background preloader

Lobbying

Facebook Twitter

The Powerful Flower Lobby Is Gaining Ground In the White House. Le lobby du pétrole s’achète un accès aux décideurs. L’industrie des sables bitumineux a obtenu bien plus qu’une simple occasion d’afficher son logo en signant un partenariat sans précédent avec le Musée canadien de l’histoire de Gatineau, en novembre dernier. Grâce à cette commandite « historique » de 1 million de dollars, l’Association canadienne des producteurs pétroliers (ACPP) bénéficiera jusqu’en 2018 de nombreux avantages, notamment d’un accès privilégié à divers hauts placés de la capitale fédérale, a appris Le Devoir. La nouvelle avait soulevé un tollé à l’automne. En échange d’une contribution de 200 000 $ par année échelonnée sur cinq ans, le lobby de l’or noir devenait le principal bailleur de fonds privé du Musée des civilisations, depuis rebaptisé par le gouvernement conservateur.

Avantages nombreux Ces documents offrent un rare aperçu des bénéfices que font miroiter les organismes culturels publics à de potentiels commanditaires depuis que les gouvernements se sont mis à sabrer leurs enveloppes budgétaires. Marée noire. How Rand Paul Bailed on His Bold Plan to Reform Big-Money Politics in Washington. J. Scott Applewhite/AP Photo This past weekend—days after Mother Jones revealed video of Sen. Rand Paul (R-Ky.) claiming that Dick Cheney exploited 9/11 to start the Iraq War to boost profits for Halliburton, the military contractor where Cheney had been CEO—Paul claimed in interviews with ABC News and Business Insider that he had never questioned Cheney's motives.

He insisted he had merely noted that Cheney's Halliburton ties had posed the "chance for a conflict of interest. " Paul was spinning—not acknowledging the actual comments. But when Paul was running for the US Senate in 2009 and 2010 as a tea party outsider who would take on Washington's special-interest lobbyists, he repeatedly cited the Cheney-connected Halliburton as an example of what was wrong in the nation's capital. I think that I have a cure for it actually that will pass constitutional muster. Paul's critique was reminiscent of the position Sen. His response to Sanchez's question was nothing new for Paul. Bloomberg-plans-a-50-million-challenge-to-the-nra. Photo Michael R. Bloomberg, making his first major political investment since leaving office, plans to spend $50 million this year building a nationwide grass-roots network to motivate voters who feel strongly about curbing gun violence, an organization he hopes can eventually outmuscle the National Rifle Association.

Mr. Bloomberg, the former mayor of New York, said gun control advocates need to learn from the N.R.A. and punish those politicians who fail to support their agenda — even Democrats whose positions otherwise align with his own. “They say, ‘We don’t care. We’re going to go after you,’ ” he said of the N.R.A. “ ‘If you don’t vote with us we’re going to go after your kids and your grandkids and your great-grandkids. He added: “We’ve got to make them afraid of us.” The considerable advantages that gun rights advocates enjoy — in intensity, organization and political clout — will not be easy to overcome. “He’s got the money to waste,” Mr. The N.R.A. had no comment. Mr. Mr. Mr. Mr. Un proche de Coderre devient lobbyiste | Philippe Teisceira-Lessard. Il y a quelques jours, Pierre Bélanger a déclaré au Registre des lobbyistes que ses services avaient été retenus par l'entreprise 8D Technologies pour convaincre Montréal de conclure un partenariat concernant «les opérations de la Société de vélos en libre-service (SVLS)», l'entité qui offre le service BIXI.

L'inscription qu'il a soumise indique qu'il vise directement le «maire», son «directeur de cabinet» et le «président du comité exécutif de la Ville». En contrepartie, Pierre Bélanger prévoit recevoir «de 10 000$ à 50 000$». Le nom de M. Bélanger, ex-ministre péquiste et conseiller au sein de la firme National, est le deuxième à avoir été évoqué dans les remerciements de M. Coderre, le soir de sa victoire. Le tout nouveau maire décrivait alors M. Le bureau de Denis Coderre a indiqué que le maire et le lobbyiste se sont déjà parlé au téléphone dans le cadre de son mandat. Amis depuis 20 ans «M. Membre fondateur L'ex-ministre se qualifie de «membre fondateur» du parti de Denis Coderre. Vanityfair. People who don’t have millions of dollars set aside for influencing election outcomes took an apocalyptic view of yesterday’s Supreme Court decision to lift the ban on how much money an individual can donate to political campaigns in a single year.

But pity the rich donors themselves, who have now found another way to paint themselves as victims. They say they’re going to be even more vulnerable to fund-raisers seeking to pick their pockets. And all these wealthy donors get in return is the power to tell candidates how to vote on issues like tax rates and the minimum wage. “I’m horrified, planning to de-list my phone number and destroy my email address,” one donor told Politico. Longtime Texas donor Ben Barnes surmised that the day after the ruling would be “like Saturday at the grocery store” in an interview with Business Week. While limits on how much an individual can donate to a single candidate remain ($2,600 an election), the ruling in McCutcheon v.

Officiers de l'État : le projet de loi des conservateurs mis à mal. Le reportage de Daniel Thibeault Des députés fédéraux ont amorcé les travaux de la commission parlementaire sur le projet de loi C-520, portant sur la transparence des agents de l'État, mardi à Ottawa. Plusieurs députés remettent en question la pertinence de l'exercice, puisqu'il n'y a aucun problème apparent en cette matière, selon eux. Au nom de la transparence, un député d'arrière-ban du Parti conservateur du Canada (PCC), Mark Adler, a présenté le projet de loi qui vise à obliger les agents de l'État et leurs employés à divulguer leurs activités politiques passées. Le projet C-520 forcerait non seulement les agents du Parlement - comme le vérificateur général et le directeur général des élections - mais aussi tous leurs employés à déclarer s'ils ont déjà travaillé, même bénévolement, pour un parti politique, un candidat, un député ou un sénateur au cours des 10 dernières années.

La déclaration serait ensuite publiée sur le web. Référant à la soif de transparence de M. Réserves. Les C. A. : clubs d'initiés ineptes ou chiens de garde aguerris? Salle d'un conseil d'administration Photo : IS/iStock Les conseils d'administration sont entourés d'une aura tenace de préjugés. Club d'initiés qui tranchent des questions cruciales pour l'entreprise ou petit groupe travaillant derrière des portes closes, le « old boys' club » a bien changé depuis deux décennies. Un texte d'Anne Marie Lecomte « Dans le passé, les réunions de C. A. n'étaient pas si longues et elles se faisaient de manière informelle, avec un bon repas, explique Jean Bédard, professeur à la Faculté des sciences de l'administration de l'Université Laval. Maintenant, ce sont des réunions durant lesquelles les gens passent des heures et discutent de sujets importants, en remettant en cause des éléments au niveau de la direction, dans les compagnies par exemple, tant en matière de contrôle que de stratégie. » Tout commence souvent par un scandale...

Jean Bédard s'intéresse aux problèmes de gouvernance depuis près de 30 ans. Le C. Miser sur la gouvernance Le rapport Dey. La liste noire des responsables du changement climatique. Photo © Len Radin / CC BY-NC-SA 2.0 Le réchauffement climatique peut être en grande partie imputé à l’action de 90 entreprises, de Chevron à Exxon en passant par quelques sociétés d’État. À elles seules, elles sont responsables de près des deux tiers (63%) des émissions industrielles* de gaz à effet de serre entre 1751 et 2010, selon une étude menée par Richard Heede et publiée dans Climatic Change, une revue spécialisée dans l’étude du phénomène du changement climatique. « Il y a des milliers de producteurs de pétrole, de gaz et de charbon dans le monde. Mais les décideurs, les chefs d’entreprise ou les ministres, […] peuvent tenir dans un bus Greyhound ou peut-être deux », explique Heede au journal britannique The Guardian. La moitié des émissions attribuées à ces entreprises – 914 gigatonnes d’équivalent CO2 – a été produite durant les 25 dernières années.

Parmi ces 90 entreprises, sept seulement n’appartiennent pas à la filière énergétique – ce sont des fabricants de ciment. Président du Comité de surveillance du SCRS et lobbyiste pour Enbridge. Chuck Strahl en 2011 au moment où il était ministre des Transports à Ottawa. Photo : PC/Sean Kilpatrick Le président du Comité de surveillance du Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), Chuck Strahl, travaille également comme lobbyiste pour le projet Northern Gateway d'Enbridge. Chuck Strahl s'est enregistré le 6 décembre 2013 dans le registre des lobbyistes de la Colombie-Britannique. Son mandat consiste à organiser une rencontre entre les représentants du projet Northern Gateway et le ministre responsable du Développement du gaz naturel en Colombie-Britannique, Rich Coleman.

M. Situation « préoccupante » L'opposition officielle à Ottawa dénonce ce double mandat. . « Chuck Strahl est un ancien ministre conservateur nommé par Stephen Harper pour remplacer l'ancien président disgracié, Arthur Porter, affirme le leader en Chambre du NPD, Nathan Cullen, dans un communiqué. Le NPD craint que « certaines lignes directrices trop vagues », permettent à M. Le projet Northern Gateway. Enough is enough. I want my government back | Zephyr Teachout. Still trying to understand how the government shutdown won't end? And why it seems so much worse this time around? The supreme court deserves some of the blame, too. The court's opinions governing money and politics in recent years have changed the political game dramatically, making politicians more accountable to wealthy donors than constituents.

Take PayPal co-founder Peter Thiel, who doesn't believe that democracy is worth it. In the last few years, he has put his money behind his belief. He is the main force behind a SuperPAC that invested heavily in Ted Cruz and others with extreme views, who have been the instigators of the shutdown. Wealthy individuals have always had the capacity to influence politics, of course, but only after two key campaign finance cases – Wisconsin Right to Life and and Citizens United, have they been able to do it in such a large and blatant way.

Thiel's dream of freedom from democracy is now coming true, thanks to Justices Roberts and Kennedy. Bien Comprendre La Norme ISO 26000. L’ISO 26000 est une toute nouvelle norme, publiée fin 2010, qui donne aux entreprises les lignes directrices de la responsabilité sociétale. Élaborée par de nombreuses institutions internationales, et fruit d’un consensus unique, cette norme propose un cadre commun pour mettre en œuvre la démarche RSE. La définition de la Responsabilité Sociale La responsabilité sociale (ou sociétale) des entreprises (RSE) est un « concept dans lequel les entreprises intègrent les préoccupations sociales, environnementales, et économiques dans leurs activités et dans leurs interactions avec leurs parties prenantes sur une base volontaire » La responsabilité sociétale est la contribution des organisations au développement durable, et se veut la traduction de la volonté de prendre en compte les impacts de leurs activités sur la société, l’environnement… la RSE est donc un nouvel outil de conscience pour les entreprises, qui vise à « rendre compte », et ce de manière VOLONTAIRE.

Rating: 3.8/5 (5 votes cast) Bruxelles: la ville aux 20 000 lobbyistes | Le Courrier du Parlement : Le magazine des grands enjeux. ©ARTENS – Fotolia.com L’histoire a fait du bruit dans les couloirs du Parlement européen mais on n’en connait guère les suites. Deux reporters du Sunday Times se font passer pour des lobbyistes. Ils demandent à trois euro-députés – un Slovène, un Roumain et un Autrichien – de faire inclure des amendements favorables à leurs intérêts dans un texte législatif et leur proposent une rémunération importante. Quelques semaines plus tard, ils reçoivent des messages leur indiquant que les amendements ont été adoptés… Suivent des factures pour « honoraires de conseil » libellées au nom de sociétés domiciliées dans les pays de chaque parlementaire. Les journalistes britanniques, en révélant ce qu’ils appellent ce « scandale » en mars 2011, ont réussi leur démonstration. Une enquête interne a été ouverte mais elle s’est vite heurtée à plusieurs difficultés.

Les méthodes de «l’intelligence économique» Parfois l’intérêt général y gagne mais pas toujours. Lobby or not lobby? Ce n'est pas la question. Un commentaire de Peter Wright au sujet de mon dernier billet (en date...) sur le gaz de schiste m’a donné à réfléchir sur la question de l’impact des lobbies en général et sur la presse en particulier. En France, l’influence des groupes de pression reste essentiellement occulte. Ou, du moins, occultée, le plus souvent. Nous savons qu’ils existent mais nous ignorons comment ils agissent exactement. Cela se passe dans les coulisses plus que dans les fameux lobbies, ces entrées de bâtiments auxquels ils doivent leur nom. Ainsi, en France et ailleurs, rédigent-ils des rapports sur des sujets qui intéressent les responsables politiques. Publicité A Bruxelles, le lobbyisme est devenu, au fil des années, un sport national. On peut donc estimer qu’il existe un lobbyiste derrière chaque personne qui travaille pour l’Europe à Bruxelles.

Trop de pouvoir... Lobbies antagonistes Et qu’en est-il du journaliste, pour en revenir au commentaire de Peter Wright? À lire aussi sur Slate.fr. Le merveilleux monde du lobbyisme. Une des affiches du mouvement « Occupy » De par le monde, le lobbyisme d’affaires auprès des décideurs publics a de plus en plus mauvaise presse. Et pour cause. La méfiance entourant cette activité par ailleurs parfaitement légale participe en fait d’une inquiétude nettement plus large. Cette inquiétude est celle – grandissante -, face à l’influence parfois démesurée du pouvoir de l’argent sur les processus décisionnels politiques et l’adoption de lois aptes à mieux protéger les intérêts des firmes capables de se payer des lobbyistes professionnels et aguerris. Et donc, cette inquiétude est devenue méfiance. Son objet: la confusion que cette influence nourrit de plus en plus entre les intérêts publics et privés, entre le profit et le bien commun.

C’est donc de cette crise de confiance généralisée envers les institutions démocratiques inscrite sous le grand thème parapluie de l’«éthique» dont il est de plus en plus question. Jetons donc un coup d’oeil dans le ventre de la bête… Ouch. 5 Practical Tips for Perfecting Your Startup Pitch. We are living in the age of the entrepreneur — more people are starting up, and it's ever important to stand out in the crowd. When pitching investors, then, it's crucial that entrepreneurs do their research, understand what's expected of them and pitch accordingly.

We spoke to a handful of venture capitalists and startup entrepreneurs to get their top tips on how to put together the ideal startup pitch. Here are the best five tips we heard. 1. "Having a great startup pitch has more to do with setting up and running a great company than optimizing some type of sales process to investors," says Ken Howery, co-founder of Founders Fund and PayPal. Easier said than done, right? While you're at it, put a little passion behind your pitch, says Howery. 2.

"Cover everything investors want, or you look like you're ducking the questions "Cover everything investors want, or you look like you're ducking the questions," Teten suggests. 3. No one wants to hear a lifeless nimrod pitch his company. 4. 5. Why You Should Care Cybersecurity Lobbying Doubled. «On a 400 000 normes qui paralysent les collectivités locales» Lobbyland à Bruxelles: suivez le guide! How Foreign Governments Make Sure You Don't Know They're Lobbying You.