background preloader

Open data

Facebook Twitter

Mémoire - De l'Open Data à l'Open Government. Le SGMAP et Etalab dans la politique de modernisation de l’action publique - Samuel Azoulay, 2014. Un rapport du Ministère de la Culture en faveur du principe de gratuité pour la réutilisation des données culturelles.

Ouverture des données et des contenus culturels, le défi à venir des établissements culturels. Camille Domange est Chef du département des programmes numériques au ministère de la Culture et de la Communication.

Ouverture des données et des contenus culturels, le défi à venir des établissements culturels

Il vient de remettre un rapport intitulé « Ouverture et partage des données publiques culturelles. Pour une (r)évolution numérique dans le secteur culturel ». En quoi consiste l’engagement du ministère de la culture en faveur du numérique et plus spécifiquement de l’open data ? Aurélie Filippetti a annoncé le 7 novembre qu’elle souhaitait mener une politique forte et volontariste en dans ce domaine. La séquence de l’Automne Numérique, qui s’est concrétisée par une série d’événements inédits et innovants avec des communautés numériques comme Wikimedia France ou Creative Commons France a permis de bâtir une politique ministérielle des usages numériques dans le secteur culturel. Pendant longtemps, la politique numérique s’est construite autour du seul accès aux données culturelles (site internet, base de données, archives, …). Exactement. Illustration : Nena Rayo.

Ouverture des données dans les collectivités territoriales : ambitions, racines politiques et premiers effets. De la transparence à l’innovation : un continuum d’ambitions L’analyse des discours des principaux promoteurs de l’open data montre une réelleconvergence dans les ambitions poursuivies.

Ouverture des données dans les collectivités territoriales : ambitions, racines politiques et premiers effets

Le discours de Nigel Shadbolt , professeur àl’université de Southampton, directeur du Local Public Panel, membre du Public sectorTransparency Board, principal conseiller du gouvernement britannique aux côtés de TimBerners Lee pour la mise en place de sa politique d’ouverture des données et « évangéliste »de l’open data, apparaît comme une synthèse des différents objectifs affichés. Il estrégulièrement cité par des acteurs aussi bien institutionnels qu’associatifs ou entrepreneuriaux.Il classifie les objectifs de l’open data en six catégories. La transparence constitue depuis ledébut l’argument premier en faveur de l’ouverture des données ; on le retrouve au cœur del’allocution du président Obama s’engageant en faveur d’un « gouvernement ouvert »prononcée dès le 21 Janvier 2009 . ’accountability engagement.

L’ouverture des données publiques : convergence ou malentendu politique ? Open data : à business ouvert. La donnée se démocratise à vitesse grand V.

Open data : à business ouvert

Le mouvement «open data», initié par Barack Obama dès 2008, a poussé de nombreuses administrations publiques à rendre au citoyen les informations collectées durant leurs missions. La liste des restaurants répondant aux normes sanitaires, l’inventaire des lieux publics accessibles aux handicapés ou celui des principales sociétés déposant des brevets. La France s’y est mise. Sur le site Data.gouv.fr, plus de 350 000 fichiers contenant des données publiques, ni personnelles ni confidentielles, sont aujourd’hui librement consultables et réutilisables par tous. Cette nouvelle manne de «data», certains commencent à l’exploiter pour faire du chiffre d’affaires. Une directive européenne adoptée en 2003 et transposée deux ans plus tard dans le droit français a posé les bases de ce mouvement d’ouverture des données publiques.

Bénéfices. Les revendeurs insistent d’abord sur la valeur ajoutée aux données, se défendant de les privatiser. Santé. A qui profite l'open data ?