background preloader

Bio

Facebook Twitter

Une nouvelle étude scientifique prouve que manger bio permet d'être en meilleure santé. Une équipe internationale d'experts dirigée par l'Université de Newcastle au Royaume-Uni vient de publier une étude qui prouve que les produits bio contiennent plus d'antioxydants et moins de métaux lourds que les produits conventionnels, et sont donc meilleurs pour la santé.

Une nouvelle étude scientifique prouve que manger bio permet d'être en meilleure santé

Santé : les produits issus de l'agriculture biologique contiennent 60 % d'antioxydants en plus que les produits conventionnels, selon les résultats d'une étude réalisée par des chercheurs de l'université de Newcastle (Royaume-Uni) et publiée dans la dernière édition du British Journal of Nutrition. Analysant dans 343 études scientifiques les différences de composition entre les cultures biologiques et conventionnelles, l'équipe a constaté que le passage à la consommation de fruits bio, légumes et céréales - et de la nourriture préparée à partir de ces végétaux - fournirait des antioxydants supplémentaires équivalents à la consommation de 1 à 2 portions supplémentaires de fruits et légumes par jour.

Stella Giani. Les aliments bio contiennent plus d’antioxydants et moins de toxiques. Les aliments issus de l'agriculture biologique ont des teneurs en antioxydants entre 19 et 69% plus élevées que les aliments issus de la culture conventionnelle.

Les aliments bio contiennent plus d’antioxydants et moins de toxiques

Avec moins de cadmium et de pesticides. Pourquoi certaines personnes choisissent-elles de manger bio ? Souvent parce qu’elles pensent que les aliments bio sont meilleurs d’un point de vue nutritionnel et donc pour leur santé. Mais qu’en est-il vraiment ? Les fruits et légumes bio ne sont pas meilleurs pour la santé - dossier "Quelques idées reçues sur le bio" Par Léon Guéguen - SPS n° 314, octobre 2015 Voilà encore une vérité qui dérange, tant elle est peu perçue par les consommateurs et mal ou pas propagée par les médias !

Les fruits et légumes bio ne sont pas meilleurs pour la santé - dossier "Quelques idées reçues sur le bio"

Et pourtant, plusieurs revues de synthèse françaises (rapport Afssa en 2003 [1] actualisé par la revue de Guéguen et Pascal en 2010 [2], livre du groupe « Agriculture Biologique » de l’Académie d’Agriculture en 2012 [3], rapport de l’Inra en 2013 [4]) avaient conclu à une similarité qualitative entre les produits végétaux issus de l’agriculture biologique et ceux issus de l’agriculture conventionnelle.

Cependant, deux grandes revues systématiques plus complètes, britannique en 2009 [5] et américaine en 2012 [6] n’ont pas permis de mettre en évidence des différences significatives de composition chimique sauf pour le phosphore dans les légumes (sans intérêt nutritionnel en situation générale d’excès) et pour l’acidité titrable des fruits. Une étude européenne pour contester ces résultats. Croire le bio meilleur peut-il le rendre effectivement meilleur au goût ? - dossier "Quelques idées reçues sur le bio"

Par Jean-Paul Krivine - SPS n° 314, octobre 2015 Croire les aliments bio meilleurs peut-il nous les faire trouver effectivement meilleurs ?

Croire le bio meilleur peut-il le rendre effectivement meilleur au goût ? - dossier "Quelques idées reçues sur le bio"

La réponse à cette question passe par la description d’un biais cognitif connu sous le nom d’« effet de halo » et identifié dès 1920 par Edward Thorndike. En demandant à des officiers d’évaluer leurs soldats sur des dimensions à la fois physiques et intellectuelles [1], le psychologue américain jugea les réponses trop improbables : la corrélation entre l’apparence et les autres caractéristiques était, à ses yeux, trop élevée. Beau donc intelligent ? Depuis, ce constat, finalement assez intuitif, a été fermement établi : le jugement que l’on porte sur les personnes est influencé par la perception que l’on a de leur apparence.

L’agriculture biologique, son lobby, ses pesticides - dossier "Agriculture et pesticides" Par Stéphane Adrover - SPS n° 315, janvier 2016 « La France doit être à l’offensive sur l’arrêt des pesticides […].

L’agriculture biologique, son lobby, ses pesticides - dossier "Agriculture et pesticides"

Le grand avenir du vin, c’est qu’un jour tous les vins soient bios […]. Il y a maintenant des maladies professionnelles reconnues chez les ouvriers viticoles ». Ainsi s’exprimait Ségolène Royal dans une interview sur France 3 [1]. Ignorance ? L’écotoxicité de la bouillie bordelaise Historiquement développée comme anti-mildiou dans le vignoble bordelais, la bouillie bordelaise et les autres dérivés minéraux ou organiques à base de cuivre sont utilisés en raison d’un spectre d’activité étendu sur les arbres fruitiers (abricotier, cerisier, poirier, pommier, prunier, noisetier), les cultures maraîchères et fruitières (tomate, artichaut, carotte, chou, haricot, mâche, poireau, melon, fraisier), la pomme de terre et la vigne : chancres bactériens, cloque du pêcher, septoriose, tavelure, mildiou, etc. Catherine Regnault-Roger « Naturel » n’est pas synonyme d’inoffensif Références.

Tournée des labels. AB, AOC, AOP, en cette période de rentrée, Oui Le Blog vous invite à réviser l’alphabet et à découvrir ce que garantissent labels et mentions de qualité.

Tournée des labels

On vous prévient, on prévoit une interro-surprise en février. Plus de 25 000 producteurs arborent le label AB. Le point sur le soja. Alors même que l’Agence de sécurité nationale sanitaire (ANSES) vient de réaffirmer dans un avis publié le 5 février 2013 (consultable ici) que les boissons végétales telles que le « lait » de soja étaient impropres à l’alimentation des nourrissons (sans toutefois préciser que le lait de vache est encore moins adapté), il m’a semblé important de faire le point sur le soja, qui déchaîne les passions, de façon plutôt irrationnelle.

Le point sur le soja

Le soja est un aliment millénaire consommé quotidiennement sans danger en Asie Les Asiatiques, notamment les Chinois et les Japonais, consomment quotidiennement du soja, que ce soit sous forme fermentée (miso, natto, tempeh) ou non (tofu, tonyu) et on ne peut pas dire qu’ils sont en moins bonne santé que les Occidentaux, c’est même plutôt le contraire. Si l’on regarde les habitants de la fameuse île d’Okinawa qui ont la plus grande longévité au monde, ils consomment encore plus de soja que leurs concitoyens (le double). L’intérêt nutritionnel du soja source : Soja : vérités et mensonges. Aucune de ces deux études n’aborde le cycle menstruel des femmes, la première étude établit qu’une réduction substantielle du risque du cancer du sein est constatée chez les femmes ayant un apport élevé de phytoestrogènes, tandis que la seconde porte sur les formules infantiles à base de soja.

Soja : vérités et mensonges

S’agit-il d’un mauvais copier-coller de la part des auteurs ? D’un manque de rigueur ? En tout cas, cela démarre mal et cela augure de la suite… Les auteurs ont certainement voulu faire allusion à cette étude (Nagata et al., 1998, Journal of National Cancer Institute) où il a été constaté que les femmes japonaises qui ont consommé 400 ml de lait de soja sur une période couvrant trois cycles consécutifs, ont vu leur cycle allongé de deux jours (ce qui ne veut pas dire « perturbé ») ainsi que la diminution de leur concentration plasmatique d’œstrogènes d’un quart, ce que la WAPF se garde bien de préciser.

Source : Article de A. Scarlette le Corre, cueilleuse de la mer.

Podcasts

Magasins. Le père bio - François Xavier Demaison.