background preloader

Greece 2016

Facebook Twitter

Eurostat: 3.8million Greeks (35.7%) live in poverty or social exclusion- Rates rise year by year. Posted by keeptalkinggreece in Society Three million eight hundred Greeks live in poverty or in conditions of social exclusion.

Eurostat: 3.8million Greeks (35.7%) live in poverty or social exclusion- Rates rise year by year

In Eurostat statistics this is 35.7 percent of the population and refers to data of 2015. In Greece of sever years strict austerity, bailout agreements, wages and pension cuts and constantly high unemployment of around 25%, the poverty rates have – as expected – increased. In 2015, it was 35.7% of the population, a total of 3.8 million people, living in poverty. EU Commission blatantly intervenes in protection of ex ELSTAT president accused of swelling Greek debt.

Posted by keeptalkinggreece in Economy “The European Commission has never, and will not, as a matter of principle, comment on individual national legal proceedings, […].

EU Commission blatantly intervenes in protection of ex ELSTAT president accused of swelling Greek debt

However, …” Despite the loyalty to alleged EC principles, Marianne Thyssen, the European Commissioner for Employment, Social Affairs, Skills and Labour Mobility, threw all these principles over the board and took a clear position in favor of former President of Greek Statistics Authority ELSTAT, Andreas Georgiou. Clear for & that data on Greek gov debt during 2010-2015 were fully reliable & accurately reported. Mondialisme vs Pangermanisme : Crise grecque-le rapport interne qui accable le FMI ! (Avec Note du Lupus) – Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances. Un peu plus de six ans après le début de la crise grecque, la narration officielle, le « storytelling » qui a été élaboré par les gouvernements et les institutions qui ont géré cette crise, tombe chaque jour un peu plus en lambeaux.

Mondialisme vs Pangermanisme : Crise grecque-le rapport interne qui accable le FMI ! (Avec Note du Lupus) – Le blog A Lupus un regard hagard sur Lécocomics et ses finances

Alors que la malheureuse Grèce, soumise à un troisième mémorandum signé voici un an avec ses créanciers, n’en finit pas de s’effondrer économiquement, le FMI, membre de la troïka qui a supervisé la gestion de cette crise, n’en finit pas de procéder à des mea culpa tardifs, mais sans appels. Absence de discussions internes Après avoir reconnu qu’elle avait sous-estimé les « multiplicateurs budgétaires », autrement dit l’impact de la consolidation budgétaire sur la croissance, pour la Grèce, l’institution de Washington avait récemment, dans un article de recherche reconnu les effets négatifs des politiques d’austérité imposées à Athènes. Ce jeudi 28 juillet, un nouveau rapport est venu critiquer le rôle pris par le FMI dans sa gestion de la crise grecque.

Grèce : la logique des créanciers, jusqu'au bout de l'absurde. Voici un an, le remboursement de la dette grecque envers la BCE attirait tous les regards.

Grèce : la logique des créanciers, jusqu'au bout de l'absurde

Cette fois, c'est dans l'indifférence générale que l'Etat grec a remboursé ce 20 juillet 2016 à l'institution de Francfort 2,3 milliards d'euros les obligations rachetées par la BCE sur le marché en 2010-2011 et arrivant à maturité. Un peu moins du tiers des 7,5 milliards d'euros versés par le Mécanisme européen de stabilité (MES) à la fin juin a donc déjà quitté les caisses helléniques pour venir annuler cette créances dans le bilan de la BCE. Les prochains paiements de la Grèce à venir, outre le remboursement des prêts à court terme réalisés sur le marché, sont prévus l'an prochain. Athènes devra encore payer 1,7 milliard d'euros à la BCE et 3,2 milliards au MES. Grèce : le retour de la crise ? Alexis Tsipras tente un nouveau coup de poker.

Grèce : le retour de la crise ?

Mardi 12 avril au soir, le ministre des Finances grec, Euclide Tsakalotos a annoncé que le gouvernement soumettrait à la Vouli, le parlement hellénique, « la semaine prochaine » les réformes de la fiscalité et des retraites. Cette décision est un défi lancé à la face des créanciers. La procédure prévue par le mémorandum signé en août dernier prévoit en effet que le gouvernement grec ne soumette au vote des députés que des textes qui ont été validés par les créanciers. Ceci était inscrit en toutes lettres dans l'accord signé : la Grèce ne devait pas procéder à des mesures unilatérales. Passage en force Or, Euclide Tsakalotos a retrouvé des accents martiaux ce mardi soir, mettant en avant la « souveraineté » de la Grèce, comme lors des moments de tension du premier semestre 2015. « Le gouvernement grec est souverain et c'est à lui que revient la décision sur la manière de réaliser les objectifs du mémorandum », a-t-il déclaré.

Un pari risqué. Greek pensions: The unsolvable equation. Le FMI pourrait réduire en miettes l'accord sur la dette grecque. ÉCONOMIE – Le gouvernement grec, et les entreprises avec lesquelles il bataille souvent, sont enfin parvenus à un accord sur la manière de se conformer aux objectifs budgétaires fixés par les bailleurs de fonds institutionnels.

Le FMI pourrait réduire en miettes l'accord sur la dette grecque

Mais le Fonds monétaire international, qui a fait partie l’été dernier des créanciers ayant contraint la Grèce à de nouvelles coupes budgétaires controversées en échange de prêts d’urgence, rejette cet accord et insiste pour que le poids de la rationalisation retombe sur les citoyens grecs. D’après une source bien informée sur les négociations entre l’État grec et les créanciers, le FMI a fait savoir qu’il s’opposerait aux mesures prévues par le gouvernement, qui prévoient de réduire le déficit des retraites en partie par l’augmentation des cotisations patronales. En lieu et place, affirme cette source, le FMI estime que le rééquilibrage du système des retraites ne peut être obtenu que par une réduction moyenne de 15 % des pensions.

Un allié face au FMI ? Greece: An Alternative Economic Project. A Proposal for Meaningful Policy Change. Next Up for Greece: How to Shrink the Debt. By Viktoria Dendrinou Wall Street JournalJanuary 14, 2015.

Next Up for Greece: How to Shrink the Debt

Syriza, le retour : Alexis Tsipras reprend le bras de fer avec les institutions européennes. 6 mois après la signature in extremis d'un accord entre le gouvernement grec et la Troïka, les tensions réapparaissent au sujet de l'épineuse réforme des retraites.

Syriza, le retour : Alexis Tsipras reprend le bras de fer avec les institutions européennes

Suite au relèvement de l'âge de départ à la retraite de 62 à 67 ans, voté en octobre dernier, Alexis Tsipras se refuse à abaisser une nouvelle fois le niveau des retraites existantes. Tout ça pour ça Ajouter au classeurSuivre ce contributeurLecture zen Intéressé par cet auteur ? Pour retrouvez facilement ses articles dans votre compte et recevoir une alerte à chacune de ses contributions : Lire ou relire plus tard Pour classer cet article et le retrouver dans votre compte : Besoin de vous concentrer.

If pensions and salaries at €750 gross, prices for good & services have to be decreased accordingly. Posted by keeptalkinggreece in Society The great pensions slaughtering.

If pensions and salaries at €750 gross, prices for good & services have to be decreased accordingly

Ops! Keeptalkinggreece. Inequalities in private & public sector: There is something wrong in Greece’s pension system. Posted by keeptalkinggreece in Society There is certainly something wrong in the Greek pension system as it divides the people in two social classes: the class of civil servants and the class of private sector workers.

Inequalities in private & public sector: There is something wrong in Greece’s pension system

There is a lot of talk and scenarios about the future plans of the pensions reform as they are demanded by the creditors. But I won’t talk about the scenarios of cuts in main and supplementary pensions and the hikes in social security contributions or the hazardous effects of the high unemployment to the pension funds reserves. I am going to talk about the inequalities in pensions between pensioners of the public and the private sector. Giorgos, 85, was stunned to see the last notification of his pension. According to Greece’s creditors’ plans, the so-called National Pension will be 384 euro gross for at least 15 years of work.

Zoé Konstantopoulou : « La Commission de Vérité sur la dette publique subit une chasse politique de la part des nouveaux partisans des memoranda » Zoé Konstantopoulou a fait en particulier mention des attaques dont la Commission pour la Vérité a récemment fait l’objet de la part de l’actuel gouvernement. Elle a ainsi évoqué la disparition du rapport préliminaire de la Commission du site web du Parlement, la façon dont la fin des travaux de la Commission avait été annoncée- s’apparentant à un véritable« coup d’État », mais aussi l’entrée par infraction dans les bureaux de la Commission, ainsi que dans son propre bureau, sur ordre de l’actuel président du Parlement, N. Voutsis. Elle a d’ailleurs révélé qu’elle avait déposé plainte à ce sujet. POURQUOI LA GRECE DOIT SORTIR DE L'EURO (en 9 schémas) La Grèce doit sortir de l’euro et ci-dessous il y a neuf bonnes raisons qui le démontrent. C’est ce que soutient le Britannique quotidien « Telegraph » dans la mesure où la Grèce flirte avec l’incertitude politique et se trouve dans le chemin des élections. 1.

Développement : L’économie grecque s’est rétrécie de 27% depuis 2007.