background preloader

Aérobie

Facebook Twitter

Booster sa VMA : Utile pour les traileurs. En trail, peu à peu, athlètes, entraîneurs et physiologistes se détachent, parfois avec douleur, des valeurs de référence de la course à pied, et notamment cette sacro-sainte VMA (pour Vitesse Maximale Aérobie), témoin de la puissance du système aérobie de l’athlète) qui permet si facilement de hiérarchiser les coureurs d’un 10 km ou d’un semi-marathon.

Booster sa VMA : Utile pour les traileurs

La distorsion entre VMA et performance sur marathon aurait déjà dû nous mettre la puce à l’oreille, car en effet, sur 42 km, les notions d’endurance (fraction de VMA), de coût énergétique, d’alimentation et de gestion, prennent toute leur importance et relativisent la prépondérance de la puissance. Après 2-3 heures de course, la capacité du système aérobie prend le pas sur sa puissance. Prenons l’exemple d’un réservoir d’eau avec robinet. Si j’ouvre le robinet à fond (à pleine puissance donc), le débit obtenu équivaut à la puissance. Trail : La VMA du traileur (suite) Dans un article précédent, nous avons expliqué l’importance de la puissance aérobie dans la performance en course à pied en général, et dans le trail en particulier.

Trail : La VMA du traileur (suite)

Si la VMA est n’est pas suffisante, elle est tout de même devenue indispensable pour performer, même en ultra-trail. Il y a de nombreuses voies pour développer cette qualité. Le premier conseil est de procéder par cycles et par piqûres de rappel. Pour les traileurs, un cycle de développement de la VMA / PMA est idéalement placé en début de saison (phase hivernale janvier-février-mars) car il permet de récupérer des grosses charges de la saison écoulée, et de diversifier le travail. En effet, si on se concentre sur la puissance, le reste du travail doit servir de support : ce sera par exemple de l’endurance fondamentale en course ou vélo, avec de faibles charges.

Terrain vallonné mais non technique, chaussures légères Durée de la séance : de 10 à 30 mn, selon les intensités et son passé. 15/20 mn est une bonne moyenne. Une séance pour développer le temps de soutien ! La puissance du trail Même si l’image de coureurs lents et endurants colle encore aux chaussures des traileurs, la réalité du terrain est tout autre.

Une séance pour développer le temps de soutien !

Les résultats des courses mais également les recherches de terrain montrent que la performance, même en ultra trail, reste bien corrélée à la vitesse maximale aérobie, donc à la puissance (aérobie) des sujets. Pour les entraîneurs, c’est une bonne nouvelle car travailler à la fois sur les pôles puissance et capacité de la filière aérobie permet de diversifier l’entraînement et d’éviter la répétition de longues sorties monotones. Bien entendu, cette seule VMA est insuffisante mais nécessaire.

Un coureur spécialiste de 800m, caractérisé par une forte VMA, ne sera certainement pas en mesure de performer en trail pour de multiples raisons. Le temps de soutien, porte de l’endurance Avoir une VMA élevée, c’est bien ; la soutenir longtemps, c’est mieux ; en tenir un pourcentage élevé sur la durée, c’est parfait. Faut-il aller sur la piste pour faire du trail ? Si oui pour quoi faire? Le ruban rouge effraie encore de nombreux trailers.

Faut-il aller sur la piste pour faire du trail ? Si oui pour quoi faire?

C’est pourtant un formidable terrain de jeu, compatible et utile à la pratique du trail. Mais soyons clairs : nul n’est obligé de s’entraîner sur piste pour progresser et se faire plaisir. La piste doit être un choix et non une contrainte. De plus, de nombreux athlètes n’y ont pas accès en raison de leur lieu d’habitation. Maintenant, tentons d’énumérer les raisons qui peuvent motiver le coureur de trail à se rendre sur la piste. La piste est utile pour : Evaluer sa Vitesse Maximale Aérobie et sa Fréquence Cardiaque Maximale sur un test de terrain progressif (type VAMEVAL). Pour un trailer, nul besoin de venir sur la piste deux fois par semaine, une seule séance tous les 10 jours peut suffire.

La séance de VMA est-elle indispensable pour le traileur ? Une séance de VMA (pour Vitesse Maximale Aérobie) a pour objectif de développer ou d’entretenir cette vitesse à laquelle les processus aérobies tournent à plein régime (lire qu’est ce que la VMA).

La séance de VMA est-elle indispensable pour le traileur ?

On atteint alors la consommation maximale d’oxygène (VO2max) dont la valeur correspond à la cylindrée du moteur de l’athlète. Plus le VO2max, et donc la VMA, est élevé, plus l’athlète sera performant et élargira sa palette de zones de travail. Cette VMA est utile pour programmer toutes les séances d’entraînement à plat, mais aussi pour prédire les chronos en compétition. Ainsi, on sait que le 10 km se court statistiquement à 90% de la VMA et le marathon autour des 80% pour des athlètes entraînés. VMA.

VMA ascensionnelle

La Variabilité de la Fréquence Cardiaque. Variabilité n’est pas variation Les durées entre chaque battement cardiaque ne sont pas constantes.

La Variabilité de la Fréquence Cardiaque

Un athlète dont la FC de repos est de 60 pulsations par minute ne bat pas à une pulsation par seconde. Les écarts entre les battements peuvent être de 0.8s, puis 1.2s… L’analyse de la variation de ces durées (en millisecondes) détermine la Variabilité de la Fréquence Cardiaque, enregistrée au moyen d’un cardiofréquencemètre (technologie Suunto ou Polar) doté de la fonction R-R (intervalle entre 2 pics de l’onde PQRST sur l’électrocardiogramme). L’interprétation des données de la montre se fait ensuite à l’aide du freeware finlandais Kubios ou via une application du type elite-HRV. Sur le schéma de gauche, nous voyons une représentation de la valeur des intervalles R-R. Notre système nerveux autonome nous parle Cet indice, la VFC, est le marqueur du Système Nerveux Autonome (sympathique / parasympathique). Références : 2) Can HRV be used to evaluate training load in constant load exercises ?