background preloader

Diesel et santé publique

Facebook Twitter

Dioxyde d'azote (NO2) - Définition. Le dioxyde d’azote (NO2) se forme dans l’atmosphère à partir du monoxyde d'azote (NO) qui se dégage essentiellement lors de la combustion de combustibles fossiles, dans la circulation routière, par exemple.

Dioxyde d'azote (NO2) - Définition

Le dioxyde d’azote se transforme dans l’atmosphère en acide nitrique, qui retombe au sol et sur la végétation. Cet acide contribue, en association avec d’autres polluants, à l’acidification des milieux naturels. Les concentrations de NO et de NO2 augmentent en règle générale dans les villes aux heures de pointe. D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le NO2 a des effets néfastes sur la santé: une exposition à long terme peut altérer la fonction pulmonaire et augmenter les risques de troubles respiratoires. Le dioxyde d’azote pénètre dans les voies respiratoires profondes, où il fragilise la muqueuse pulmonaire face aux agressions infectieuses, notamment chez les enfants. Proposer une correction.

Pollution atmosphérique - Introduction - - IntroductionImpacts à l’échelle régionale : risques pour la santé et les écosystèmes. Les pollutions atmosphériques régionales caractérisent des situations de pollution rencontrées sur des zones distantes de quelques dizaines à quelques centaines de kilomètres des zones urbaines ou industrielles.

Pollution atmosphérique - Introduction - - IntroductionImpacts à l’échelle régionale : risques pour la santé et les écosystèmes

Elles se manifestent notamment par les phénomènes des pluies acides et de la pollution photochimique. 4.1 Pluies acides Le terme de pluies acides désigne les retombées au sol d’espèces acidifiantes vis‐à‐vis des écosystèmes : dépôts humides de polluants incorporés dans les précipitations (pluie, neige, brouillard...), dépôts secs de gaz et de particules. Les polluants à l’origine des pluies acides sont les composés du soufre et de l’azote. Ces gaz évoluent chimiquement dans l’air pour former des acides ou leurs sels, que l’on retrouve notamment dans les nuages et les précipitations. Le diesel n’est pas seul responsable de la pollution automobile.

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Laetitia Van Eeckhout Alors que la municipalité parisienne doit présenter son plan antipollution début février et programmer une sortie du diesel, une étude à paraître d’Airparif révèle que les moteurs ne sont pas seuls en cause dans la pollution liée au trafic automobile.

Le diesel n’est pas seul responsable de la pollution automobile

Selon l’Observatoire de la qualité de l’air en Ile-de-France, 41 % des particules fines en suspension (PM10) émises par le trafic routier francilien viennent de l’abrasion des pneus, du revêtement routier et des freins. Au cours d’une table ronde sur les effets du diesel sur la santé et l’environnement, organisée le 14 janvier par la commission du développement durable du Sénat, la question des émissions de particules générées par l’abrasion a fait irruption dans le débat, à la surprise de bien des présents qui découvraient cette source de pollution pourtant bien réelle. "Le diesel fait 42.000 morts en raison des particules fines" ? D'après le sénateur écologiste Jean-Vincent Placé, "le sujet diesel, c'est extrêmement nocif pour notre santé : 42.000 morts par an en particulier en raison des particules fines".

"Le diesel fait 42.000 morts en raison des particules fines" ?

D'abord, le diesel n'est pas le seul à emettre des particules fines. Il faut parler du transport routier en général mais aussi de l'industrie et du chauffage. D'après une étude de l'association Citepa, le transport routier représente 17% des émissions des particules PM2.5 en France métropolitaine (chiffres 2012) quand le "résidentiel/tertiaire" est responsable de 48% des élmissions et 22% pour l'industrie manufacturière. Un chiffre ancien Maintenant sur le chiffre de "42.000 morts", il s'agit d'une estimation qui n'est valable que pour le début des années 2000. Hausse du risque en fonction de la concentration Reste à savoir comment déterminer ce nombre de morts prématurées. Pour le déterminer, les chercheurs ont repris une étude menée dans les années 80 aux Etats Unis auprès d'un million d'Américains. Particules fines atmosphériques : PM 2,5, PM 10. Www.notre-planete.info : environnement, développement durable et sciences de la Terre Que recouvrent les termes poussières, particules ou aérosols ?

Particules fines atmosphériques : PM 2,5, PM 10

Nous tenterons ici de définir plus précisément la nature physico-chimique des particules présentes dans l'atmosphère, tout en insistant sur la spécificité de celles émises par l'automobile et notamment la motorisation Diesel. Particules : définition Les particules sont solides ou liquides et résultent essentiellement de composés solides du carbone, des hydrocarbures non brûlés, mais aussi de l'usure des pneus et des métaux lourds.

Leur taille est donc réduite et les place à une échelle microscopique. Les aérosols sont formés de particules solides ou liquides de dimension inférieure à 100 micromètre. Le terme de "particules" englobe en fait l'ensemble des définitions précédentes indifféremment des propriétés physico-chimiques de chacune d'elle.