background preloader

Le document

Facebook Twitter

Vu, lu, su et consolidation du nouvel ordre documentaire – Introduction à l'architecture de l'information. Mon cheminement personnel arrive à la fin d’une étape, bornée par mon départ en retraite. Pour marquer ce moment et tirer ma révérence, j’ai pensé vous faire deux cadeaux. Le livre Le livre Vu, lu, su. architectes de l’information face à l’oligopole du web est paru il y a un peu plus de cinq années et, en accord avec son éditeur que je remercie, je le rends accessible en ligne.

Accès au livre ePub, Pdf. Table des matières du livre Introduction. 1. 2. Petite histoire du mot Petite histoire de la notion Les trois dimensions 3. Renouveau Le document au XXIe siècle D’une modernité à l’autre 4. Les trois modèles de valorisation du document Articulation des modèles L’économie du document 5. Les paradoxes du néodocument L’élaboration d’un modèle commercial Conclusion.

La postface j’ai pensé aussi que, cinq ans passés, il serait opportun d’y ajouter une postface. Voici le pitch : Sommaire de la postface. Pourquoi le document importe / E-dossier de l'audiovisuel : sciences humaines et sociales et patrimoine numérique / E-dossiers de l'audiovisuel / Publications / INA Expert - Accueil - Ina. Chercheur en sciences de l’information, Jean-Michel Salaün est professeur à l’École normale supérieure de Lyon où il est en charge du premier master francophone sur l’architecture de l’information.

De 2005 à 2010, il était directeur de l'École de bibliothéconomie et des sciences de l'information de Montréal (Ebsi). Il a été auparavant professeur à l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques en France, où il a pris pendant une quinzaine d'années diverses responsabilités, dont l'animation du réseau du CNRS RTP-Document. Ses travaux portent sur l’économie du document, les développements du document numérique et le management des bibliothèques, la pertinence d'une théorie du document pour analyser la structuration du Web. Il est l’auteur ou le co-auteur de nombreux ouvrages et articles sur ces questions.

La seconde acception, celle de preuve, fait référence à des titres, souvent des titres de propriété. Vu : forme Lu : texte Su : médium Intégration 1. 2. 3. JM Salaun - Une approche documentaire du web. « L'homme est un document comme les autres : du World Wide Web au World Life Web ». Abstract : Social networks sites (SNS) allow us to catalogue human beings. This world catalogue of digital identities that search engines can crawl and index, raises the problem of human being profiles relevance.

Those social networks sites and search engines indexing public informations but also private or intimate data can easily track our intentions, our social relationships. They have a very deep understanding of what the sum of our online documents reveals of us. After the arrival of an merchant indexation (sponsored links), after social and collaborative indexation (folksonomies), it is today necessary to question the process that makes human beings the center of documentary cycle, as simple documents ... among others. Résumé : Les réseaux sociaux posent aujourd'hui, au sens propre, la question documentaire appliquée au facteur humain. L'homme, un document comme les autres. Redocumentarisation en 4 images. Dédicace spéciale aux étudiants de première année en Maitrise des sciences de l'information de l'EBSI Voici quelques éléments de réponse à cette question, sans prétendre épuiser le sujet. La première réponse naturelle à cette question, si l'on s'en tient aux définitions officielles ou aux pratiques des professions traditionnelles des sciences de l'information, bibliothécaires et archivistes, est clairement : non.

La norme ISO 15489 sur le records management définit le document comme «Tout écrit ou enregistrement considéré comme une unité » (2001a, p. 3, ici ). Au Québec, le document a été défini de façon un peu plus large en 2001 dans la loi : la loi concernant le cadre juridique des technologies de l’information (là) indique que le document est une «Information portée par un support – information délimitée et structurée, de façon tangible ou logique selon le support qui la porte, et intelligible sous forme de mots, de sons ou d’images». Transmettre La conférence de M. Prouver Éthique. La redocumentarisation, un défi pour les sciences de l’information. 1Les sciences de l’information viennent de passer un cap. Elles s’étaient construites sur un ordre documentaire relativement stable durant le XXe siècle.

Même s’il subissait une explosion quantitative, même s’il intégrait de nouveaux supports comme l’audiovisuel, sa structure générale suivait des règles et canaux qui étaient repérés. Les sciences de l’information pouvaient alors se construire sur un corpus de documents soumis à des contraintes connues et proposer des méthodes et des outils pour en tirer l’information utile comme le classement, l’indexation, des équations de recherche de plus en plus raffinées, la scientométrie, etc. pour les traditions issues de la bibliothéconomie, et d’autres encore, comme l’évaluation, l’élimination, le calendrier de conservation de son autre racine professionnelle, plus méconnue en France : l’archivistique. 4La proposition sera bâtie en trois temps. 9Le numérique, par nature, implique une re-documentarisation.