background preloader

Taxidermie

Facebook Twitter

Le futur Muséum d’Orléans pour la Biodiversité et l’Environnement (MOBE) Le Muséum des sciences naturelles a fermé ses portes pour trois ans : le temps de faire peau neuve.

Ouvert au cœur des années 60, puis rénové dans les années 85/90 sur un projet et une muséographie répondant parfaitement aux enjeux de l’époque, il va faire aujourd’hui peau neuve. Dans une société en profonde mutation, il convient en effet de s’interroger sur les missions et les messages d’un Muséum d’aujourd’hui et de demain. Rats postprints vol 03 2012.

A great selection of vintage photographs documenting taxidermy at the Smithsonian that I found on modern nostalgic‘s lovely blog.

Enjoy. Like this: Like Loading... Collection de zoologie -Université Pierre et Marie CURIE. Riche de plusieurs milliers d’animaux et pièces anatomiques variées, la collection de zoologie constitue un outil pédagogique unique permettant une observation directe et globale de la diversité du monde animal.

Collection de zoologie -Université Pierre et Marie CURIE

Issu de l’ancienne collection de la Sorbonne, ce « conservatoire de faune » est situé depuis 1961 sur le campus Jussieu. La collection rassemble une très grande variété d’objets allant des spécimens naturalisés, des montages ostéologiques, des pièces en fluide, des coupes histologiques, des moulages anatomiques aux boites entomologiques. Elle comporte de nombreuses naturalisations du XIXe siècle et d’espèces rares comme l’imposant coelacanthe, dont il existe très peu de spécimens à travers le monde. La collection sert quotidiennement pour les enseignements, surtout en biologie animale mais également en écologie, physiologie, biologie du développement ainsi qu’en paléontologie. Les objets sont répartis dans 5 salles qui totalisent une superficie de 170 m2 environ.

Les muséums et les collections d’histoire naturelle : patrimonialisation et nouveaux défis pour le XXIe siècle. 1 - HÉRITIER-AUGÉ, Françoise (dir.).

Les muséums et les collections d’histoire naturelle : patrimonialisation et nouveaux défis pour le XXIe siècle

Les musées de l’Éducation nationale. Mission d’étude et de réfle (...) 2 - La labélisation des Muséums, recommandée par la mission Héritier-Augé, ne s’est jamais mise en pl (...) 3 - ICOM Nat Hist. Code of ethics for natural history museums, 2013. Voir le site : (...) Bases de données de collections. Français english Advanced search / MNHN.

Bases de données de collections

Des insectes se régalent d’animaux empaillés au musée Royal de la Saskatchewan. Anthrène des tapis Photo : Gouvernement du Canada Le musée Royal de la Saskatchewan est aux prises avec un problème de peste bien particulier.

Des insectes se régalent d’animaux empaillés au musée Royal de la Saskatchewan

Des anthrènes des tapis se sont installés dans les animaux empaillés. Leurs larves détériorent les fourrures et les plumes des bêtes de la collection d'histoire naturelle du musée de Regina. « Elles adorent s'installer sur les animaux morts et les détruire », explique le conservateur en chef du musée Royal, Ray Poulin. « Nous avons trouvé un bon nombre de ces insectes sur des animaux empaillés et nous avons dû les enlever. » Contamination des collections naturalisées traitées aux biocides et mesures de conservation préventive. 1 PEQUIGNOT A. et al. « L’arsenic dans les collections d’Histoire naturelle ».

Contamination des collections naturalisées traitées aux biocides et mesures de conservation préventive

In La Lettre de l’OCI (...) 2 PFISTER A-L. L’influence des biocides sur la conservation des « naturalia ». Mémoire de fin d’étud (...) 1La contamination des collections d’histoire naturelle par l’usage de pesticides est bien connue1. En effet, ces collections étant une source nutritive pour de nombreux organismes vivants (considérés dès lors comme nuisibles), et cela à travers le monde, les muséums d’histoire naturelle ont dû rapidement trouver des solutions pour préserver leurs collections au moyen de pesticides utilisés comme répulsifs ou d’insecticides organiques, tels le DDT ou le lindane, ou inorganiques comme l’arsenic, le mercure et le plomb. France, SIAM, l’éléphant de tous les esclavages. France, SIAM, l’éléphant de tous les esclavages Au Muséum d’Histoire Naturelle de Paris, dans un coin sombre tout au fond de la Grande Galerie de l’Evolution, se trouve la dépouille naturalisée de Siam l’éléphant.

France, SIAM, l’éléphant de tous les esclavages

Impressionnant et majestueux même dans la mort, de son vivant il mesurait 3,25 mètres de haut, pesait 7 tonnes et ses défenses 80 kg. Des bancs sont disposés derrière lui, afin que le visiteur puisse regarder une petite vidéo racontant son histoire de façon très positive, ce qu’on nomme du «storytelling» qui est l’art de réécrire une histoire en rose, technique très utilisée par les entreprises. Victorian taxidermy. LO12(2) Muséum national d'Histoire naturelle. RELIURES EN PEAU HUMAINE : - Dictionnaire du livre de TITIVILLUS. Parfois savamment nommée « Bibliopégie * Anthropodermique “ , la reliure d'ouvrages en peau humaine est attestée à de multiples reprises : -Gayet de Sansale ,bibliothécaire de la Sorbonne au XVIII° siècle , signale une décrétale* et une bible reliées et rédigées sur peau humaine...il en va de même de l’abbé Rive qui semble toutefois avoir confondu la peau humaine avec un vélin très fin ...

RELIURES EN PEAU HUMAINE : - Dictionnaire du livre de TITIVILLUS

-Un livre d’anatomie de Askew (vers 1770) et un traité des maladies de la peau de Hunter (vers 1780 ) sont signalés ainsi reliés sans doute pour harmoniser la reliure et le sujet .. -La bibliothèque impériale de Vienne aurait possédé un manuscrit illustré mexicain écrit sur parchemin * de peau humaine. -Gabriel Peignot fait état dans son « Essai de curiosités bibliographiques «(1804)de deux livres écrits et reliés en peau humaine conservés dans les bibliothèques de Dresde et de Vienne .

-Un bibliomane* (ou bibliomaniaque * ? -J.K.