background preloader

CVUH

Facebook Twitter

Historien.pdf. « Les Faussaires de l’Histoire » LE MONDE TELEVISION | • Mis à jour le | Par Christine Rousseau A l’instar du remarqué et remarquable Einsatzgruppen, les commandos de la mort (2009), Michaël Prazan livre, avec une rigueur historique qui ne souffre – et ne peut souffrir – d’aucun à peu près sur le sujet, un documentaire (coécrit avec Valérie Igounet) de tout premier ordre sur l’histoire d’une abjection maquillée en questions d’historiens : le négationnisme.

« Les Faussaires de l’Histoire »

S’appuyant sur une multitude de documents d’archives, dont certains méconnus ou inédits, mais aussi sur les analyses de politologues ou d’historiens, dont Henry Rousso, à qui l’on doit le terme singularisant ce révisionnisme, les auteurs retracent la trajectoire géopolitique de ce discours nauséeux visant à nier les chambres à gaz et, au-delà, la Shoah. Alors que disparaissent peu à peu les derniers témoins de la Shoah, le film, éminemment fouillé et édifiant, dont on peut regretter la diffusion tardive, se dresse comme un appel à la vigilance. Nécessaire et essentiel. Quelle histoire se cache derrière Dimitri Casali... - Les historiens de gardeLes historiens de garde.

Pour Dimitri Casali, l’Histoire est avant tout un réservoir d’arguments pour justifier ses opinions politiques.

Quelle histoire se cache derrière Dimitri Casali... - Les historiens de gardeLes historiens de garde

En résumé, la France est malade de l’immigration, des fonctionnaires, de la démocratie. Analyse d’une interview d’anthologie. Dimitri Casali ne fait pas de l’histoire pour rien. Reproduisant le même livre à chaque rentrée afin de tonner contre la soi-disant disparition de l’histoire nationale, devenu directeur de collection à L’Express, spécialiste autoproclamé de tout (et donc de rien), son combat est devenu une petite entreprise qui ne connaît pas la crise. Mais Dimitri Casali écrit aussi de l’histoire dans une perspective purement politique. Un constat : C’est la crise ! On aura compris, dans l’interview, Dimitri Casali compare la France contemporaine à celle de 1789.

En tant qu’historien, je suis frappé par les points communs aux deux périodes, dans le sens où les dysfonctionnements du modèle politique laissent en effet penser que nous sommes au bord du gouffre. William Blanc. Rendez-vous de crise “Liberté d’expression et négation de l’histoire” Conférence intitulée “Liberté d’expression et négation de l’histoire.

Rendez-vous de crise “Liberté d’expression et négation de l’histoire”

Retours sur l’”Affaire Dieudonné”" organisée par le Cercles de formation de l’EHESS et du GEHM dans le cadre du cycle Rendez-vous de crise. Intervenants : Olivier Cayla, juriste (EHESS) ; Thomas Hochmann, juriste (Université de Reims), Sabina Loriga, historienne (EHESS). Présidence et modération : Marc Olivier Baruch, historien (EHESS) Présentation :Le droit peut évoluer très vite : en un après-midi, le 9 janvier dernier, une juridiction administrative, le tribunal administratif de Nantes, donna une interprétation des limites de la liberté d’expression qui, moins de trois heures plus tard, fut démentie en appel par le Conseil d’État. On crut lire dans cette succession contradictoire, certes extraordinairement médiatisée, le produit d’un emballement jurisprudentiel.Ce n’était pas exact.

Inscription obligatoire à l’adresse suivante : Émilien Ruiz Docteur en histoire contemporaine (thèse intitulée "Trop de fonctionnaires ? Ras le bol de l' histoire du passé de Vichy (B Hortefeux) Usages et mésusages de l'histoire. Misère de l'Histoire ou Alain Minc et sa France. Alain Minc se veut historien du dimanche, et s'attend à se prendre « une volée de bois vert » (p.7) comme il n'en a jamais connu.

Misère de l'Histoire ou Alain Minc et sa France

Il revendique, selon une rhétorique de la double négation très en cour, le droit de faire sa synthèse personnelle de l'histoire de France. Cette apparente modestie est assez surprenante pour quelqu'un qui a souvent écrit et parlé sur des sujets bien éloignés de sa compétence. Ce conseiller des grands acteurs économiques et politiques français de tous bords a produit une oeuvre abondante (29 livres) dont le succès doit pourtant plus à ses réseaux médiatiques qu'à son intérêt intellectuel [François Olivier Giesberg disait d'Alain Minc : c'est « une des rares personnes que je trouve plus intelligente que moi » Challenges avril 1998 ]. Comme Jacques Attali, il incarne la figure française de l'analyste-essayiste à tendance polémico-prophétique qui croit penser son époque quand il ne fait que travestir des lieux communs.

Cvuh.