background preloader

Les EPCC

Facebook Twitter

Culture à Evreux : EPCC, un mauvais choix pour l’Abordage - 2015. La ville d’Evreux envisage de fusionner trois structures culturelles ayant des missions complètement différentes.

Culture à Evreux : EPCC, un mauvais choix pour l’Abordage - 2015

L’objectif : faire des économies. Or, regrouper dans un EPCC (établissement public de coopération culturelle) la scène nationale, l’Abordage et le Cadran n’est certainement pas la meilleure solution. Des expériences dans d’autres régions l’ont démontré. future salle dédiée aux musiques actuelles photo Kryptoy Discours contradictoires au sein de la municipalité, résultats d’études et projet qui se font attendre… C’est le véritable flou concernant le devenir de la culture à Evreux, notamment celui de l’Abordage. A Evreux, il y a l’Abordage, la scène nationale et le Cadran, trois structures avec des cahiers des charges différents et des programmations très éloignées.

Quelle identité ? Un EPCC oblige différents partenaires à s’engager sur le long terme. « C’est le bon côté mais c’est une théorie. Ailleurs Il y a eu dans d’autres villes de France des projets de fusion. CRC EPCC Le Volcan 2015. Modèle de statuts EPCC. Synthèse EPCC CIPAC. Proposition d'amélioration de la loi sur les EPCC - 2015. Dix ans après, l'EPCC est un outil de coopération culturelle reconnu - 2012. La commission des affaires culturelles du Sénat a auditionné, le 4 juillet dernier, Didier Salzgeber, coordinateur du Comité national de liaison des établissements publics de coopération culturelle (EPCC), accompagné de Frédéric Hocquard, directeur de l'Agence culturelle d'Ile-de-France (Arcadi) et chargé du secrétariat général du comité, et de Christian Mousseau-Fernandez, directeur du théâtre Le Quai d'Angers.

Dix ans après, l'EPCC est un outil de coopération culturelle reconnu - 2012

Une audition justifiée par un événement particulier : 2012 est en effet l'année du dixième anniversaire de la loi du 4 janvier 2002 et du décret du 11 septembre 2002 relatifs aux EPCC. Dix ans après, l'EPCC est, pour Didier Salzgeber, "un outil de coopération culturelle reconnu", puisque l'on en compte plus de 70. Hors écoles, les plus connus sont le 104 à Paris, le Centre Pompidou Metz, la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image à Angoulême, le palais des Papes à Avignon ou encore la commission du film d'Ile-de-France. Des sénateurs proposent de revisiter la loi sur les EPCC - 2012.

« L’EPCC est une sorte d’exception administrative française », a souligné le sénateur Pierre Bordier, en présentant les travaux du groupe de travail sur l’application de la loi du 22 juin 2006 (1) relative aux établissements publics de coopération culturelle.

Des sénateurs proposent de revisiter la loi sur les EPCC - 2012

C’est donc bien que la loi a répondu à un manque. D’ailleurs, aucun des représentants d’EPCC que nous avons auditionnés n’a envisagé un quelconque retour en arrière. » Le groupe sénatorial a recensé 70 EPCC, chiffre qui reste approximatif. Cependant, cette montée en puissance s’accompagne de problèmes « largement partagés », précisent les sénateurs, qui souhaitent y remédier. Garantir la place de l’Etat - Quand l’Etat est présent au conseil d’administration – ce qui n’est qu’une option – sa contribution financière est minoritaire.

D’où le fait que « ses représentants semblent parfois peiner à faire entendre » sa voix, constatent les sénateurs, car le principe « qui paye décide » s’applique largement. EPCC: quel bilan après dix ans de décentralisation culturelle ? - 2012. Dans quel contexte la loi sur les Etablissements publics de coopération culturelle (EPCC) a été votée en 2002 ?

EPCC: quel bilan après dix ans de décentralisation culturelle ? - 2012

Cette initiative sénatoriale visait à permettre le regroupement entre plusieurs collectivités territoriales et l’Etat – quand il le souhaitait- autour d’un projet culturel du territoire. Le but était de partager et donner plus d’ambition aux initiatives culturelles, mutualiser les projets pour les rendre plus efficace. Quel est le bilan des EPCC concernant la décentralisation culturelle ? On est aujourd’hui à plus de 90 établissements de coopération culturelle. Cela démontre que, en dix ans, cette création a été nécessaire et les territoires, les départements, les régions, les communes, se sont emparés des EPCC pour gérer leur patrimoine, pour le mettre en valeur, pour l’ouvrir au public le plus largement possible. Sénat - Groupe de travail EPCC 2012. EPCC Un statut qui doit évoluer - 2012. RAPPORT sur les EPCC - 2010. EPCC Une nouvelle pièce sur l'échiquier du paysage culturel - 2009.

L'établissement public de coopération culturelle - 2008. La création d'un EPCC 2005 - 6. Circulaire création EPCC 2003.