background preloader

REFORME COLLEGE

Facebook Twitter

Le décret sur la réforme du collège, ou le pouvoir de la technocratie. A l'approche de la rentrée scolaire, il me semble intéressant de republier ici un texte d'Alexandre Carret. Publié d'abord sur ce site: Ce texte avait été repris sur médiapart par Bernard Collot. Sans aucun succès: zéro commentaire ! Il faut admettre que la réforme du collège, le 15 juillet...

Il me semble important d'offrir une seconde chance à cette pertinente analyse, publiée par un vrai prof; pas un docteur en seciences de l'éducation, pontifiant devant des étudiants, mais un enseignant qui travaille devant des classes. Voici donc ce texte: La tendance générale dans l’Éducation nationale, comme partout ailleurs dans la société, est le "pantechnocratisme", c’est-à-dire, ce mouvement idéologique qui nie toute réalité à l’action humaine si elle n’est pas mise en récit dans un discours formalisé selon les règles strictes de la technocratie. La réforme en cours s’inscrit pleinement dans cette démarche. Réforme du collège : des méthodes dictatoriales - lavoixducitoyen.overblog.com. Signé au petit matin du 19 mai 2015, le décret relatif à l’organisation des enseignements au collège institue un précédent législatif sur lequel il convient de s’interroger : pour la première fois dans l’histoire de l’éducation nationale, une réforme modifiant considérablement des propositions éducatives semble vouloir se passer de la voie parlementaire.

Pourtant, la Ministre de l’Éducation nationale ne cesse de dire que ce décret ne fait que s’inscrire dans la prolongation de la loi de refondation de l’école, votée à l’Assemblée en juillet 2013. Qu’en est-il alors de la légitimité de ce décret ? Est-il bien légal de réformer tout un corps scolaire par simple signature ministérielle ? Éducation et souveraineté Dans l’esprit de notre République, enseignement et suffrage sont intrinsèquement liés. Le Préambule de la Constitution de 1946 stipule en effet que « l’organisation de l’Enseignement public, gratuit et laïque à tous les degrés est un devoir de l’État ». Un autre collège 2016 ! La chronique de V. Soulé : Des profs de collège parlent de la réforme du collège. On a beaucoup entendu les éditorialistes, les politiques et les intellectuels parler de la réforme du collège.

Moins les enseignants. J’ai donc interrogé les profs de collège que j’avais déjà sollicités à la veille de la réforme. Une, sur les quatre, a refusé de répondre, se disant trop découragée. Les trois autres iront manifester le 19 mai. Ils ne sont pas représentatifs de toute une profession. Mais leurs critiques sont révélatrices des inquiétudes et des fractures que révèle cette réforme. «De bonnes idées mais c’est irréalisable» Renaud Farella, professeur d’histoire-géo au collège Lucie Faure à Paris (XXème arrondissement) «C’est dommage.

Dans notre collège, nous préparons l’accompagnement personnalisé que l’on va mettre en place en sixième à cette rentrée – nous en proposerons deux heures alors qu’une heure est obligatoire. On nous vend la réforme en disant que l’on va avoir plein d’autonomie. C’est une déception, comme pour la réforme de l’éducation prioritaire. «Je suis contre. Deutschpourtous sur Twitter : "@EmmanuelMacron @fhollande Demande d'emploi hors anglais... Deutschpourtous — Jérôme Vaillant, Professeur émérite Université... Deutschpourtous sur Twitter : "@najatvb @fhollande @SE_Unsa #allemand : ce qu'il faut savoir... _aktuell_02_15F.pdf. Il n’est de combats perdus que ceux que l’on ne livre pas. Comme beaucoup hier matin, j’ai été surpris par l’annonce de la publication du décret et de l’arrêté portant réforme du collège et, entre autres, suppression des classes bi-langues et des sections européennes.

Ces textes, pour qu’ils puissent ainsi être publiés, étaient certainement déjà signés la veille, mardi 19 mai, jour de mobilisation du monde enseignant. Pareille urgence était-elle nécessaire, alors que la concertation avec les acteurs de la communauté éducative était au mieux balbutiante et, dans le cas de l’apprentissage de l’allemand, inexistante ? Je ne le pense pas. Sur le fond de la réforme, j’avais des inquiétudes, développées amplement sur ce site et dans plusieurs tribunes et interviews. Je suis un homme de gauche, au plus profond de moi-même. Sans doute est-ce pour cela que la journée d’hier a eu pour moi comme un goût de cendre. Sans doute l’échange que j’espérais a-t-il été victime du clivage gauche-droite. Liste des signataires de la pétition Réforme du collège – NON à la disparition programmée de l’allemand de l’enseignement en France. Réforme du CLG et ADEAF. Déclaration de l’UFA sur l’importance de l’enseignement de l’allemand dans l’enseignement secondaire français - dfh - ufa.

Mardi 21 avril 2015 Déclaration de l’UFA sur l’importance de l’enseignement de l’allemand dans l’enseignement secondaire français L’Université franco-allemande (UFA) tient à faire part de son inquiétude relativement au projet de réforme des collèges en France qui menace la diversité des langues enseignées. L’enseignement de l’allemand est directement concerné, ce qui ne manquera pas d'avoir des répercussions pour l’UFA qui est tout autant tributaire de l’enseignement de l’allemand en France que de l’enseignement du français en Allemagne.

Plus de 6 000 jeunes Français et Allemands ont suivi l’an dernier un des 166 cursus à double diplôme de l'UFA, et 5 000 jeunes chercheurs français et allemands ont pris part à des manifestations scientifiques proposées par cette même institution. Malgré la concurrence massive de l’anglais, l’intérêt pour la langue et la culture du pays voisin est toujours là, mais cet intérêt a besoin d’être soutenu en permanence afin de pouvoir perdurer. Point d’élitisme, vive l’excellence ! Dans la vie de tous les jours, élitisme et excellence sont synonymes. Pas dans l’enseignement. Il n’est pas question de jargonner, mais de préciser, parce qu’en l’occurrence, nous touchons là deux notions quasi-contraires. Mise au point salutaire. En éducation, l’élitisme se définit comme le processus qui voit s’extraire d’un système les membres les plus performants.

C’est une propension à les privilégier. La plupart du temps, ces élites font l’objet de valorisation ou accèdent à des fonctions reconnues socialement. Malheureusement, cette théorie ne tient ni empiriquement, ni philosophiquement. Promouvoir le meilleur en chaque individu L’excellence scolaire est d’une autre facture intellectuelle. Que serait alors une pédagogie de l’excellence ? Coopération et réciprocité Une pédagogie qui conçoit les évaluations comme des situations pour densifier les apprentissages. Une pédagogie qui ne médiatise pas les manques, mais valorise les acquis.

_aktuell_02_15F. La fin d’un modèle? Qui s’en souvient ? Au tournant du siècle, c’est à l’initiative de Pauline Marois que le Québec s’engageait dans l’aventure malheureuse du Renouveau pédagogique. Pédagogies « ludiques » et « centrées sur l’enfant », « école de la réussite », « compétences transversales », tels furent quelques-uns des slogans de la plus vaste entreprise de déconstruction de l’école jamais entreprise au Québec. Il aura fallu plus de 10 ans pour tenter de colmater quelques-uns des trous béants de cette opération de table rase.

Et ceux-ci sont encore loin d’avoir été rebouchés, comme en témoignait une étude récente de Simon Larose et Stéphane Duchène selon qui, 15 ans plus tard, le niveau des élèves ne s’est guère amélioré. Une réalité que les professeurs sont en mesure de constater empiriquement, pour peu qu’ils aient le courage de « voir ce que l’on voit », comme disait si bien Péguy. Le débat sur la réforme des collèges qui se déroule en France ces jours-ci devrait nous intéresser. L'école du ressentiment - Mezetulle. Jean-Michel Muglioni s’étonne que la nouvelle réforme de l’Éducation nationale fasse tant de bruit : les lecteurs de Mezetulle ne doivent être étonnés que par la franchise avec laquelle la ministre propose comme remède aux maux de l’école la cause même du mal, comme nous sommes plusieurs à l’avoir montré dans ces colonnes. Je me souviens d’avoir lu sous la plume de l’helléniste Fernand Robert, après 1968, que s’étant aperçu dans les conservatoires que tous les élèves ne parviennent pas à jouer au piano le concerto de Tchaïkovski, on avait décidé de passer tous les pianos par les fenêtres.

Ainsi, à chaque nouvelle réforme de l’Éducation nationale, et cette fois-ci encore, comme le montre clairement la suppression des classes européennes ou bilangues, on veut supprimer les filières d’excellence ou qui passent pour telles. La disparition du latin et du grec ne date pas d’aujourd’hui ! Imaginons une réforme de l’enseignement du sport. REFORME #COLLEGE2016.