background preloader

Comunicacion

Facebook Twitter

Free ePub Converter - Convert PDF and other types of documents & ebooks to ePub format. Miseducation of Scholarly Communication: Beyond binaries and toward a transparent, information-rich publishing system. The Society for Scholarly Publishing recently hosted a session on open access publishing and authors’ rights titled “Open Access Mandates and Open Access ‘Mandates’: How Much Control Should Authors Have over Their Work?” This post is the edited text from Micah Vandegrift‘s talk along with his accompanying slides. Scholarly communication is mired in a binary, black and white system that pits closed versus open and publisher against librarian, but he argues the reality is much more grey than that. The entire system would be improved by greater transparency (honesty), more active/productive author voice in the discussion, and clearer straight-forward human readable contracts with options.

I believe that Scholarly Communication should be about authors making well-informed decisions about their scholarship, rather than about libraries and publishers fighting over who’s right or wrong about open access. Scholarly Communication is about scholars communicating. I like it this way. Charte_bonnes_pratiques_BSN. La pertinence des algorithmes. Par Hubert Guillaud le 29/11/12 | 6 commentaires | 7,031 lectures | Impression Sur l’excellent Culture Digitally, le sociologue Tarleton Gillespie (@TarletonG) vient de publier un court essai (.pdf) sur la “pertinence des algorithmes” pour réfléchir à la place des algorithmes dans la culture et la connaissance (cet essai se veut l’introduction d’une anthologie sur le sujet qui devrait paraître… à l’automne 2013 aux presses du MIT).

Tarleton Gillespie s’est longuement intéressé à comment les plates-formes utilisent les algorithmes pour gérer les “mauvais contenus” (voir “ces algorithmes qui nous gouvernent”) ce qui lui a permis de dresser le tableau des techniques algorithmiques émergentes en cours de déploiement. Une manière d’approfondir les propos d’Evgeny Morozov dont nous vous faisions part récemment.

Qu’est-ce qu’un algorithme ? “Les algorithmes jouent un rôle de plus en plus important dans le choix de l’information que nous considérons comme la plus pertinente pour nous. Au-delà du brainstorming. Nous avons fréquemment mentionné Jonah Lehrer dans nos colonnes. Ce jeune neuroscientifique, blogueur et écrivain, a le don pour éclairer les sujets souvent complexes de la cognition de manière claire et originale. Dans un récent article pour le New-Yorker, il s’est penché sur le phénomène de l’intelligence collective, et notamment sa forme la plus ancienne et la plus commune, le « brainstorming ». Le brainstorming en question Le brainstorming, nous explique-t-il, est né peu après la fin de la Deuxième Guerre mondiale, à l’instigation d’Alex Osborn, publicitaire en vue de l’époque. Problème, explique Lehrer, cette technique est loin d’être aussi efficace qu’on veut bien le dire. Image : Vaut-il mieux brainstormer avec soi-même qu’avec les autres ? Les bienfaits de la critique Mais surtout, ce que Lehrer met en cause, c’est l’interdiction de toute critique.

Les lois de la composition Lehrer a été chercher la réponse du côté de… Broadway ! Les lieux créatifs Ce n’est pas ce qui s’est passé. Technologies et coopération. Internet ne nous rend pas seul, soulignions-nous dernièrement. Mais en quoi nous aide-t-il à coopérer entre nous ? Dans son nouveau livre, Ensemble : les plaisirs rituels et la politique de la coopération (Amazon, extraits), le sociologue Richard Sennett, enseignant à la l’école d’économie de Londres et à l’université de New York, s’est intéressé à la coopération. Pour comprendre pourquoi elle se produit – et parfois, pourquoi elle ne se produit pas. Après Craftman (L’artisan, traduit en français sous le titre Ce que sait la main : La culture de l’artisanat), qui s’intéressait à l’impulsion innée que nous avons à bien faire les choses, ce livre est le second d’une trilogie (baptisée homo faber) sur les compétences dont les humains ont besoin pour une coexistence heureuse (le suivant, annoncé, portera sur les villes).

La valeur de la coopération réside dans l’informel Face à la crise, estime le sociologue, les règles formelles s’avèrent souvent insuffisantes. Dialectique contre dialogique. Vers une physique de l’information. Par Rémi Sussan le 13/06/14 | 2 commentaires | 218 lectures | Impression Lorsqu’on a trop longtemps le nez dans le guidon, on en vient trop vite à considérer le numérique comme une simple technique, aux impacts évidents certes, mais finalement pas plus fondamentale que la mécanique auto. Or il s’agit de tout autre chose. Depuis sa naissance, avec John von Neumann et Alan Turing (et même avant, si on remonte jusqu’à Leibniz) la réflexion sur la “computation” traitait avant tout de la nature de l’esprit, voire de celle de la réalité elle-même.

Comme Turing, von Neumann ou aujourd’hui Stephen Wolfram, le physicien David Deutsch fait partie de cette lignée de “philosophes du numérique”, et son apport dans ce domaine a été considérable puisqu’il est l’un des pères de l’informatique quantique, qu’il avait imaginé dès les années 80. Une physique du possible Au contraire, la “théorie du constructeur” s’intéresse à ce qui est possible.

Il existe plusieurs sortes de constructeurs. Rémi Sussan. V. A Gentle Introduction to XML - The TEI Guidelines. Strictly speaking, XML is a metalanguage, that is, a language used to describe other languages, in this case, markup languages. Historically, the word markup has been used to describe annotation or other marks within a text intended to instruct a compositor or typist how a particular passage should be printed or laid out.

Examples include wavy underlining to indicate boldface, special symbols for passages to be omitted or printed in a particular font, and so forth. As the formatting and printing of texts was automated, the term was extended to cover all sorts of special codes inserted into electronic texts to govern formatting, printing, or other processing. Generalizing from that sense, we define markup, or (synonymously) encoding, as any means of making explicit an interpretation of a text. By markup language we mean a set of markup conventions used together for encoding texts. TEI: What's Special about XML? XML has three highly distinctive advantages: TEI: Textual Structures¶v.2. ...

Understanding Social Science | A Social Polis project. Social Polis. Communicating the Social Sciences | Angela Cassidy. ‘Communicating the Social Sciences’ Chapter 16 in: Bucchi, M. and Trench, B. (eds) (2008) Handbook of Public Communication of Science and Technology . London: RoutledgeFINAL REVIEWED AND REVISED DRAFT AS SENT TO PUBLISHER referred to studies from the rest of the world, but considering the paucity of theliterature as a whole, much more research is needed to reach any coherentunderstanding of the effect of these cross-cultural differences upon the publiccommunication of the social sciences.Much of the available literature on PCSS is by psychologists; material comingfrom other disciplines, or addressing social science as a whole, is far less common.This is probably indicativ e of psychology’s borderline status between the natural and social sciences, where the increased use of quantitative, experimental approachesboosts its ‘scientific’ status, making it more likely to be covered by journalists(Schmierbach, 2005).

Of psychologists’ greater concern with ow to get the ‘correct’ message the subject one. Etude.50.nuances.de.numerique.pdf. Encyclopédie numérique. Site : Manuel des pratiques de l’édition numérique - PUM - Collection en libre accès. Dan Kahan: ‘Really the problem isn’t that people are not sufficiently rational – in some sense they’re too rational’ | No Funny Business. Image Credit: Some rights reserved by Boston Public Library This post is a series of excerpts from an interview conducted with Professor Dan Kahan earlier this year, which touched on a wide range of themes including: Broadly, the ‘science of science communication’Scientists as science communicatorsThe breakdown of communicating climate scienceThe false assumptions of science literacy and the deficit modelAnd of course, Kahan’s ‘cultural cognition thesis’ and the mediating influence of worldview on societal issues. Dan Kahan hails from Yale, with appointments as the Elizabeth K.

Dollard Professor of Law and Professor of Psychology at the Yale Law School. Kahan’s current research spans risk perception, science communication, and the application of decision science to law and policymaking. To start on the last point. Can you give you thoughts on scientists as science communicators? I understand and admire scientists’ want to be part of the communication solution. Events | Scholarly Communication Program. Join us for panel discussions, workshops, and other events to discuss how the fast-paced evolution of the scholarly communication system is affecting you and your work.

The Research Without Borders (RWoB) series focuses on pivotal issues in scholarly communication. RWoB events are free and open to the public. Research Without Borders: Open Access in the Americas Please join us for “Research Without Borders: Open Access in the Americas”, our final event of the academic year in our Research Without Borders panel discussion series. This event will take place from 3-5pm on Tuesday, April 29, 2014 in Presidential Rooms 2 & 3 of Columbia’s Faculty House (directions here.)

It … Read More → Research Without Borders: Negotiating Constraints and Open Scholarship Please join us for "Research Without Borders: Negotiating Constraints and Open Scholarship", our third event of the academic year in our Research Without Borders panel discussion series. Open Access Week 2013 at Columbia: October 21-25. Schéma d’orientation stratégique de l’IST du CNRS. Research Information | CERIF | LOD | CRIS | Repositories | IR. Pour une meilleure visibilité de la recherche française 2/3 : Gestion des informations tout au long du cycle de vie de la recherche | Deuxième labo. Dans le premier volet de notre enquête sur le manque de visibilité et de lisibilité de la recherche française, nous avons mis en lumière l’absence de données permettant de repérer les projets de recherche en cours et de suivre le chemin précis menant des financements aux résultats.

Plusieurs lecteurs nous ont fait remarquer que les chercheurs sont beaucoup sollicités “pour fournir ce genre de données, avec des formats différents et toujours avec des questions posées un peu différemment ; souvent aussi avec des informations stupides et inutiles et qui prennent beaucoup de temps à agréger” (Gaïa) ou qu’il ne faudrait pas que nos préconisations conduisent les chercheurs à passer encore plus de temps “à entrer des données dans [leurs] systèmes administratifs au détriment du temps dédié à la recherche” (Gilles Saint-Martin). C’est l’objet de ce deuxième volet, qui est consacré à la bonne gestion des informations tout au long du cycle de vie de la recherche.

Le cycle de vie de la recherche. Accès aux données sur la recherche | Deuxième labo. Cet article rend compte d’une enquête en trois volets que nous avons menée pour comprendre d’où venait le manque de visibilité et de lisibilité de la recherche française. À défaut d’avoir pu tout couvrir, l’enquête nous a menés sur la voie de l’open data, mais pas au sens où on l’entend traditionnellement en science : ce qui nous intéresse ici ce sont les données sur la recherche récoltées par les administrateurs, et non pas les données scientifiques produites par les chercheur/ses.

Cette distinction, qui devrait sauter aux yeux dès notre premier article, est reconnue notamment du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Nous vous souhaitons une bonne lecture, en espérant ouvrir un chantier qui nous emmènera loin ! La recherche française, combien de divisions ? La formule de Staline se demandant quelle était la force de frappe du Vatican pourrait très bien s’appliquer aujourd’hui à la recherche française.

Or ce n’est pas une fatalité. L’open data selon l’ANR. Virtual Science Hub. Open Source Social Networking Engine. Elgg pour bâtir un réseau social de chercheurs : pourquoi ? comment ? | Deuxième labo. L’extension du domaine de la recherche, c’est utiliser les réseaux sociaux pour favoriser les fertilisations croisées à l’intérieur et à l’extérieur du laboratoire. Les réseaux sociaux de chercheurs font beaucoup parler d’eux, et à raison. Le succès remporté par l’atelier que nous avons proposé à ce sujet lors du THATCamp 2012, animé par Nicolas de Lavergne et Olivier Le Deuff[1], le prouve. Les ResearchGate, Academia.edu, Mendeley et autres MyScienceWork sont dans l’air du temps d’une science ultra-connectée, rapide, et mettant en œuvre tous les moyens à sa disposition pour améliorer sa visibilité et sa diffusion.

Il faudrait également citer Facebook, dont les chercheurs font un usage professionnel et qui constitue pour certaines universités un moyen quasi-exclusif de mise en relation, à l’instar de l’université Lumière Lyon 2 (comme raconté ici). Mais ces services en ligne (privés) ne sont que la partie émergée de l’iceberg.

Un réseau à la fois interne et externe En guise de conclusion. XML aplicado a la Literatura: Introducción a TEI (Text Encoding Inititive) J. Tomás Nogales Flores Prof. Titular del Dpto. de Biblioteconomía y Documentación Universidad Carlos III de Madrid [ Página inicial ] Contenido Introducción Tal como puede leerse en la página principal del Consorcio TEI (Text Encoding Initiative, TEI (también referenciado como Electronic Text Encoding and Interchange) es un estándar internacional e interdisciplinar de facto, que "ayuda a bibliotecas, museos, editores, eruditos e investigadores a representar todo tipo de textos literarios y lingüísticos para la investigación y la enseñanza en línea, usando un esquema de codificación que es máximamente expresivo y mínimamente obsolescente" (TEI-C, 2001b).

La institución TEI fue lanzado en 1987 por la Association for Computers and the Humanities (ACH), The Association for Computational Linguistics (ACL) y The Association for Literary and Linguistic Computing (ALLC), que siguen patrocinando la iniciativa. Su financiación principal procede del U.S. La DTD. Citas. Les dispositifs créatifs en questions (1/2) : ce que la créativité libère. Il n’est pas toujours facile de montrer aux gens qu’on peut innover simplement et rapidement – surtout dans des secteurs qui paraissent, a priori, rétifs à l’innovation. Nos routines quotidiennes nous empêchent bien souvent de trouver des solutions pour faire les choses autrement.

Cela ne signifie pas qu’il faille faire tout ce que l’on fait autrement, mais interroger nos pratiques permet toujours d’introduire des moments de réflexivité pour tenter de les améliorer. D’où l’idée, ravivée notamment par les premiers Barcamps ou les interventions de designers dans le champ de l’innovation sociale, de créer des évènements, pour imaginer faire autrement… et le montrer concrètement. C’est, il me semble, le véritable enjeu de MuseoMix, un évènement dont la 2e édition se tenait du 19 au 21 octobre 2012 au musée Gallo-romain de Lyon, qui est un bon exemple pour questionner les dispositifs créatifs, en comprendre leurs forces et leurs limites. Dispositifs créatifs : l’exemple de MuseoMix 1. Les dispositifs créatifs en questions (2/2) : les limites à la créativité collective.

On pourrait imaginer ainsi des Mix s’appliquant à d’autres objets que le musée. En ce sens, MuseoMix n’est qu’un dispositif parmi bien d’autres. Les Barcamps, les Hackathons, les ateliers créatifs, les interventions d’équipes de designers dans le champ de l’innovation sociale (et au-delà), les résidences de la 27e Région, les concours avec des développeurs qu’organisent les collectivités territoriales (comme celui de Rennes qui fut le premier en France) voire même l’Etat (Dataconnexions), les journées de créativités que de plus en plus d’entreprises fomentent avec leurs employés, leurs clients ou des développeurs… (celles organisées par la SNCF – le hackhaton des cheminots – par exemple ou la RATP… auxquelles on pourrait ajouter toutes les journées réservées aux développeurs des grands acteurs de l’informatique, allant de Facebook, Google à Mozilla)… voire même aux évènements qu’organisent des acteurs indépendants pour d’autres sociétés comme le font BeMyApp.

Hubert Guillaud. Méthodes agiles : la conception logicielle appliquée au monde physique. Interview de Marie-Anne Chabin : "Archivage attitude" Mammoth. Outil de curation collaboratif. Visual Understanding Environment. About. On line. Can You Digg It?: Using Web Applications in Teaching the Research Process.

Home | CASRAI Modeler. Accès aux données sur la recherche | Deuxième labo. Éditions de la Maison des sciences de l’homme - Les réseaux sociaux numériques de chercheurs en SHS. Professional digital practice in academia: From online networking to building apps. How to find an appropriate research data repository. Google Scholar Citations is now open to everyone. It shows great promise as a free, reliable way to track and compare academic impact over time. Cómo utilizar google scholar para mejorar la visibilidad de nuestra... Redaccion cientifica. 131108-opendata-clermont-chanier. Found yourself in a referencing rut? Here are your best options… Organizing your personal research library and compiling bibliographies: I was an EndNote refusenik, but now I’m a Mendeley convert.

Dr Sustainable | How to Manage a Research Library with Zotero. How to manage research papers on the go with PaperShip. Publicaciones. #OAbooks in the HSS: Contexts, Conversations, Technologies and Communities of Practice | OPEN REFLECTIONS. Beyond Open Access: Understanding science’s closures | Alice Bell | Science. The Production of Nonknowledge. The Open Access Button | Scholarly Communication Program. Book Sprint Methodology | Booktype. Deckset for Mac: Turn your notes into beautiful presentations. Typekit Practice. 8445-18848-1-PB.pdf. Le design de la visibilité : un essai de typologie du web 2.0. Science 2.0 : renouveau de la recherche et/ou de l'échange scientifique ? No 57. Sciences.com, libre accès et science ouverte - Octobre 2010 – Coordonné par Joëlle Farchy, Pascal Froissart et Cécile Méadel.

Open Science. Libros. L'affordance des livres numériques. Book Citation Index. eBooks: Great Expectations - A W3C Workshop on Electronic Books and Open Web Platform - 11-12 February 2013. Open Humanities Press. #OAbooks in the HSS: Contexts, Conversations, Technologies and Communities of Practice | OPEN REFLECTIONS. Du livre au web : de l’édition électronique à la « web édition »

Why I couldn’t publish my book Open Access › Hybrid Publishing Lab Notepad. What is a Book Sprint? | What is the Text Encoding Initiative? Fidus Writer | an editor for academics. Revistas. Thomson Reuters Collaborates with SciELO. Curso 4º ed, cómo publicar en revistas científicas de impacto cons...

CLASIFICACIÓN CIRC – 2012 ed. | EC3metrics. Ceriscope. A Pocket Guide to Master Every Day’s Typographic Adventures.