background preloader

Histoire du design

Facebook Twitter

De Stijl. De Stijl est un mouvement artistique essentiellement néerlandais construit autour de la revue “De Stijl”, le style, dont on dénombre la parution d’une centaine de publications durant une période qui s’étend de 1917 à 1931. Loin d’avoir une ligne éditoriale unifiée , la revue “De Stijl” était avant tout un forum artistique où des tribunes étaient données à un petit groupe d’artistes qui voulaient discuter des orientations de l’art moderne. Même si plusieurs personnalités ont eu un rôle actif, c’est surtout l’énergie et le parcours de l’artiste, architecte-designer, Theo Van Doesburg qui fit de celle-ci une référence majeure de la propagande des idées modernes en Europe. Et ceci jusqu’à ses derniers jours, en 1931. La période abstraite 1917-1925 La différence essentielle entre le constructivisme russe et néerlandais se situe précisément dans la place accordée à l’art abstrait.

Avant que les choses ne s’inversent durant le tournant construcitviste de l’école allemande en 1923(5). De Stijl. De Stijl (néerlandais : [də.'stɛil], « le style ») est un mouvement artistique des Pays-Bas, fondé en 1917 par Theo van Doesburg, qui publie d'octobre 1917 à janvier 1932 une revue d'art, De Stijl, organe de diffusion des idées néoplasticiennes de Piet Mondrian et des membres du groupe de Stijl. Ces peintres, architectes, sculpteurs et poètes ont profondément influencé l'architecture du XXe siècle, en particulier le Bauhaus et ensuite le style international.

La plupart des membres envisagent un environnement utopique par le biais de l'art abstrait, d'une harmonie universelle dans l'intégration complète de tous les arts[1]. L'ambition de De Stijl est de donner un sens nouveau aux arts en les rapprochant, en les intégrant autour du désir de destruction du "baroque" (selon l'acception que Van Doesburg et ses amis donnaient à ce mot), et par l’utilisation de couleurs et de formes « pures », en équilibre dynamique et comme en expansion, légères, et même, visuellement, en apesanteur ! 1. 7. Frise.

Robert Mallet-Stevens. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Robert Mallet-Stevens est un architecte et designer français né à Paris le , mort à Paris le . Il fait partie du mouvement moderne[1]. Biographie[modifier | modifier le code] Né dans une famille de collectionneurs, il est un neveu de Suzanne Stevens, l'épouse du financier belge Adolphe Stoclet qui fit construire à Bruxelles le célèbre palais qui porte son nom. Il se forme à l'École spéciale d'architecture de Paris, entre 1906 et 1910. Au Salon des artistes décorateurs de 1924, il remarque certains créateurs, invités par Pierre Chareau à exposer ensemble, qui se distinguent en prônant l’assujettissement de la structure à la fonction et l'usage de meubles à fonctions combinées ou dialoguant, voire s'intégrant, avec les volumes intérieurs, comme Francis Jourdain et Eileen Gray, mais aussi Pierre Legrain, et appelle ceux-ci pour décorer la Villa Noailles[3].

L'apport de Mallet-Stevens n'a été pleinement apprécié que longtemps après sa mort. Bref historique du design. Par Raymond Guidot, historien du design L’histoire du design se confond avec l’Histoire. Des origines de la révolution industrielle au design contemporain, une brève chronologie. Aux origines de la production de série L’histoire du design est indissociable de celle de la révolution industrielle. Made in America 1908, la Ford T, première automobile fabriquée en grande série.

Nés avec la révolution industrielle, dégagés de toute référence historique, les Etats-Unis offrent un cadre idéal à l’essor de la mécanisation à grande échelle. Le temps des avants-gardes Dans l’effervescence des annees 20 naissent des mouvements hérités du cubisme puis des futurisme italien, constructivisme et suprématisme russes, mouvement hollandais De Stijl, qui vont marquer par leur audace tout le xxe siècle. Né en 1919 dans une Allemagne vaincue et appauvrie, le Bauhaus, à ses débuts, n’est pas, pour des raisons économiques évidentes, tourné vers la production en série. Les années 20 et 30 Les formes de la liberté. Bauhaus. La Staatliches Bauhaus /ˈʃtaːtlɪçəs ˈbaʊˌhaʊs/ Écouter est une école d'architecture et d'arts appliqués, fondée en 1919 à Weimar (Allemagne) par Walter Gropius. Par extension, Bauhaus désigne un courant artistique concernant, notamment, l'architecture et le design, la modernité mais également la photographie, le costume et la danse.

Ce mouvement posera les bases de la réflexion sur l'architecture moderne, et notamment du style international. L'école a eu trois directeurs : Walter Gropius, Hannes Meyer et Ludwig Mies van der Rohe. En 1933, le Bauhaus (installé à Berlin) est fermé par les nazis, qui la considèrent comme une école enseignant un « art dégénéré ». Sa dissolution est prononcée par ses responsables. Histoire du Bauhaus[modifier | modifier le code] La création du Bauhaus[modifier | modifier le code] Walter Gropius (1883-1969), fondateur et directeur du Bauhaus (1919-1928). Bâtiment du Bauhaus de Weimar. Le Bauhaus de Weimar[modifier | modifier le code] [modifier | modifier le code]