background preloader

Papiers sur moi

Facebook Twitter

Lettre de soutien des élèves du Lycée de Tournus / Dijon. Déo Namujimbo témoigne - Le Journal de Saône et Loire. Un jeune public remercia à sa façon Déo en applaudissant la fin de son intervention.

Déo Namujimbo témoigne - Le Journal de Saône et Loire

Photo C. P. (CLP) Il était annoncé pour la semaine de la Presse, un rendez-vous annulé qui a finalement eu lieu vendredi. Invité à témoigner dans le cadre d’un projet de sensibilisation à la liberté de la presse Déo Namujimbo, aujourd’hui réfugié politique en France depuis 2009, a livré un témoignage à la fois éprouvant et émouvant qu’il dédramatise avec une pointe d’humour. Leçon de courage. E virus du journalisme, Déo Namujimbo l'a contracté dès l'enfance lorsqu'il rédigeait des articles pour le journal de son école.

Leçon de courage

Une vocation confirmée à l'adolescence : son père tenait une épicerie à Lubumbashi dans le sud du Congo qui faisait aussi snack. Située à 200 mètres de la station de radio locale, elle était fréquentée par les journalistes qui y avaient leurs habitudes. « Comme je maîtrisais bien la langue française, ils ont insisté pour que j'anime une rubrique. Je me suis lancé et c'était aussi un bon plan pour avoir du succès auprès des filles », raconte-t-il. Ce n'est que dans les années 1990, quand les guerres ravagèrent son pays après le renversement du maréchal Mobutu par Laurent Désiré Kabila - avec l'appui des voisins rwandais qui tentèrent de coloniser l'est du Congo pour en piller les richesses -, qu'il décide de devenir journaliste professionnel.

Dans plusieurs radios locales, puis pour la presse écrite, lorsque Kabila coupe les ondes des radios indépendantes. Déo Namujimbo : Auteur chez Edilivre. La 25è Heure du Livre au Mans du 4 au 5 octobre. «Mon frère est quelque part entre Bayeux et le Congo» Les commémorations du Jour J ont débuté avec un hommage aux journalistes victimes de leur devoir d'information.

«Mon frère est quelque part entre Bayeux et le Congo»

L'une, Roza Malsagova, vient d'Ingouchie, dans le Caucase russe. L'autre, Deo Namujimbo, de la rive ouest du lac Kivu, en République démocratique du Congo. Journalistes tous les deux, ils sont en deuil. On tue tout le monde et on recommence (Déo Namujimbo) - TRIBUNE FRANCO-RWANDAISE. Titre de la conférence : « L’Est du Congo dans tous ses états… de la convoitise des richesses à l’installation du chaos » Conférence de Déo Namujimbo* Massy 23 octobre 2010 Avec ses 2.345.000 kilomètres carrés de superficie, la République dite démocratique du Congo, placée en plein milieu du continent africain, est aussi vaste que toute l’Europe occidentale.

On tue tout le monde et on recommence (Déo Namujimbo) - TRIBUNE FRANCO-RWANDAISE

Sa superficie totale représente 4 fois celle de la France et 80 fois celle de la Belgique, son ancienne puissance colonisatrice. Ceci fait dire aux enfants que lorsque Dieu créa le monde, il envoya un ange pour distribuer équitablement les richesses à tous les pays et peuples. Rencontre – Débat avec Déo Namujimbo. L’équipe de Frères des Hommes de Bouffémont (Val d’Oise), autour de sa responsable Nadine Girot, a organisé samedi 12 avril 2013 une conférence-débat sur les violences qui sévissent au Kivu, dans l’est de la République Démocratique du Congo.

Rencontre – Débat avec Déo Namujimbo

L’invité de la rencontre, était Déo Namujimbo, un journaliste congolais réfugié en France depuis 2009. Une cinquantaine de personnes étaient présentes pour assister à la conférence et échanger sur le sujet. D’une superficie de 4 fois et demie la France et peuplée de 65 millions d’habitants, la RDC est dotée de nombreuses richesses naturelles : diamants, or, cuivre, cobalt…et coltan. Un livre sur les atrocités de la guerre de l’Est en 1998 dans les kiosques. Projet Presse - [Lycée Gabriel Voisin - Tournus] Déo, journaliste congolais réfugié, à la rencontre des lycéens. Mercredi 18 avril, le lycée Jean-Marc Boivin de Chevigny-Saint-Sauveur recevait au CDI Déo Namujimbo, journaliste congolais (RDC – ancien Congo belge) réfugié politique en France depuis 2009.

Déo, journaliste congolais réfugié, à la rencontre des lycéens

Il a livré son témoignage poignant devant deux classes du lycée. Ils ont été deux classes à participer à cette matinée de rencontre au CDI du lycée Jean-Marc Boivin de Chevigny-Saint-Sauveur (21) ce mercredi 18 avril. Une rencontre marquante avec Déo Namujimbo, un journaliste congolais réfugié en France depuis déjà trois ans. Pendant deux séances il s’est exprimé devant les lycéens pour leur conter son parcours, les atrocités qu’il a dû vivre, les menaces qui ont pesé sur lui et sa famille et son combat qu’il mène encore aujourd’hui pour les dénoncer, loin de son pays qu’il lui est si cher. Dénoncer un système corrompu. Un journaliste congolais coincé entre 5000 soldats. En 1998, au cours de la guerre éclair déclenchée par Kabarebe en République Démocratique du Congo et soldée par un échec, Déo Namujimbo, ancien correspondant pour plusieurs agences de presse européennes, s’était retrouvé malgré lui à devoir jouer les journalistes embarqués aux côtés de 5000 soldats en train de se livrer à des pillages.

Un journaliste congolais coincé entre 5000 soldats

Plusieurs semaines durant, son caméraman et lui ont alors été contraints d’assister à la destruction de villages entiers et au massacre de milliers de Congolais. Il a choisi de relater son expérience des évènements dans un livre qui vient de paraître: Je reviens de l'enfer. Reportage de guerre à l'est de la RD Congo (août-septembre 1998). « Á l’heure actuelle, les auteurs de ces crimes sont toujours au pouvoir. » LYCEE PROFESSIONNEL LE SIDOBRE - Rencontre avec un journaliste. CLEMI - Des nouvelles des élèves. L'information de Montceau les Mines et sa region. Des élèves rencontrent un journaliste Congolais réfugié en france Ce jeudi, les élèves de 2 classes de seconde « baccalauréat professionnel » du lycée Théodore Monod de Blanzy ont eu l’opportunité de rencontrer un journaliste congolais réfugié en France, Monsieur Déo Namujimbo.

L'information de Montceau les Mines et sa region

Leurs enseignantes, Mmes Drin et Godard ainsi que leur professeur documentaliste, Mme da Rocha – Huard, dans le cadre des programmes d’enseignement du Français et d’éducation civique, ont souhaité apporter une valeur ajoutée aux thèmes abordés sur la construction de l’information et le rapport entre les médias et la citoyenneté. Ce projet a pu voir le jour grâce au financement du Conseil Régional de Bourgogne. Il a été lauréat de nombreux prix internationaux (Plume d’or, Prix Hewlett Helmann de Human Rights Watch, Prix international Oxfam/Novib. Il a publié « Merde in Congo » et « On tue tout le monde et on recommence », puis fut membre d’Honneur de PEN Flandres (Association internationale d’écrivains en exil). Je reviens de l'enfer de Déo Namujimbo - Défense, armée, sécurité - La Boutique Africavivre. Je reviens de l'enfer de Déo Namujimbo Le monde entier convoite et fait main basse sur les incommensurables richesses de la RDC (dont le coltan, nécessaire à nos téléphones et ordinateurs), provoquant plus de huit millions de morts en moins de quinze ans.

Je reviens de l'enfer de Déo Namujimbo - Défense, armée, sécurité - La Boutique Africavivre

Entre août et septembre 1998, en pleine "rébellion-mutinerie" visant à destituer le président Laurent-Désiré Kabila, l'auteur s'est glissé dans la brigade "rebelle" du Rassemblement Congolais pour la Démocratie. Guerre de l’Est : Déo Namujimbo évoque une vision infernale. Dlf232.pdf. Rapport de RSF sur la mort de Didace Namujimbo et autres journalistes du Kivu. Déo Namujimbo - rencontre avec un journaliste exilé - Collège HUBERT REEVES, EPINAC. Inutile de préciser que cette rencontre restera dans les souvenirs des participants, tant par la qualité de l’exposé de Déo Namujimbo, par l’ouverture sur le monde qu’il proposait que par les émotions que le journaliste a su insufler à son propos.

Déo Namujimbo - rencontre avec un journaliste exilé - Collège HUBERT REEVES, EPINAC

Déo Namujimbo a présenté dans un premier temps le Congo, son pays, le plus riche du monde en terme de ressources minières, forrestières et a souligné la pauvreté des poplations qui subissent la misère, la corruption et la guerre. Puis, en racontant sa propre histoire, le journaliste a évoqué la liberté de la presse dans son pays et les menaces qu’un journaliste comme lui et son frère ont pu subir. Deo Namujimbo : « Il n’est pas facile d’exercer le journalisme en France. Deo Namujimbo... - Je Reviens De L'enfer ; Reportage De Guerre à L'est De La Rd Congo (août - Septembre 1998) - 9782343026190 - AFFICHE CONFERENCES DE DEO. Infodoc-fevrier-2011.pdf. Dlf232.pdf.

CONFLUENCES N%C2%B063 end 6[1] Castres. La liberté d'expression expliquée aux lycéens - 15/05/2012. «Je me bats sans bombes ni fusils, mes seules armes sont la plume et le papier ». Ces quelques mots résument l'engagement du journaliste congolais Déo Namujimbo qui a fait escale à Castres durant 2 jours. Réfugié politique en France depuis 2009, il fut hébergé et pris en charge par la Maison Des Journalistes à Paris pendant 6 mois. L Est Républicain de Montbéliard 27 janvier 2010 Déo NAMUJIMBO au Lycée Viette. L Est Républicain de Montbéliard 27 janvier 2010 Déo NAMUJIMBO au Lycée Viette 01.

Café du Monde. Salon thématique : Les peuples du fleuve Congo Tels Joseph Conrad et son Capitaine Marlow, embarquez sur un vapeur pour remonter le fleuve Congo, à la découverte de sa littérature avec In Koli Jean Bofane, Emmanuel Dongala, Henri Lopes, Alain Mabanckou, Wilfried N’Sondé… Aux côtés des auteurs pour qui le Congo et les mythes qu’il véhicule sont source d’inspiration, Thomas Dietrich, Guillaume Jan, Stéphane Miquel, Éric Vuillard… Et des journalistes et spécialistes Louis Guinamard, Déo Namujimbo, Didier et Jessica Reuss-Nliba… Samedi 4 octobre 14h : “La femme (africaine) et son émancipation” avec Emmanuel Dongala (Photo de groupe au bord du fleuve, Actes Sud, 2012) et Bernard N’Kaloulou (La ronde des polygames, L’Harmattan).

Animé par Bernard Magnier 14h45 : “Crimes de guerre : femmes premières victimes” avec Louis Guinamard (Survivantes, éditions de l’Atelier) et Déo Namujimbo (Je reviens de l’enfer, L’Harmattan) Animé par Gerard Noiret Animé par Thierry Clermont – HORS THÉMATIQUE. Dspzjahresbericht2010.pdf. Biographies of 2011 Hellman/Hammett Awardees. Hang Chakra (Cambodia) Hang Chakra was first a filmmaker, and since the early 1990s a journalist, contributing articles to Khmer Citizen, National Soul, and Interval.

COMPTE%20RENDU%20DE%20LA%20CONFERENCE%20MARS%202011.pdf. WritersInPrisonTag_Programmder3_CH-PENZentren.pdf. 640. Dlf232.pdf. Dlf233.pdf. CasepdfJune05.pdf. PBL vox: Est de la RDC: On tue tout le monde et on récommence. Titre de la conférence : « L’Est du Congo dans tous ses états… de la convoitise des richesses à l’installation du chaos » Conférence de Déo Namujimbo* Massy 23 octobre 2010 Avec ses 2.345.000 kilomètres carrés de superficie, la République dite démocratique du Congo, placée en plein milieu du continent africain, est aussi vaste que toute l’Europe occidentale.

Sa superficie totale représente 4 fois celle de la France et 80 fois celle de la Belgique, son ancienne puissance colonisatrice. Ceci fait dire aux enfants que lorsque Dieu créa le monde, il envoya un ange pour distribuer équitablement les richesses à tous les pays et peuples. De fait, les trois quarts de la population congolaise, estimée à 65 millions d’habitants selon les derniers recensements qui datent de …1984, croupissent dans une misère indicible.

Et la vie sociale dans tout cela ? Évidemment, le peuple n’est pas dupe et voudrait bien s’exprimer. Reporters sans frontières - République démocratique du Congo - Rapport annuel 2005. SINGA FRANCE. Il est 5h du matin à Evry, le soleil tarde à se lever. Dans l’obscurité, des ombres se meuvent, celles des dizaines d’hommes, de femmes et d’enfants qui attendent avec impatience, grelottant sous le froid de février, l’ouverture des bureaux de la préfecture. Certains ont passé la nuit, pour être plus ou moins sûrs de figurer parmi la cinquantaine de demandeurs d’asile à être reçus tous les jours. Plus loin, au siège de l’Office français pour la protection des réfugiés et des apatrides (Ofpra), à Val-de-Fontenay, la salle d’attente ne désemplit pas. Des dizaines de gens venus de tous les pays d’Asie, d’Afrique et d’Amérique latine principalement attendent parfois depuis plusieurs mois la précieuse carte de résident qui leur permettra de bénéficier de la protection de la France pendant dix ans.

D’autres espèrent enfin se voir autorisés à faire venir leurs familles restées « au pays ». Download_fichier_fr_invitation.journaliste.congolais.au.lp.les.bourdonni.res.pdf. CONFÉRENCE DE DEO NAMUJIMBO :Thème : « EST DE LA RD CONGO : DE LA CONVOITISE DES RICHESSES A L’INSTALLATION VOLONTAIRE DU CHAOS » Par Déo Namujimbo Journaliste et écrivain indépendant Courriel : deonamujimbo@gmail.com Tél. : +33 6 43 66 89 43. December: Déo Namujimbo (DR Congo) in de PEN-flat. Déo Namujimbo is journalist en schrijver die in Congo actief was als correspondent voor Syfia Grands Lacs en Infosud. Sans titre. .:CongoForum:. Le Congo s’invite au rendez vous des reporters de guerre. Notez cet article : le 18/05/2013 à 05:00 | Pauline Durand Vu 77 fois. À Paris - n°44 - Automne 2012. Déo, journaliste congolais réfugié, à la rencontre des lycéens. Entretien-Deo-Namujimbo-15-fevrier-2011.pdf. Play - Interview-avec-deo-namujimbo-journaliste-congolais.

Didace Namujimbo, assassiné au nom de la liberté d’expression. Bukavu : « l'enquête sur l'assassinat du journaliste Didace Namujimbo est sur la bonne voie » Didace Namujimbo est, après Serge Maheshe, le second journaliste de radio okapi à être assassiné, toujours à Bukavu. radiookapi.net dresse ici son portrait. La famille du défunt demeure inconsolable. La Monuc promet son assistance au service chargé de l’enquête. Pour Journaliste en danger, Jed, il est temps qu’on arrête la machine de mort déclanchée contre les journalistes, rapporte radiookapi.net Didace Namujimbo Numigari est né le 12 janvier 1974 à Lubumbashi au Katanga.

Fasciné par le journalisme, il quitte l’institut supérieur de développement rural, ISDR/Bukavu, en 1996.