background preloader

La question du genre

Facebook Twitter

Le féminin, naissance d'un genre ? Simone de Beauvoir écrivait en 1949, dans Le deuxième sexe, « on ne naît pas femme on le devient ».

Le féminin, naissance d'un genre ?

Cette phrase devenue emblématique de l’idée d’une féminité construite et non innée, fait de son auteur la mère du concept de genre sans même l’avoir nommé, et sur lequel se fonde une partie croissante des recherches en sciences humaines des vingt dernières années. Françoise Héritier et Michelle Perrot en sont des chefs de fil dans leurs disciplines respectives. L’approche structuraliste de l’anthropologue met en exergue les invariants d’une compréhension binaire du monde par les hommes.

C’est par la structure même du raisonnement humain, confronté à des buttoirs pour la pensée tels que l’existence de deux sexes ou la capacité des femmes à enfanter, que s’explique le partage sexué des rôles sociaux. De la construction du genre à la construction du « sexe » : les thèses féministes postmodernes dans l’oeuvre de Judith Butler. Lorsqu’il est question de féminisme postmoderne et de théories queers, le nom de la philosophe Judith Butler revient partout, dans tous les congrès, les colloques et les publications.

De la construction du genre à la construction du « sexe » : les thèses féministes postmodernes dans l’oeuvre de Judith Butler

Pour plusieurs auteures et auteurs, d’accord ou non avec ses thèses, son nom est devenu une référence en matière de féminisme postmoderne, un incontournable (Bell 1999 : 163; Jackson 1999 : 14, 15 et 22; St-Hilaire 1999 : 29; Vasterling 1999 : 17-18; Salih 2002 : 1-15 et 137-152; Ambroise 2003 : 99-100). En effet, ses théories sont considérées comme novatrices par bon nombre de spécialistes, bien qu’elles soient contestées par d’autres (Barvosa-Carter 2001 : 123-124). Comme le souligne Ambroise (2003 : 99), « Judith Butler est en train de reprendre, par l’originalité de sa pensée et la radicalité de ses propos, le flambeau du féminisme intellectuel et sa pensée devient désormais la référence obligée de toute revendication portant sur les discriminations de sexe et de genre ».

Le genre et le « sexe »[4] Genre et identité : Judith Butler en France. Nourrie de French theory, de Monica Wittig à Michel Foucault, Judith Butler invite à penser les normes sexuelles à partir des marges, le genre à partir de la performance de la drag-queen.

Genre et identité : Judith Butler en France

La France est l'un des derniers pays à avoir traduit Gender Trouble (1990), l'ouvrage par lequel la théoricienne queer Judith Butler a semé la pagaille dans la réflexion sur le genre et la sexualité. La parution de Trouble dans le genre, selon le titre français (La Découverte, 2005), rejoint la traduction récente de plusieurs textes de J. Butler qui témoignent de l'actualité de sa pensée dans l'Hexagone. Connue pour sa critique radicale de la notion d'identité ou pour son analyse de la « mélancolie de genre » freudienne, la philosophe l'est désormais aussi pour ses réflexions sur l'Amérique de l'après-11 septembre (Vie précaire. Grands auteurs, Judith Butler, Butler, Genre, Sexe, Identité, Sexualité, Queer, Féminisme, Binarisme.

Judith Butler, Défaire le genre. 1 Nicole-Claude Mathieu, « Sexe et Genre », in Groupe d’étude sur la division sexuelle du travail, D (...) 2 En dépit des travaux de Colette Guillaumin.

Judith Butler, Défaire le genre

Voir Sexe, race et pratique du pouvoir, Paris, Côté-fe (...) 3 Voir Bodies That Matter. On the Discursive Limits of Sex, London-New York, Routledge, 1993 et son (...) 4 Mis à part quelques pionniers comme Marie-Hélène Bourcier, François Cusset, Christine Delphy, Didi (...) 5 Expression liée à l’ouvrage de Eve Kosofsky Sedgwick, Épistémologie du placard (= Epsitemology of (...) 6 Aux éditions EPEL, Léo Sheer, La Découverte et surtout Amsterdam. 1Dans le Dictionnaire critique du féminisme paru en France en 2000, à l’entrée « Sexe et genre »1, Judith Butler figure dans la rubrique « dérives du genre ». Le genre à l'épreuve de la biologie. Quand la science avance qu’il y a deux sexes, que vise-t-elle ?

Le genre à l'épreuve de la biologie

Quelle est, pour un biologiste, la signification des termes « mâle » et « femelle » ? En tentant de compter les sexes, on doit bientôt se risquer à distinguer le normal du pathologique. Avec Thierry Hoquet, professeur de philosophie à l’université Jean-Moulin Lyon 3, spécialiste de l’histoire et de la philosophie de la biologie. Il est l’auteur notamment de Darwin contre Darwin (Seuil, 2009), Cyborg philosophie (Seuil, 2011) et Sexus nullus, ou l’égalité (iXe, 2015).

Il a dirigé l’ouvrage collectif, Le Sexe biologique.