background preloader

BYOD

Facebook Twitter

BYOD : Une école intègre les objets connectés dans sa charte d’utilisation des appareils mobiles. Une innovation qui pourrait faire des émules dans des établissements scolaires francophones : l’école Alex Manoogian, école arménienne de langue française à Montréal (Canada) vient d’intégrer à sa charte d’utilisation du réseau sans-fil et de l’utilisation d’appareils mobiles – en pdf (à destination des élèves et du personnel éducatif) la thématique des objets connectés : à savoir les montres intelligentes et lunettes connectées.

BYOD : Une école intègre les objets connectés dans sa charte d’utilisation des appareils mobiles

Extrait : « L’École souhaite favoriser l’utilisation des ordinateurs, des tablettes, des baladeurs numériques, des lunettes et des montres intelligentes (ci-après appelés appareils mobiles) appartenant aux élèves et enseignants tout en encadrant cette utilisation par une Charte visant à sensibiliser et à responsabiliser l’utilisateur. » Pratiques BYOD pour les élèves et les enseignants Certes, on connaissait jusqu’alors la tendance BYOD au sein de lieux partagés de type coworking ou centre de télétravail. Formation et innovation : les six avantages du BYOD. Formation et innovation : les six avantages du BYOD Le BYOD – Bring Your Own Device – est une nouvelle tendance lourde du monde #numérique.

Formation et innovation : les six avantages du BYOD

La traduction de cette expression est « Apportez votre propre appareil ». Les apprenants viennent donc avec leur appareil familier pour apprendre. Dans l’article sur la #formation innovante paru hier, je cite entre autres innovations, le BYOD. DOSSIER : Le BYOD : entre perspectives et réalités pédagogiques. Ces dernières années, nous voyons apparaître une nouvelle forme d’intégration des technologies en salle de classe : le « Bring Your Own Device (#byod) » ou « Bring Your Own Technology » (BYOT) ou encore « Apportez Votre Appareil #numérique (AVAN) en français.

DOSSIER : Le BYOD : entre perspectives et réalités pédagogiques

Ce nouveau type de configuration est de plus en plus présent dans les salles de classe, car il répond à des besoins financiers, mais également éducatifs, dans une société où l’enseignement est de plus en plus personnalisé et intégré aux besoins de consommation. En pratique, des enseignants utilisent cette configuration en salle de classe lorsqu’ils permettent à leurs élèves d’amener leur(s) #outil(s) technologique(s) personnel(s) afin de réaliser des tâches spécifiques.

Cependant, cette nouvelle approche pédagogique apporte avec elle son lot de perspectives et de réalités. En effet, elle demande une préparation et une analyse approfondie de l’environnement d’enseignement-#apprentissage afin de réussir son intégration. 22 mai 2015. BYOD : utilisez les appareils personnels des élèves. BYOD : utilisez les appareils personnels des élèves Apparu au milieu des années 2000 dans les entreprises, le BYOD, « Bring Your Own Device » (ou AVAN en français pour « Apportez Votre Appareil #numérique ») fait aujourd’hui une percée spectaculaire dans les salles de classe.

BYOD : utilisez les appareils personnels des élèves

L’esprit du BYOD est de permettre à chaque utilisateur de travailler partout et à tout moment avec son appareil numérique personnel. Avec cette approche, un établissement scolaire dispose d’un moyen économique de favoriser l’#apprentissage numérique des élèves et de leur permettre d’accéder à de nouvelles ressources pédagogiques au sein de la classe. Le BYOD : un atout pour les classes numériques ? Le BYOD : un atout pour les classes numériques ?

Le BYOD : un atout pour les classes numériques ?

Le Bring Your Own Device ou BYOT (Bring Your Own Technology) recueille la faveur des milieux enseignants outre-Atlantique mais sous certaines conditions. D’une manière plus globale, avec leurs terminaux mobiles, les étudiants se forgent des compétences en matière de travail collaboratif, font valoir certains enseignants, en apprenant à rechercher, sélectionner et partager des informations connexes, utiles pour leur #formation, pour préparer leurs examens et pour leur avenir professionnel.

Ils doivent également apprendre à résoudre rapidement des problèmes techniques liés à leur équipement, ce qui les prépare aux exigences de leur future vie professionnelle ajoutent d’autres enseignants.D’un point de vue purement pratique, les élèves utilisant leur propre matériel n’ont que très peu d’#apprentissage à faire du fonctionnement de leur #outil. Pourquoi utiliser les « BYOD » dans une classe.

8 Shares Share Tweet Email L’idée est intéressante, mais est-ce aussi facile qu’on le dit ?

Pourquoi utiliser les « BYOD » dans une classe

Le BYOD représente-t-il une ouverture technologique de l’école ou plutôt une complexification pédagogique? Selon plusieurs études récentes, l’utilisation d’un outil précis dans une salle de classe présente déjà des difficultés de gestion au quotidien. How to integrate mobile learning/BYOD to your training? - EI Design. Let us consider this scenario.

How to integrate mobile learning/BYOD to your training? - EI Design

Brian, a sales manager in an IT company, travels a lot as part of his job. He meets his customers very frequently to sell his company products. He often has to rush to meet the customers directly from the airport. During meetings, customers often ask him about the specific features of the products. Brian is stuck in such situations as he doesnot have every detail with him. Your employees work remotely most of the time, for example sales executives You are clear that mLearning will add value toyour organisation and not just act as a replacement of the existing eLearning You can tackle the challenges of required responsiveness to the number of devices, platforms, and screen resolutions You want to enable your employees to access the tips and best practices anytime, anywhere and at their own pace Let us look at the concept of BYOD, which allows you to integrate mLearning in business trainings.

DOSSIER : Le BYOD : entre perspectives et réalités pédagogiques. Par Aurélien Fiévez, en collaboration avec Gabriel Dumouchel Un dossier conjoint de L’École branchée et de Carrefour éducation.

DOSSIER : Le BYOD : entre perspectives et réalités pédagogiques

Illustration par Mélanie Leroux. Tablettes à l’école : L’arrivée de tablettes Windows change la donne. De nombreuses tablettes sous Windows 8 arrivent sur le marché.

Tablettes à l’école : L’arrivée de tablettes Windows change la donne

De nombreuses difficultés et limitations techniques vont elles tomber ? On trouve assez peu d’analyses critiquant les déploiements tablettes Apple ou Androïd. Impérieuse nécessité d’être dans l’air du temps, difficulté de remettre en question de lourds investissements, partialité de certains retours d’usages, les raisons sont nombreuses. Or, dans notre quotidien, nous rencontrons de nombreux utilisateurs frustrés par les limites des systèmes actuels. Les différents modèles d’intégration du BYOD. (suite du dossier, par Aurélien Fiévez, en collaboration avec Gabriel Dumouchel) L’enseignant a le choix des outils et des plateformes qu’il veut (et peut) utiliser dans sa salle de classe.

Les différents modèles d’intégration du BYOD

En fonction de la liberté qu’il donne aux élèves, différents modèles d’intégration du BYOD se dessinent. Un guide du ministère de l’Éducation de l’Alberta initie cette réflexion en mettant en évidence les différentes configurations possibles d’une infrastructure BYOD. Dans le cadre de ce chapitre, nous avons ajusté ce modèle en fonction de nos constatations et de nos recherches afin de créer un modèle d’intégration du BYOD (figure 1). En salle de classe, chaque élève apporte avec lui un outil particulier et différent; l’enseignant doit alors combiner et parfois jongler avec l’ensemble de ces artefacts technologiques. Ainsi, l’approche de l’utilisation restreinte demande à l’enseignant de choisir un outil en particulier (par exemple un iPad Air 2 de 64 Go), unique pour tous. Education: faut-il autoriser le téléphone portable à l’école? Jean-Claude Domenjoz Selon la Haute école zurichoise en sciences appliquées, 97% des jeunes vivant en Suisse possèdent un smartphone.

Mais à l’école, les téléphones portables restent habituellement interdits, alors qu’ils présentent nombre de ressources et d’applications pour apprendre et communiquer. Dès lors, Jean-Claude Domenjoz ose LA question qui dérange. Selon l’étude JAMES 2014 (Jeunes activités médias – enquête Suisse) réalisée par la ZHAW (Haute école zurichoise en sciences appliquées), 87% des jeunes en Suisse utilisent leur smartphone pour surfer sur l’internet, 88% pour écouter de la musique, 68% pour prendre des photos ou filmer, 61% pour échanger des courriels, 53% pour jouer à des jeux.

Près de 90% des jeunes ont un compte sur un réseau social, quel que soit leur âge. L’étude JAMES est réalisée depuis 2010 auprès de 1000 adolescent(e)s de 12 à 19 ans des trois régions linguistiques. Il faut cependant constater, en revanche, qu’à l’école les smartphones restent interdits! DOSSIER : Le BYOD : entre perspectives et réalités pédagogiques. L'Agence nationale des Usages des TICE - Le BYOD : pour quel projet pédagogique ?

Par Karine Aillerie * BYOD (ou BYOT) est l’acronyme de l’expression anglophone « Bring your own device/technology ». Plusieurs traductions francophones ont été proposées, telles que : AVAN (« Apportez votre appareil numérique »), PAP (« Prenez vos appareils personnels ») ou AVEC (« Apportez votre équipement personnel de communication »), retenue par la Commission générale de terminologie et de néologie française. Ce phénomène est apparu aux états-Unis au tournant des années 2000.

Il est contemporain de la multiplication des équipements personnels et mobiles, de la diffusion des pratiques connectées dans les divers contextes sociaux (personnels, famille, école, travail…). Concrètement, il s’agit pour l’individu de recourir à ses équipements propres, en contexte professionnel ou scolaire, afin de poursuivre des objectifs professionnels ou scolaires (Alberta Education, 2012). Quelle place pour les outils numériques des élèves à l’école ?

Pouvons-nous tous continuer à faire comme si nous n’avions pas un smartphone dans notre poche une fois en classe ? Peut-on continuer à avoir des pratiques clandestines des mobiles en classe en dépit des règlements intérieurs ? Doit-on continuer à équiper en postes informatiques massivement les établissements alors que presque tous les élèves et les enseignants ont un petit ordinateur relié à Internet dans leur poche ? Quel impact son utilisation peut-elle avoir sur les pratiques pédagogiques ? N’oubliez pas d’apporter vos portables ! Il peut être intéressant alors de détourner le matériel que possèdent la plupart des élèves.

Cette pratique est désignée par le terme BYOD, « Bring Your Own Device », ou AVEC, « Apportez votre équipement personnel de communication ». La plupart des smartphones sont livrés avec divers capteurs et équipements utilisables à des fins pédagogiques : l’appareil photo pour conserver des traces d’une visite, exploiter les images ; le micro pour transformer le smartphone en sonomètre mais aussi en dictaphone pour prendre des notes ; le lecteur multimédia pour de la baladodiffusion ; le GPS pour déterminer des positions et calculer des distances et vitesses et, bien entendu, la connexion à internet. « C’est pas nouveau !

» Dans le cadre de ces activités, je demande préalablement aux élèves d’apporter leurs smartphones et les fais travailler par groupes de deux à quatre selon l’activité.