background preloader

Durant la semaine

Facebook Twitter

[J'activ Ouest France] - Virginie, 29 ans, photojournaliste en zones de guerre. Publié le mercredi 05 octobre 2016 à 22:02 par Texte : Aurore COUÉ.

[J'activ Ouest France] - Virginie, 29 ans, photojournaliste en zones de guerre

Photo : Jonathan KONITZ. . À 29 ans, la photojournaliste belge Virginie Nguyen Hoang se rend depuis cinq ans dans les zones de conflit. [Ouest-France] - Granville. Le photojournalisme trouve une place au lycée la Morandière. « Qui lit les journaux ?

[Ouest-France] - Granville. Le photojournalisme trouve une place au lycée la Morandière

», « Comment vous informez-vous ? », « Connaissez-vous le métier de photojournaliste ? » Pendant une heure, Virginie Nguyen Hoan, photojournaliste belge qui expose son reportage Gaza, the aftermath à Bayeux jusqu'au 30 octobre, et Benjamin Girette, photojournaliste et cofondateur du collectif #Dysturb, ont échangé avec les élèves d'une classe de Première ES-L, du lycée Julliot de la Morandière à Granville. Interpeller un maximum de personnes Dans le cadre du prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre, la région Normandie a souhaité développer les interventions du collectif qui colle des photos géantes dans les rues et les établissements scolaires pour mettre en avant le travail des photojournalistes et surtout donner à voir l'actualité internationale.

[France Culture] - Du Biafra à Alep : médecins en terrain de guerre. Ce sont forcément des hommes et des femmes qui forcent le courage. « Bien sûr que l’on croyait qu’on allait changer le monde.

[France Culture] - Du Biafra à Alep : médecins en terrain de guerre

Comme disait Twain : « C’était impossible mais on ne le savait pas, alors on l’a fait ». C’était comme une passion amoureuse, la nôtre était démocratique. Il fallait que l’on y croie, il fallait qu’on ose y croire, de toutes façons c’était au dessus de nous, par delà le bien ou le mal, le sensé ou le dingue, le nécessaire ou l’inutile. [ La Croix] - Jean-Claude Guillebaud : « Le reportage se porte bien » Entretien avec Jean-Claude Guillebaud, prix Albert-Londres, grande figure de la profession, qui préside le jury du 23e prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre du 3 au 9 octobre 2016.

[ La Croix] - Jean-Claude Guillebaud : « Le reportage se porte bien »

La Croix : Membre du jury du prix Albert-Londres, président cette année du jury du prix Bayeux-Calvados, vous avez lu et vu beaucoup de reportages de guerre. Qu’en retenez-vous ? Jean-Claude Guillebaud : Découvrant énormément de reportages de grande qualité, signés par une nouvelle génération de reporters, je suis frappé par la richesse de l’information, la profondeur des enquêtes qui tranchent avec le journalisme littéraire que nous pratiquions et plus encore, avant nous, la génération des Lucien Bodard, Yves Courrière, Max-Olivier Lacamp. L’information y a gagné. Le reportage se porte bien et m’incline à être optimiste. [La Renaissance - Le Bessin] - Les projections gratuites du Prix des correspondants de guerre.

Mercredi 5 octobre « Le siège », documentaire réalisé par Rémy Ourdan et Patrick Chauvel, sera projeté à 20 h 30 à la Halle aux Grains.

[La Renaissance - Le Bessin] - Les projections gratuites du Prix des correspondants de guerre

Il raconte la vie de Sarajéviens qui, d’avril 1992 à février 1996, dans la capitale de la Bosnie-Herzégovine, au carrefour entre l’Orient et l’Occident, ont connu le plus long siège de l’histoire moderne. La diffusion sera suivie d’un échange avec les deux reporters de guerre, le président du jury, Jean-Claude Guillebaud, et des Sarajéviens qui ont témoigné dans le film. [Ouest-France] - Granville. Le blogueur tchadien Makaila Nguebla face aux lycéens.

Ce lundi, au lycée Julliot de la Morandière, à Granville, des élèves de ce même lycée ainsi que de l’institution Sévigné, Charles-François Lebrun de Coutances et Émile Littré d’Avranches ont pu attribuer, par le biais d’un vote et de la projection d’une dizaine reportages, le prix dans la catégorie télévision dans le cadre du Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre.

[Ouest-France] - Granville. Le blogueur tchadien Makaila Nguebla face aux lycéens

Un échange était aussi organisé avec l'opposant et blogueur tchadien Makaila Nguebla, ardent militant des droits de l'Homme en Afrique. Une liberté d’expression bafouée Makaila Nguebla publie plusieurs articles de 2000 à 2005, d’abord dans l’hebdomadaire Jeune Afriqu, puis dans des sites tchadiens à l’étranger où il a publié des chroniques critiques et dénonciatrices du régime de président tchadien Idriss Derby. De 2005 à 2013, il vit au Sénégal et lance un blog. [Le JDD] - Bernandino Hernandez, photographe des règlements de compte au Mexique. Une photo de Bernandino Hernandez.

[Le JDD] - Bernandino Hernandez, photographe des règlements de compte au Mexique

Crédits : Bernandino Hernandez / Agence 2e bureau Une corona achevée. Un cadavre, découvert puis recouvert, une nappe en toile cirée, deux images vérolées par la violence. [France Inter] - Reporters sur tous les fronts. Ils sont sur le terrain, sur les fronts de guerre, ou après les combats.

[France Inter] - Reporters sur tous les fronts

Reportages et témoignages à l'occasion du 23e Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre. Les rencontres de Bayeux se sont ouvertes lundi dans la commune normande pour une semaine dominée par la détresse des réfugiés venus de Syrie, d'Irak, d'Afrique ou d'ailleurs. "Fuir Daech à tout prix", "Grèce: les persécutés", "Réfugiés: la traversé de la mort", "Le calvaire des migrants africains", "Le procès de migrants en Hongrie": nombre des 55 reportages en compétition, portent sur les réfugiés. [Ouest-France] - Les reporters évoquent la guerre au Salon du livre à Bayeux [VIDÉO]

« C'est vraiment intéressant de pouvoir leur poser directement nos questions », indique Léa, une lectrice venue rencontrer Nicolas Henin.

[Ouest-France] - Les reporters évoquent la guerre au Salon du livre à Bayeux [VIDÉO]

Ce dernier présente quatre ouvrages au salon du livre dont ces deux récents « La France russe : Enquête sur les réseaux de Poutine » et la BD « Haytham, une jeunesse syrienne. » « Ce prix est un grand festival d'actualité en France. Je tente de venir tous les ans. [Le Point] - Photographier la violence, l'éternel défi des reporters de guerre. [RFI] - Prix Bayeux 2016: «L'Opticien de Lampedusa», quand un reportage devient un livre. De notre envoyé spécial à Bayeux La mer, cette Méditerranée où l’été s’étire jusqu’en octobre, une sortie en bateau entre amis, une partie de pêche où règne la joie de vivre ; et puis soudain, des bruits au loin.

[RFI] - Prix Bayeux 2016: «L'Opticien de Lampedusa», quand un reportage devient un livre

Des cris de mouettes sans doute. Mais non. Plus le bateau approche, plus l’évidence apparaît : ce sont des hommes, des femmes et des enfants qui luttent pour leur survie. Des migrants par dizaines qui s’agrippent au bateau pour ne pas se noyer, des mains tendues hors de l’eau, des visages qui se crispent, des vies qu’il faut sauver, et des cadavres qui flottent. « Ils se noient sous mes yeux, comment les sauver tous ? [Ouest-France] - Prix Bayeux-Calvados : les habitants s’emparent du micro ! [VIDÉO] Lancement du jingle. C’est parti ! La radio Argouges FM est de retour sur les ondes dès aujourd’hui. Dix Bayeusains prennent les commandes sur le 107.5 FM à l’Espace Argouges, durant quatre jours pendant le Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre. Il s’agit d’Enzo, Elvire, Bernadette, Marie-Jo, Martine, Claudine, Gwendoline, Cyril, Christophe et Priscilla.

[Ouest-France] - Prix Bayeux-Calvados. Les reporters disparus ont enfin leur hommage. Le combat d’une vie. Depuis 1976, Pierre Billen ressent l’absence. Celle de son ami et confrère Marc Thirion, un reporter de guerre disparu au Liban. [Kombini] - Prix Bayeux-Calvados : l’enfer des boat people, réfugiés en Libye. Poignantes, les photographies d’Édouard Élias rendent un hommage en noir et blanc aux boat people, ces réfugiés africains qui font leur traversée en passant par le “piège libyen”. © Édouard Élias, Les Boat-People de la Grande Bleue. Dans le cadre de son rendez-vous annuel autour de la photographie de guerre et du photo-journalisme, le Prix Bayeux-Calvados a exposé le travail d’Édouard Élias, photographe français et également membre du jury de ce festival.

Sa série Les Boat-People de la Grande Bleue, exposée au Radar à Bayeux jusqu’au 9 octobre, revient sur l’enfer vécu au quotidien par des milliers de réfugiés africains en Libye, qui tentent de migrer en Italie par le canal de Sicile, seule route maritime encore “ouverte” en Méditerranée centrale. Des photos poignantes, accompagnées de témoignages qu’on peut lire tout au long de notre visite. [Ouest-France] - Falaise. Des lycéens sensibilisés à l’actualité internationale. Lundi 3 octobre 2016 après-midi, le lieu de vie du lycée Louis-Liard de Falaise a accueilli près de 140 jeunes : des élèves qui y sont scolarisés en terminale littéraire, ainsi que des lycéens du Robillard de Saint-Pierre-sur-Dives, des Andaines et de Flora-Tristan de La Ferté-Macé et Guibray.

Dans le cadre du Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre, ils étaient présents pour visionner dix reportages, qui concourent dans la catégorie télévision, et voter pour celui qui les a le plus marqués. Avant d’échanger avec Hicham Mansouri, journaliste marocain exilé en France. Le Prix Bayeux a été créé en 1994, co-fondé par "Ouest-France", à l’initiative de son président François Régis Hutin. [Paris Normandie] - A Bayeux, les correspondants de guerre font partager leur travail de terrain.

Les passants et les touristes, encore nombreux, relèvent la tête. Face à eux, des photos de zones de guerre ont pris place dans les rues de Bayeux. Sur le mur de l’hôpital, une image signée de l’Agence France Presse (AFP/Louisa Gouliamaki) montre des réfugiés arrivant sur le port d’Athènes en Grèce depuis les îles de Lesbos et de Chios. Un peu plus loin, aux abords de la Tapisserie, une autre image traduit l’attente d’autres réfugiés à l’entrée d’un camp en Macédoine. [France 3] - L'errance des réfugiés et le cran des reporters. [Orne Hebdo] - Julien Fouchet : « On ne sort jamais indemne d'un reportage de guerre »

[Tendance Ouest] - Prix des Correspondants de guerre : une stèle de plus dévoilée, en mémoire des journalistes tués. [Ouest-France] - Des lycéens élisent leur prix Bayeux à Flers. [La Renaissance - Le Bessin] Prix Bayeux-Calvados. La stèle en hommage aux journalistes disparus dévoilée. [Kombini] - Reportage : les correspondants de guerre célébrés au Prix-Bayeux-Calvados. [France Inter] - Emission spéciale en direct du Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre. [Le Monde] - Jean-Claude Guillebaud : « Il faut réapprendre à penser la guerre » [Ouest-France] - Normandie. « Bayeux, une formidable fenêtre sur le monde » [La Manche Libre] - Prix Bayeux des correspondants de guerre : un samedi d'enfer. [Paris Normandie] - À Évreux, le lycée Senghor a participé au prix Bayeux-Calvados. [Ouest-France] - Prix Bayeux - Calvados : les scolaires en découverte [VIDÉO]

[Ouest-France] - Prix Bayeux-Calvados. Le jury de la 23e édition est au travail. [France TV Info]- Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre 2016 : "C'est important de raconter les conditions de vie après un conflit" [France Inter] - Reporters : combattants de l'information, victimes de guerre. [Ouest-France] - Prix Bayeux-Calvados. Le Mémorial des reporters a dix ans [Vidéo] [Ouest-France] - Prix Bayeux-Calvados. Ils apprennent à être reporter de guerre [Vidéo] [Ouest-France] - Prix Bayeux-Calvados : le public a donné son avis. [Paris Match] - Prix Bayeux-Calvados : Acapulco à feu et à sang. [La Renaissance - Le Bessin] - Prix Bayeux-Calvados. Nicolas Hénin : « C'est l'occasion d'échanges extraordinaires avec le public »