background preloader

Cryptozoologie

Facebook Twitter

Sasquatch. Une représentation du bigfoot. Le bigfoot ou sasquatch est une créature légendaire qui vivrait au Canada et aux États-Unis. Le nom bigfoot (« grand pied » en anglais) lui a été donné par les premiers colons lors de la conquête de l'Ouest, du fait de sa grande taille présumée et surtout des empreintes gigantesques qu'il laisserait après son passage. Cet être humanoïde occuperait principalement les grandes chaînes de montagnes (Adirondacks, Rocheuses, Appalaches) ainsi que les régions très boisées et faiblement peuplées par l'homme (les Everglades).

Le nom sasquatch vient de l'halkomelem sésq̓əc[1], « géant velu»[2]. Le terme amérindien « sasquatch » est plus utilisé au Canada tandis qu'aux États-Unis et en Europe le terme « bigfoot » lui est préféré. Ces êtres sont généralement décrits comme étant des hominidés. Historique[modifier | modifier le code] Carte de répartition des témoignages de rencontre avec le sasquatch en Amérique du Nord.

Des survivants de la Préhistoire ? Fêtes Littérature. Kraken. Almasty. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'almasty, également appelé kaptar, est une créature mystérieuse qui habiterait la chaîne montagneuse du Caucase. Il s'agirait d'un grand primate dont la description est proche de celle du yéti. Les noms utilisés dans les langues du Caucase pour le désigner signifieraient le plus souvent "homme sauvage", ce qui est source de controverse.

Bien que de nombreux cultivateurs et bergers locaux aient témoigné de sa présence, aucun almasty (vivant ou mort) n'a pu faire l'objet d'observations scientifiques. Sur la base de ces témoignages, certains auteurs le considèrent comme un homme de Néandertal qui aurait survécu jusqu'à aujourd'hui dans les régions reculées des hautes montagnes du Caucase.

Mais pour Yves Coppens, ce n'est pas une hypothèse scientifiquement défendable, les témoignages recueillis orientent plutôt vers un grand primate que vers un humanoïde[1]. Expéditions scientifiques[modifier | modifier le code] Olgoï-Khorkhoï. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le ver-intestin mongol (Olgoï-Khorkhoï) vu par le peintre Belge Pieter Dirkx L’Olgoï-Khorkhoï (cyrillique mongol : Олгой хорхой) ou ver-intestin est un cryptide (un animal dont il n'y a aucune preuve matérielle de son existence), censé vivre dans le désert de Gobi en Mongolie. Il est étudié par la cryptozoologie mais il n'existe aucune preuve matérielle indiscutée de son existence réelle. Les Mongols prêtent à cet animal la capacité de tuer des animaux et des hommes. Description[modifier | modifier le code] L’Olgoï-Khorkhoï mesurerait entre 60 cm et 90 cm de long pour un diamètre d'environ 20 cm. D’après les témoignages, l’animal serait attiré par la couleur jaune et ne sortirait qu’au début de l'été.

L’animal se déplacerait en glissant tel un serpent ou en s’enroulant sur lui-même. Dangerosité[modifier | modifier le code] Références dans la fiction[modifier | modifier le code] Cinéma[modifier | modifier le code] Graffiti, 2009. Chupacabra. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Représentation du Chupacabra Chupacabra ( /tʃupa'kabɾa/ espagnol pour « suceur de chèvres ») est une créature qui est décrite par des témoins comme ayant des yeux rouges, deux trous pour les narines, une bouche avec des crocs saillants vers le haut et vers le bas et serait couverte de poils noirs.

Elle ressemble selon certains à une chauve-souris ou au prétendu extraterrestre de l'Affaire de Roswell. Elle fait partie de la culture populaire dans toute l'Amérique latine, notamment au Mexique et sur l'île de Porto Rico. L'animal se nourrirait en suçant le sang des animaux de ferme comme les chèvres ou les vaches en faisant des trous parfaitement circulaires dans le cou jusqu'au cervelet tuant l'animal en ne provoquant aucune souffrance. Histoire[modifier | modifier le code] Le chupacabra est considéré par les Mexicains comme le produit d'une hystérie collective, alors que d'autres[Qui ?]

Apparences[modifier | modifier le code] Mokele-mbembe. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Mbembe. Le Mokélé-mbembé (illustration) Le Mokélé-mbembé (Celui qui peut arrêter le flot de la rivière) est le nom donné à un animal apparenté aux sauropodes par les habitants des lacs et des marais proche du fleuve Congo. Son existence n'est pas avérée. Historique[modifier | modifier le code] Ancien témoignage[modifier | modifier le code] En 1766 l'abbé Lievan Bonaventure Proyarte relate dans son ouvrage Histoire de Loango, Kakonga et autres royaumes d'Afrique l'étrange découverte d'un groupe de missionnaires au Congo : "Il doit être monstrueux. Témoignages récents[modifier | modifier le code] En 1913, le capitaine Freiherr von Stein zu Lausnitz participe à une expédition dans le Cameroun allemand de l'époque (aujourd'hui nord du Congo-Brazzaville).

"L'animal aurait la peau lisse et de couleur gris-brun. En 1979, l’herpétologiste James Powell et le biologiste Roy P. Habitat[modifier | modifier le code] Yéti. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Illustration d'un yéti. Le yéti, ou « abominable homme des neiges », est une créature anthropomorphe du folklore de la région himalayenne, en particulier du Népal, de l'Inde et du Tibet. Il est considéré au sein de la communauté scientifique comme un être légendaire du fait de l'absence de preuve matérielle incontestable de son existence.

Il a de nombreux équivalents dans d'autres régions du monde, dont le Bigfoot en Amérique du Nord ou l’almasty dans le Caucase. Étymologie et noms alternatifs[modifier | modifier le code] Le mot « yéti » vient du tibétain གཡའ་དྲེད་ (en Wylie, g.ya' dred), un mot composé de གཡའ་ (en wylie, g.ya'), « rocheux » et དྲེད་ (en wylie, dred) « ours[1],[2],[3],[4],[5] ».

D'autres termes utilisés par les peuples de l'Himalaya n'ont pas exactement la même traduction mais font également référence à des espèces animales réelles ou légendaires de la région : Historique[modifier | modifier le code] B.H. Monstre du Loch Ness. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Monstre du Loch Ness Sculpture, interprétation d'artiste, en Écosse. Le monstre du Loch Ness, surnommé Nessie (parfois orthographié Nessy), désigne un animal aquatique supposé vivre (ou avoir vécu) dans le Loch Ness, un lac d'eau douce des Highlands (Écosse). Le naturaliste Sir Peter Scott et Robert H. Rines (en) ont doté le monstre d'un nom binominal : Nessiteras rhombopteryx Scott & Rines 1975, comme on le fait pour une espèce animale attestée. Il est généralement décrit comme ressemblant à un serpent de mer ou à un plésiosaure. Histoire L’Écosse a toujours été réputée pour ses légendes de monstres évoluant dans les eaux profondes des rivières et des lochs.

Le mythe du monstre du Loch Ness acquiert une renommée mondiale dans les années 1933-1934 (voir plus bas, la section Canulars et mystification). En 1961 fut officiellement créé le Loch Ness Phenomena Investigation Bureau (Bureau d’enquêtes sur les phénomènes du Loch Ness). Nom scientifique. Cryptozoologie. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le terme a été inventé par le biologiste écossais Ivan T. Sanderson[1]. Ce néologisme est selon le GDT une « science qui tente d'étudier objectivement le cas des animaux seulement connus par des témoignages, des pièces anatomiques ou des photographies de valeur contestable ». Il n'existe aucune formation universitaire, ni aucun institut scientifique officiel de cryptozoologie. Malgré la critique de la grande majorité de la communauté scientifique, le travail d'un zoologue intéressé par la cryptozoologie consiste essentiellement à écarter les canulars, entre mythes et légendes urbaines. Le cryptozoologue le plus connu est Bernard Heuvelmans, docteur ès sciences d'origine belge, qui a consacré une grande partie de sa vie à chasser des formes animales encore inconnues.

Les quatre tomes de Sur la piste des bêtes ignorées (publiés entre 1955 et 1970) constituent une œuvre de référence pour les cryptozoologues.