Tendances

Facebook Twitter

The Slow Business Manifesto. Excerpted from Jerry Stifelman: “As the Slow Food movement fights to bring back real food, real tradition, real flavor, and real pleasure.

The Slow Business Manifesto

As the Slow Travel movement aims to reclaim the concept of the journey being as important as the destination. As Slow Money advocates argue that relationships and consequences are as important as rates of return. We feel we need a Slow Business movement to put the soul back into our work lives too. On behalf of life, love, and the pursuit of happiness, (and the planet too!) Nous ne sommes pas la génération « perdue » Dans ce pays européen voisin dans lequel ils se retrouvent pendant une courte période, personne ne connaît véritablement la valeur de leurs diplômes, ni de leurs qualifications.

Nous ne sommes pas la génération « perdue »

Les employeurs hésitent à confier des responsabilités à un jeune qui s’exprime avec encore peu d’assurance dans une langue qui n’est pas la sienne. L’administration reste désespérément hermétique malgré la législation européenne protégeant nos droits. Sans soutien financier, sans travail, il semble impossible de rester. L’expérience européenne ne devient alors plus qu’un lointain souvenir, comme un beau rêve qui ne survit que sur les photos des réseaux sociaux.

Il existe un gouffre entre l’envie de découvrir, de se découvrir en tant que citoyen européen dans un autre pays, et la réalité. "Je ne crois pas au développement durable" La dixième Semaine du développement durable se tient du 1er au 7 avril alors que s'est installé en France un véritable "écolo-scepticisme".

"Je ne crois pas au développement durable"

Le phénomène est en progression. 45 % des 4 500 Français sondés en juin 2011 par l'Ipsos trouvent "qu'on en fait trop sur le réchauffement climatique". Cette proportion d'"écolo-sceptiques", estime Ipsos, n'était que d'un tiers en 2008. Le Monde.fr a invité ses lecteurs à réagir, à travers un appel à témoignages qui a recueilli de multiples réponses. Crise économique, ras-le-bol du marketing vert, critique de la société d'hyper-consommation… les raisons invoquées par les "écolo-résistants" sont très variées.Durablement réfractaire au développement ! Du contrôle des pauvres à la maîtrise des risques. Chiffres à l’appui, le soupçon de fraude ou d’abus porté par une partie de l’opinion publique, qui tend à peser sur les bénéficiaires de prestations sociales se révèle largement non fondé.

Du contrôle des pauvres à la maîtrise des risques

Le nombre de rappels de prestations est même trois fois supérieur aux cas de trop perçus. La complexité des prestations et leur instabilité liée aux situations changeantes sont à la source de ces phénomènes. Une autre conception du ‑contrôle s’est mise en place depuis plusieurs années, orientée vers la maîtrise du risque et vers une démarche de prévention. “La tentation du contrôle social des exclus, ou tout simplement des allocataires de l’État-providence dès lors que leurs allocations ne proviennent plus d’une contrepartie assurantielle, devient réelle”, remarque Pierre Rosanvallon. La hausse des prix de l’essence devrait continuer.

Faisons un peu le point.

La hausse des prix de l’essence devrait continuer

Les prix du pétrole n'en finissent pas d'augmenter, malgré la faiblesse de la croissance mondiale. Le cours du baril de Brent de la mer du Nord frôle les 126 dollars, en hausse de plus de 20 % depuis la mi-décembre. Or les premiers frissons de reprise économique sont en train de relancer la demande de brut, et devraient donc continuer à tirer les prix vers le haut, analyse l'agence Reuters, qui souligne que les tensions en Iran ne sont pas le facteur essentiel de la hausse en cours. Pour relâcher la pression, de nombreux analystes comptent beaucoup sur les pétroles de schiste et autres « pétroles étroits » (pétroles piégés dans des réservoirs peu poreux), dont l'exploitation se développe à vitesse grand V aux Etats-Unis. Une étude de la banque Citi avance même que « la résurgence de la production de pétrole en Amérique du Nord » va signer l'arrêt de « mort de l'hypothèse du pic pétrolier ».

La crise et nous... UNE SÉRIE D’ENTRETIENS D’ANTOINE MERCIER DU 19 AU 30 DÉCEMBRE 2011, en prolongement du Journal de 12h30 Mise en ligne : Michel-Ange Vinti et Eric Chaverou Présentation : Depuis la grande crise financière de 2008, qui a donné lieu à de multiples analyses, la situation concrète des pays occidentaux s’est nettement dégradée.

La crise et nous...

Regarde le capitalisme tomber à l'ère de la production Open Source. « Le logiciel libre, l’innovation partagée et la production collaborative menacent le capitalisme tel que nous le connaissons. » C’est ainsi que Michel Bauwens résume son propos dans les colonnes du site d’Aljazeera.

Regarde le capitalisme tomber à l'ère de la production Open Source

Le menace vient du fait qu’à l’aide d’Internet nous créons beaucoup plus de valeur d’usage (qui répond à nos besoins) que de valeur d’échange (qui se monétise facilement[1] Menace pour les uns, opportunité et espoir pour les autres… La question à 100 milliards de dollars de Facebook : Le capitalisme survivra-t-il à « l’abondance de valeur » ? The $100bn Facebook question: Will capitalism survive ‘value abundance’? Michel Bauwens - 29 février 2012 - Aljazeera. Questions numériques 2012-2012, le temps des ruptures (1/2) : Secessions territoriales. Par Hubert Guillaud le 22/02/12 | 1 commentaire | 1,691 lectures | Impression Pour la seconde année consécutive, la Fondation internet nouvelle génération (éditeur d’InternetActu) vient de publier son cahier d’enjeux : Questions numériques.

Questions numériques 2012-2012, le temps des ruptures (1/2) : Secessions territoriales

A partir des travaux de la Fing, l’équipe a produit 19 scénarios de ruptures pour se préparer à demain, comprendre ce qu’il se passe à l’intersection des transformations sociales, des changements économiques et des ruptures technologiques. Les membres de la Fing ont choisi 7 scénarios pour les travailler plus avant, les rendre plus plausibles, plus accessibles au débat. L'excès d'oligo-éléments est nuisible à la sante des sociétés… Le Monde.fr | | Par Alain Charles Martinet, professeur émérite de stratégie à l'université Jean-Moulin (Lyon) Dans les dérives du capitalisme financier, la montée des oligarchies apparaîtra sans doute comme l'évolution majeure de la dernière décennie.

L'excès d'oligo-éléments est nuisible à la sante des sociétés…

Jamais "le petit nombre" (oligo), avec ses variantes nationales, n'aura autant assuré son emprise sur des masses rendues dociles par le consumérisme ou le désir d'y accéder. C'est de ce portrait de phase qu'il convient de partir et non de l'abstraction mettant éternellement en scène une "entreprise" en marché, régulée par des Etats soucieux, en bons pasteurs, de l'intérêt général de leurs populations.

Force est de constater l'enchevêtrement de plus en plus serré des pouvoirs économiques et politiques comme en témoigne la circulation sans entraves des "hauts" dirigeants entre le privé le public et les medias. Bien difficile de ne pas noter aussi l'explosion du lobbying. "La troisième révolution industrielle", de Jeremy Rifkin. Certes, le nouvel opus de l'économiste Jeremy Rifkin n'apporte pas de nouveauté renversante, par rapport à ses précédents essais, notamment L'Age de l'accès (La Découverte, 2005), ou L'Economie hydrogène (La Découverte, 2002), des best-sellers.

"La troisième révolution industrielle", de Jeremy Rifkin

Son principal mérite est de présenter de façon particulièrement claire et stimulante les défis auxquels nous sommes confrontés, en ce début de XXIe siècle, et de proposer également des solutions. Nous vivons la fin d'une époque ; celle d'une économie fondée sur les énergies fossiles ; mais aussi, celle du travail à temps plein, du capitalisme patrimonial, de l'organisation pyramidale des entreprises, et de la gestion exclusivement marchande du monde.

Sans que nous nous en apercevions, nous sommes déjà entrés dans une troisième révolution industrielle ; celle-ci va bouleverser nos façons de vivre, de travailler, de consommer. Les gens sont en train de craquer. Les gens veulent se suicider désormais. Ils le disent. Ils préviennent : « Si ça ne marche pas, j'arrête cette vie, je n'en peux plus ». 2012, année plus humaine ? A travers son dispositif de veille internationale Trend Observer (France, Grande Bretagne, Suède, Italie, Etats-Unis et Japon), Ipsos Public Affairs a identifié l’émergence et le développement de six tendances clés autour de ce thème de la « réhumanisation ». 1. La société de la connexion généralisée crée un besoin croissant de relation humaine. 2012 could see globalisation 2.0 take off | Guardian Sustainable Business.

The Occupy protests, summer riots and Arab spring show a growing intolerance of the rich-poor divide. Photograph: Andy Rain/EPA It is looking grim next year, with austerity set to stay, but perhaps this will jump start 'Globalisation 2.0' – a greener, more equitable and wellbeing-orientated form of globalisation. Am I a hopeless optimist? Well, quite possibly, but activities this year show that we could be moving in the right direction. First off, revolution is already here.