background preloader

Zygmunt Miloszewski

Facebook Twitter

LA RAGE de Zygmunt Miloszewski. Photo : place de la ville d'Olsztyn (Wikipédia) Le pitch Nouveau changement de décor pour ce troisième volet des enquêtes du procureur Teodore Szacki.

LA RAGE de Zygmunt Miloszewski

Il est désormais en poste à Olsztyn, non loin de la frontière allemande. Une cité touristique qui ne compte pas moins de onze lacs et un climat particulièrement maussade et humide. Il n'est à l'aise ni avec ses nouveaux collègues ni dans son couple,surtout depuis que Hela, sa fille adolescente, est venue habiter avec lui. Perdu dans son patelin où il ne se passe rien de croustillant, Teodore se voit confier une affaire de squelette retrouvé sur un chantier. Et préoccupant.

Peu à peu, Teodore va se rendre compte que ses deux dossiers pourraient être liés, qu'un redresseur de torts psychopathe sévit dans la petite ville et accumule les cadavres pour rendre sa version très personnelle de la justice puisque les services de l'état sont, à son sens, incompétents. L'extrait « Un appel professionnel. L'avis de Quatre Sans Quatre Notice bio. LA RAGE de Zygmunt Miloszewski.

Fait

Publication. Zygmunt Miłoszewski. Zygmunt Miłoszewski. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Zygmunt Miłoszewski

Zygmunt Miłoszewski en 2015 Zygmunt Miłoszewski (né le à Varsovie) est un écrivain et journaliste polonais. Il est notamment l'auteur d'une série de romans policiers dont le héros récurrent est le procureur Teodor Szacki. Biographie[modifier | modifier le code] Zygmunt Miłoszewski amorce sa carrière professionnelle en 1995 au quotidien populaire Super Express où il est pendant des années chroniqueur judiciaire. Depuis 2003, il travaille pour l'édition polonaise de Newsweek où il tient actuellement une chronique sur les jeux vidéo. Il commence à publier des nouvelles et des romans en 2004. Il a obtenu à deux reprises le prix du meilleur roman policier polonais Nagroda Wielkiego Kalibru (pl) (en 2007 et 2011)[1]. Il a obtenu en janvier 2015 le prix Paszport Polityki dans la catégorie littérature[2]. En France il a été sélectionné pour : Bibliographie[modifier | modifier le code] Liens externes[modifier | modifier le code]

L'Espace Livre - L'édition 2016 - Lire En Poche. La Pologne face à ses fantômes - L'édition 2016 - Lire En Poche. Zygmunt Miloszewski est l'auteur d'une trilogie policière qui a connu un succès sans précédent, traduite dans plus de quinze langues.

La Pologne face à ses fantômes - L'édition 2016 - Lire En Poche

Cet automne, le troisième volet, La Rage, paraît en traduction française, avec le même personnage principal, le procureur Teodor Szacki, aux prises avec une nouvelle enquête autour d'une étrange affaire de cadavre brûlé et de membres de victimes découverts sur un chantier. Dans les précédents romans, Szacki a enquêté sur une séance de thérapie collective qui a tourné au meurtre, ou encore sur d'étranges assassinats suivant des rituels religieux juifs. La Rage, de Zygmunt Miloszewski : gueule de bois à la polonaise. En trois polars et trois villes, Zygmunt Miloszewski dresse un portrait corrosif de son pays.

La Rage, de Zygmunt Miloszewski : gueule de bois à la polonaise

Visite sur ses terres. La Varmie, en Pologne, est réputée pour ses forêts giboyeuses et ses lacs insondables. Zygmunt Miloszewski s'invite dans ce paysage de conte en y ajoutant le crime. Force est de constater qu'il paie. En l'espace de cinq ans, avec sa trilogie à succès, ce romancier polonais a revisité la Pologne d'une manière radicale tout en racontant magistralement sa société. Après avoir planté ses intrigues à Varsovie, la capitale, puis Sandomierz, le joyau médiéval, le romancier s'épanouit à Olsztyn. Zygmunt Miloszewski : polar à la polonaise. Ultime aventure du procureur Teodore Szacki, « La rage » est un polar qui marie avec brio enquête criminelle et humour assassin.

Zygmunt Miloszewski : polar à la polonaise

C’est le poil à gratter des lettres polonaises. Avec ses deux premiers best-sellers mettant en scène le procureur Teodore Szacki, Zygmunt Miloszewski avait réussi à irriter tour à tour les nostalgiques du communisme, en rappelant leurs crimes restés impunis, puis les catholiques traditionalistes, en titillant les démons de l’antisémitisme. Autant dire que le ton drôlement persifleur de « La rage », où Miloszewski dépeint son pays natal comme une terre de mochetés architecturales, de grisaille déprimante et de violences conjugales, ne va pas améliorer sa cote d’amour auprès du gouvernement conservateur au pouvoir.

Et on s’étonne encore que l’office de tourisme d’Olsztyn ait osé éditer une brochure pour signaler les rues et les parcs arpentés par Teodore dans « La rage ». Zygmunt Miloszewski (auteur de Les impliqués)