédiaire de la base de donnée « Hanuman » du Centre Bophana.

Cambodge atelier de la mémoire + Ateliers

Les sources iconographiques proposées étaient relatives à l'histoire et à la culture khmères. Réappropriation des archives Lors de la deuxième phase, les archives sélectionnées sont réélaborées à partir des matières plastiques (dessin, peinture ou autres). Différents dans leurs approches esthétiques et les techniques employés, Vann Nath et Séra ont montré aux jeunes plasticiens la manière singulière dont ils se sont réappropriés le passé. Élaboration de l’« archive-œuvre » La troisième étape marque le travail de création personnelle. Coulisse des Ateliers de la mémoire Quelques vues d’ensemble du travail en atelier en juin 2008 et janvier 2009 au Centre Bophana à Phnom Penh. © John Vink / Magnum Photos. CINÉ - Silence, on finit de tourner.

Le tournage du documentaire "Le sommeil d'or" s'achève.

CINÉ - Silence, on finit de tourner

Bientôt les anciennes salles de cinéma retrouveront leur anonymat, elles qui étaient sorties un instant de l'ombre entre les mains du réalisateur Davy Chou. Le Bokor redeviendra Karaoke, le Cinéma du Capitole salle de jeu. Silence, on finit de tourner! Davy Chou suit avec attention le tournage (LePetitJournal.com) Davy Chou nous accueille au cinéma du capitole, bâtiment multicolore dont on reconnaît la patte de son architecte, Van Molyvann. Coup de projecteur sur le cinéma d'avant guerreUne heure durant, le futur documentaire semblera courir après le temps perdu, celui de l'industrie florissante du cinéma des années 60 et 70.

Sur les 300 films produits pendant cette période là, seuls une trentaine ont pu être sauvés de la folie de la guerre et à peine une poignée seulement est disponible à présent au grand public. Nombreux sont les anciens à se rappeler les noms, l'émoi de leurs jeunes années et à regretter les projections. Les carnets de Phnom Penh: Le rictus de Nuon Chea. Il est sans doute deux films à voir pour ceux qui sont intéressés à suivre le «procès khmer rouge» en cours à Phnom Penh.

Les carnets de Phnom Penh: Le rictus de Nuon Chea

D’abord, c’est une évidence, S 21, la machine de mort khmère rouge de Rithy Panh. Cette confrontation, sur les lieux mêmes du crime entre bourreaux et victimes, superbement filmée par le réalisateur franco-cambodgien, est une œuvre qui prend à la gorge par sa puissance cathartique. Le film a eu un retentissement international à la mesure de son importance. L’autre, Khmers rouges amers, un documentaire de 90 minutes de Bruno Carette et Sien Meta, n’a connu pour l’instant qu’une diffusion réduite.

Procès Cambodge.