background preloader

Marque France

Facebook Twitter

MADE IN FRANCE. "Pourquoi François Hollande doit quitter l'Élysée" #BESTOF. Beaucoup de marques sont atteintes du « syndrome du ficus », cette plante verte desséchée dans le salon, que l'on finit par oublier quand les invités ne voient qu'elle ! Ce syndrome affecte mortellement les marques qui ne veillent pas à la mise à jour régulière de leurs signes, qui négligent la cohérence entre le « voulu, émis et perçu » de ce qu'elles donnent à voir. En voyant le président de la République prôner l'offensive hier dans le décor élyséen, sous les stucs, les lambris dorés, avec un public bien sage et mal assis sur des chaises de traiteur dorées, posées sur une moquette chargée et très épaisse (Ah ! La moquette...), je me disais qu'il est urgent de tout changer pour mettre en cohérence le discours et les signes donnés.

On ne peut pas avoir raison avec un visage qui a tort ! Le palais de l'Élysée paraît vieux, dépassé, compassé et inadapté à une démocratie moderne qui, comme la France, veut passer à l'offensive. Une marque France pour la croissance #BESTOF. Depuis trois ans, les Français plébiscitent la création d’une marque France à près de 90%. Ils se placent eux même en tête des ambassadeurs de la marque France avec les dirigeants de PME, loin devant les grandes entreprises et les politiques. Les présidentielles ont été marquées par le "produire en France" avec des accents de protectionnisme, bien anachronique au regard des réalités économiques.

Les Français de 2012 attendent plutôt d’une marque France qu’elle soit offensive et génère de la croissance. Partout dans le monde, on voit se développer des stratégies de marques - pays ambitieuses, qui font entrer en résonance "les" marques phares du pays avec la « marque pays » qui leur a données naissance. Les Français de 2012 dépriment ( 84% jugent la France moins performante que les autres nations*) et sont saturés de défaitisme (un Français sur deux le pense ,+ 6% en trois ans*) . Aucune marque au monde ne supporterait le régime de dénigrement que la France s’impose à elle même. Les frères Lumières effacent Lehman Brothers. On commence à entendre et à lire que l’équipe a « bien communiqué » pour vendre son film. Que les acteurs n’ont pas tourné depuis, trop occupés qu’ils étaient à faire la promotion. Que le lobbyiste, faiseur de rois à Hollywood, HarveyWeinstein, a encore frappé ! Que le film n’est pas 100 % français. Qu’il a été tourné aux USA avec des techniciens et acteurs américains… N’en jetez plus, la cour (des jaloux) est pleine !

Une fois de plus, notre capacité à nous auto-dénigrer sidère les étrangers. Des victoires de Marcel Cerdan au 110 mètres haies de Guy Drut, de la victoire en coupe du monde de foot en 1998, à la victoire en demi-finale contre les All Blacks en 99, la France a toujours surpris son monde ! « It’s so french », disent nos amis étrangers lorsqu’ils renoncent à comprendre, lorsque qu’aucune logique n’est respectée, lorsque tous les pronostics sont déjoués. Et si cet art du contre-pied devenait notre principal arme économique au XXIe siècle ? La marque France, enjeu de la Présidentielle. L’hypothèse d’une récession est perçue par l’opinion comme une débâcle et provoque deux réactions : d’une part, la sévérité du jugement à l’égard des responsables du désastre (cf : dernier baromètre Cevipof) ; et d’autre part la recherche frénétique de pôles de confiance relevant du réflexe de survie.

La “Marque France” émerge au sein de cette deuxième catégorie. Marquer une origine, c'est revendiquer une production d'origine. "Nos emplettes sont nos emplois" est un slogan ancien que les Français valident plus que jamais. 97% déclarent souhaitable d'acheter des produits français (Observatoire de la marque France W-­‐Viavoice). Ainsi, ils sont de plus en plus nombreux, producteurs, distributeurs à créer leur propre marquage d'origine pour surfer sur cette vague de patriotisme économique. L'origine n'a jamais eu autant de valeur aux yeux d'un consommateur inquiet pour l’emploi de ses enfants ! Bien des pays du Moyen-­‐Orient et du Maghreb connaissent cette spirale. Denis Gancel, la France cherche les solutions | La Revue CiviqueLa Revue Civique. Le Président de l’agence W a commandé, pour la quatrième année consécutive, le baromètre de la « marque France » à l’institut Viavoice, étude qui constate une aggravation du pessimisme et du sentiment « de dépression collective » des Français. « Si l’on constate que la France est globalement fatiguée et lasse, analyse Denis Gancel, elle est aussi très lucide sur son état: 80 % des Français pensent que « le modèle français » sera amené à évoluer.

Quand le malade commence à se rendre compte qu’il est malade, la guérison est proche ! C’est ce que nous voulons croire aujourd’hui ». J’ai la conviction que les jeunes doivent s’emparer de la marque France. Je voudrais citer Louis Pasteur, ce génie français qui travaillait toujours en équipe. La France lucide Comment faire, que faire pour son pays ? Donc, les Français se sentent-ils sous la menace, sont-ils prêts à prendre tous les risques ? La France, même fatiguée, cherche les solutions qu’elle n’a pas encore trouvées.

Introduction Denis Gancel. Marque France : Et si d’Artagnan venait au secours de la compétitivité française ? – par Denis Gancel. Les derniers chiffres du déficit français claquent à nos oreilles comme autant de parties gratuites laissées aux autres nations du monde, à commencer par l’Allemagne. Serions-nous condamnés, en économie comme en football, à jouer un match dont on sait qu’à la fin c’est toujours l’Allemagne qui gagne ? La France saura-t-elle être encore compétitive ? Saura-t-elle encore se battre, non pas pour participer mais pour gagner ? La mondialisation, compétition de haut niveau, laissera-t-elle une chance à la patrie de Coubertin et de Poulidor ? La fréquence de passage des « Trois Mousquetaires » sur les sentiers battus de nos programmes TV n’a jamais été aussi soutenue. « Cyrano », pour ne pas être en reste, est monté par plusieurs théâtres dans les prochains mois.

Comme si, au cœur de la crise, ces héros littéraires allaient nous faire du bien. Courageux, bagarreur, intrépide, sept fois à terre, huit fois debout, d’Artagnan possède à lui seul la valeur que les Français aiment le plus au monde. Denis Gancel et François Miquet-Marty: la Marque France en débat | La Revue CiviqueLa Revue Civique. Analysant les raisons du pessimisme français – mesuré encore à la hausse par la dernière édition du baromètre de « La marque France », réalisé par l’institut d’étude Viavoice pour l’agence W&Cie – François Miquet-Marty et Denis Gancel, leur Président respectif, évoquent les tendances françaises à l’auto-dénigrement et l’effet corrosif d’un rire cynique et désabusé. Comment analysez-vous l’ampleur du pessimisme français ? François MIQUET-MARTY : Le pessimisme est profond.

A titre indicatif, 84 % des Français estiment que la France est de moins en moins performante dans le domaine économique. Et ces perceptions se dégradent puisque le score obtenu à cette même question, il y a deux ans, s’établissait à 64 %. Il englobe une « France du rire », un rire cynique et désabusé, enclin à dénigrer avec constance et délectation. Ce rire critique est fondamental car il constitue une force de corrosion. Denis GANCEL : La dérision est le poison de toute œuvre collective. En dehors du champ politique. Denis Gancel et François Miquet-Marty: la Marque France en débat | La Revue CiviqueLa Revue Civique. Analysant les raisons du pessimisme français – mesuré encore à la hausse par la dernière édition du baromètre de « La marque France », réalisé par l’institut d’étude Viavoice pour l’agence W&Cie – François Miquet-Marty et Denis Gancel, leur Président respectif, évoquent les tendances françaises à l’auto-dénigrement et l’effet corrosif d’un rire cynique et désabusé.

Comment analysez-vous l’ampleur du pessimisme français ? François MIQUET-MARTY : Le pessimisme est profond. A titre indicatif, 84 % des Français estiment que la France est de moins en moins performante dans le domaine économique. Et ces perceptions se dégradent puisque le score obtenu à cette même question, il y a deux ans, s’établissait à 64 %.

Il englobe une « France du rire », un rire cynique et désabusé, enclin à dénigrer avec constance et délectation. Ce rire critique est fondamental car il constitue une force de corrosion. Denis GANCEL : La dérision est le poison de toute œuvre collective. En dehors du champ politique. Observatoire-WCie-Marque-France_2013. Denis Gancel - La marque France. La marque France, enjeu de la Présidentielle. La France est une chance. La marque France : Denis Gancel - 30 janvier - BFM : Good Morning Business.