Education

Facebook Twitter

Ce que nos enfants n'apprennent plus au collège. L'éducation ou comment faire baisser le niveau. Partie 5 : Charlotte Iserbyt, le système éducatif occidental S/T. De la servitude moderne. De la servitude moderne est un livre et un film documentaire de 52 minutes produits de manière totalement indépendante ; le livre (et le DVD qu’il contient) est distribué gratuitement dans certains lieux alternatifs en France et en Amérique latine.

de la servitude moderne

Le texte a été écrit en Jamaïque en octobre 2007 et le documentaire a été achevé en Colombie en mai 2009. Il existe en version française, anglaise et espagnole. Le film est élaboré à partir d’images détournées, essentiellement issues de films de fiction et de documentaires. L’objectif central de ce film est de mettre à jour la condition de l’esclave moderne dans le cadre du système totalitaire marchand et de rendre visible les formes de mystification qui occultent cette condition servile. Il a été fait dans le seul but d’attaquer frontalement l’organisation dominante du monde. Dans l’immense champ de bataille de la guerre civile mondiale, le langage constitue une arme de choix.

Lycée professionnel : il n’y aura bientôt plus d’enseignants. Le nombre de can­di­dats aux concours de pro­fes­seur de lycée pro­fes­sion­nel (PLP) ne cesse de chu­ter.

Lycée professionnel : il n’y aura bientôt plus d’enseignants

Le Snuep-FSU, syn­di­cat de l'enseignement pro­fes­sion­nel, demande à Luc Chatel de prendre des mesures d'urgence. Le Snuep-FSU, syn­di­cat de l'enseignement pro­fes­sion­nel, tire la son­nette d'alarme. L'AEF indique ainsi que pour le syn­di­cat, "les consé­quences [de la mas­te­ri­sa­tion] sur la for­ma­tion et le recru­te­ment des futurs pro­fes­seurs de l'enseignement pro­fes­sion­nel (PLP) sont catastrophiques". En effet, le nombre d'étudiants pré­pa­rant les concours de recru­te­ment de PLP a consi­dé­ra­ble­ment chuté cette année et cer­taines for­ma­tions ont tout bon­ne­ment dis­paru. Le syn­di­cat cite l'exemple de Nantes, où, faute de can­di­dats, "il n'y a plus de for­ma­tion en génie méca­nique et génie civil". D'autres for­ma­tions réunissent aujourd'hui si peu de can­di­dats qu'elles risquent égale­ment à terme de disparaître.