background preloader

Médias mutants

Facebook Twitter

Le CSA, régulateur économique ? Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Jean Spiri (ancien conseiller du président du Conseil supérieur de l’audiovisuel) C'est une sorte de double coming out qui a eu lieu ce jeudi 2 octobre, avec l'organisation par le Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA) d'un séminaire sur l'audiovisuel comme enjeu économique.

Le CSA, régulateur économique ?

Le premier, dans la lignée des propos de la nouvelle ministre de la culture et de la communicationFleur Pellerin, consiste en la révélation d'une évidence pourtant connue des professionnels: nous avons de véritables industries audiovisuelles qui représentent un enjeu majeur pour notre économie. Le deuxième, c'est que le CSA a accéléré sa mue en vue de devenir une autorité de régulation économique.

L'industrie audiovisuelle représente, pour la seule télévision, un chiffre d'affaires de 15 milliards d'euros et 175 000 emplois (étude EY, 2013). Laurent Guimier : « France Info a inventé l'information en continu » La vision tout en nuances de François Hollande sur l'audiovisuel. Pour la première venue d'un président de la République au Conseil supérieur de l'audiovisuel (CSA), François Hollande a délivré, jeudi 3 octobre, un message… hollandien.

La vision tout en nuances de François Hollande sur l'audiovisuel

Il n'y a rien de structurant, regrette en substance un des cadres de chaînes présent lors de cette journée de débat sur l'avenir du secteur. Revoir en replay et en streaming "Médias, le magazine" - Médias le Magazine. Jeudi 2 octobre : séminaire "L'audiovisuel, enjeu économique" Comment les médias ont traité l’assassinat d’Hervé Gourdel sur Facebook. Nicolas Sarkozy, roi de la com' : pourquoi il fascine tant les médias (et leur public) Nicolas Sarkozy en voiture à la sortie de son bureau, le 19 septembre 2014 (J.

Nicolas Sarkozy, roi de la com' : pourquoi il fascine tant les médias (et leur public)

SAGET/AFP). Depuis des mois, les journalistes, tous supports confondus, tiennent la chronique du retour de Nicolas Sarkozy en politique. Une chronique qui épouse étroitement les lignes de la stratégie de communication voulue par l’ancien chef de l’État (relai de toutes ses "cartes postales", "unes" diverses dans la presse people, propos en off, confidences de ses fidèles…). Ce traitement médiatique s’est intensifié ces dernières semaines pour atteindre son paroxysme ce week-end, après l’officialisation de ce retour via Facebook et l’entretien accordé à France 2.

En deux ans, Nicolas Sarkozy n’a donc rien perdu de sa capacité à "faire" l’agenda médiatique et à attirer l’attention des journalistes, et cela, en dépit de sondages peu favorables. 1. Si les médias mettent aussi abondement Nicolas Sarkozy en une, s’ils relaient si bien ses faits et gestes, c’est d’abord par pragmatisme. 2. 3. La machine à abrutir, par Pierre Jourde (Le Monde diplomatique, août 2008) Jusqu’à présent, la qualité des médias audiovisuels, public et privé confondus, n’était pas vraiment un sujet.

La machine à abrutir, par Pierre Jourde (Le Monde diplomatique, août 2008)

Puis le président de la République découvre que la télévision est mauvaise. Il exige de la culture. En attendant que la culture advienne, l’animateur Patrick Sabatier fait son retour sur le service public. En revanche, des émissions littéraires disparaissent. C’est la culture qui va être contente. Avec l’alibi de quelques programmes culturels ou de quelques fictions « créatrices », les défenseurs du service public le trouvaient bon. La vraie menace Netflix, ce sont ses algorithmes : ils posent un problème de démocratie. Netflix est accessible depuis la France depuis le 15 septembre.

La vraie menace Netflix, ce sont ses algorithmes : ils posent un problème de démocratie

(Capture d'écran) Je ne suis pas du tout certaine que Netflix inquiète les télévisions autant qu’on le dit. Par exemple, le service de vidéo à la demande par abonnement de Canal Plus, Canal Play, fonctionne bien et Netflix n’est pour eux, qu’un concurrent de plus sur un marché fort concurrentiel. Comment le numérique a réinventé la relation client - Les Echos. A strategic vision of Social Media.

Revue de presse

Google is building up a digital superstate, says German media boss. Google has been accused by a German newspaper publisher of behaving in a way that 'in less reputable circles would be called a protection racket' Photograph: Regis Duvignau/REUTERS The chief executive of Europe's largest newspaper publisher has accused Google of abusing a monopoly position in the digital economy to discriminate against competitors and build up a "superstate".

Google is building up a digital superstate, says German media boss

In an open letter to Google's Eric Schmidt published in Wednesday's Frankfurter Allgemeine Zeitung, the head of Germany's Axel Springer SE publishing house, Mathias Döpfner, said the US company was operating a business model that "in less reputable circles would be called a protection racket", discriminating against competitors in its search rankings.

L'Atelier numérique n°524. Mathias Döpfner’s open letter to Eric Schmidt. It is not the fear of old analog dinosaurs After this disturbing news you need to ask yourself: Is Google in all seriousness planning for the digital supra-state in which one corporation is naturally only good to its citizens and of course “is not evil”?

Mathias Döpfner’s open letter to Eric Schmidt

Please, dear Eric, explain to us why our interpretation of what Larry Page says and does is a misunderstanding. I am aware that the problems which are caused by new digital super-authorities such as Amazon and Facebook cannot be solved by Google alone. L'Ère numérique, un nouvel âge de l'humanité: 5 mutations qui vont ... - Gilles Babinet. Mon tour du «Monde» - Éric Fottorino. Une presse sans Gutenberg - Jean-François Fogel, Bruno Patino. Publicitor - 8e éd. (+ site compagnon): Publicité offline et online - TV ... - Arnaud de Baynast, Jacques Lendrevie. L'Etat spectacle 2: politique, casting et média - Roger Gérard SCHWARTZENBERG. Remarques: Les marques à l'épreuve de la pratique - 500 marques passées au ... - Jean-Noël Kapferer.