background preloader

Transport aérien Low-Cost

Facebook Twitter

Compagnies low cost - Voyager en avion. Les Low Cost. Sur un marché où les services proposés par les différents acteurs sont sensiblement semblables, les low-cost ont choisit de frapper fort et de mener une stratégie de domination par les coûts.

Les Low Cost

Cette stratégie, comme son nom l'indique, oriente de façon prioritaire tous les efforts de l'entreprise vers un objectif considéré comme primordiale : la minimisation de ses coûts complets. Pour garder cet avantage concurrentiel, elle devra donc contrôler les coûts directs de fabrication mais aussi les coûts de conception, de marketing, de distribution ainsi que les coûts administratifs et financiers. Ces économies sur les coûts sont alors répercutées sur les prix. C'est par une stratégie de domination qui permet à l'entreprise, sans augmenter ses marges, de proposer des prix. Elle est donc contrainte de réaliser beaucoup de ventes pour accroître son activité. Beaucoup de coûts de fonctionnement sont aussi diminués par l'utilisation des nouvelles technologies de communication : L'internet. La révolution low cost : Low cost : Dossier pratique de voyage.

La petite histoire Le phénomène des vols à bas coûts est une formule importée des États-Unis.

La révolution low cost : Low cost : Dossier pratique de voyage

C'est en 1991 que la compagnie irlandaise Ryanair, s'inspirant de la politique développée par l'américaine Southwest Airlines à partir des années 1970, se restructure pour se concentrer sur des lignes qu'elle exploite à coût et à prix réduits. Sur sa liaison phare Dublin-Londres, elle devient vite un sérieux concurrent de British Airways. D'autres compagnies prennent rapidement le relais, mais le phénomène explose réellement en Europe à partir de 1997, avec la déréglementation totale des transports aériens décrétée par la Commission européenne.

Celle-ci autorise les transporteurs aériens à desservir n'importe quel aéroport des pays de l'Union, et met fin au monopole des compagnies nationales sur les liaisons intérieures, ouvrant la porte à la concurrence. Le paysage aérien européen bouleversé Désormais, le paysage aérien du Vieux Continent a changé. Aérien : le poids toujours croissant des compagnies low cost en Europe.

Le trafic passager de Ryanair et d’easyJet progresse deux fois plus vite que celui de l’ensemble des compagnies classiques.

Aérien : le poids toujours croissant des compagnies low cost en Europe

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Guy Dutheil L’essor des compagnies aériennes low cost au détriment des compagnies « historiques » ne se dément pas en Europe. Comme une baignoire qui se vide, les passagers des compagnies européennes classiques privilégient toujours un peu plus les transporteurs à bas coûts. Bilan de l’année 2014. Les compagnies low-cost vont-elles concurrencer les grandes. REPÈRES La première compagnie considérée comme une référence pour le modèle low-cost est la compagnie Southwest Airlines créée au Texas en 1971.

Les compagnies low-cost vont-elles concurrencer les grandes

Aujourd’hui, Southwest a une flotte de 500 B-737 et a franchi le cap des 100 millions de passagers par an, ce qui en fait la première compagnie du monde en nombre de passagers, mais pas en passagers-kilomètres transportés ni en chiffre d’affaires. L'essor des compagnies low-cost en Europe est récent. La pionnière, Ryanair, a été créée en 1985, mais elle s'est d'abord cherchée et n'a véritablement adopté son modèle actuel de développement et pris son essor qu'à partir du milieu des années quatre-vingt-dix. L'autre pionnière européenne est la britannique Easyjet créée en 1995. C'est aujourd'hui la première compagnie européenne en nombre annuel de passagers avec un chiffre de 50 millions par an, mais est encore loin d'Air France-KLM, de Lufthansa ou de British Airways en passagers-kilomètres transportés et en chiffre d'affaires.

L’avenir est-il low cost ? - Leaders League. Le low cost attaque, les compagnies régulières répliquent.

L’avenir est-il low cost ? - Leaders League

Tous s’accrochent pour séduire un nombre croissant de passagers qui promet au secteur un avenir radieux. Plus de deux cents milliards d’euros, c’est le chiffre d’affaires global engrangé en 2013 par les six premiers acteurs du transport aérien mondial. Bousculées par l’émergence du low cost, les compagnies régulières parviennent encore à tenir le haut du pavé. Lufthansa conserve sa position de leader mondial avec près de trente milliards d’euros de chiffre d’affaires, Air France affiche une croissance honorable de 3,4 % (à 25,5 milliards d’euros) tout comme International Airlines Group (holding de British Airways, Iberia et Vueling), avec 6,2 % (à 18,7 milliards d’euros). Emirates nous fait passer en mode deux chiffres (+ 13,2 %, 17,3 milliards d’euros) et les compagnies asiatiques affichent des taux de croissance compris entre 2 % et 7 % . * Compagnies aériennes historiques. Comment le low-cost aérien s'est embourgeoisé.

Zéro service gratuit, des avions équipés d'une seule classe économique bourrée de sièges, des aéroports à "pétaouchnok", vente directe sans intermédiaires…, le modèle "no-frills" (sans fioritures) du low-cost a-t-il vécu dans le transport aérien ?

Comment le low-cost aérien s'est embourgeoisé

Est-il en train de rendre les armes face à ceux qui, comme Easyjet ou Vueling en Europe, Jetblue ou Virgin America aux Etats-Unis, l'ont "perverti" en y intégrant, de manière pragmatique, des pratiques des compagnies traditionnelles? Il y a des chances, du moins en Europe et aux Etats-Unis, deux marchés où le "low-cost " traditionnel arrive à maturité. "Voie médiane" Les bénéfices record d'Easyjet au moment même où ceux de Ryanair sont revus à la baisse ont sanctionné la victoire des modèles hybrides. "On constate bien que le modèle évolue aujourd'hui vers une sorte de voie médiane entre les compagnies classiques et les compagnies low-cost originelles", explique un dirigeant d'une compagnie aérienne européenne.

La révolution Ryanair. Le low cost européen en pleine mutation. Le modèle économique "low Cost" a vu le jour, en 1971, aux États-Unis, avec la création de Southwest Airlines, riche idée discutée sur le coin d’un bar de San Antonio entre un entrepreneur texan, Rollin King et son avocat, Herb Kelleher, qui en deviendra le président.

Le low cost européen en pleine mutation

Une compagnie avec des billets deux fois moins chers que les transporteurs traditionnels, sans repas à bord mais avec des cacahuètes, avec plus de sièges, sans plate-forme de correspondance, et avec des rotations extrêmement rapides. Ce qui coûte dans une compagnie, c’est lorsque les avions sont au sol. Aujourd’hui, Southwest est devenue un géant mondial, elle transporte 100 millions de passagers par an aux États-Unis, elle n’a jamais perdu d’argent et a surtout révolutionné notre façon de voyager en avion.

Southwest Airlines © RADIO FRANCE Mais ce n’est pas sans doute pas la plus dangereuse, pour Air France, Lufthansa ou British Airways. Air France dépassée par la concurrence - Economie. Le Premier ministre Manuel Valls appelle à la « responsabilité » du principal syndicat de pilotes d'Air France.

Air France dépassée par la concurrence - Economie

Ce dernier refuse le plan proposé par la direction qui leur demande de voler une centaine d'heures de plus par an, sans être payés plus. La compagnie française compte mettre en place le plan Perform 2020, qui prévoit des milliers de suppressions de postes, car la compagnie est déficitaire de plus de 370 millions d’euros. Avec un chiffre d’affaires quasi semblable, British Airways par exemple, devance aujourd'hui Air France, avec plus d’un milliard d’euros de bénéfices. Entre 2001 et 2004, la compagnie britannique a pris des mesures draconiennes pour réduire ses coûts. Des milliers de postes ont été supprimés et des lignes non rentables fermées.