Cuisine / Recettes

Facebook Twitter
Légitime gourmandise
LES PETITS PLATS DANS LES GRANDS Lundi 27 janvier 2014 1 27 /01 /Jan /2014 07:47 Je sais je sais, je ne blogue pas beaucoup ; mais le me rattrappe aujourd'hui avec cette recette que je ne peux pas garder pour moi. Cette tarte est excellente, et sa texture parfaite, vraiment très aérée.

LES PETITS PLATS DANS LES GRANDS

- La cuisine de Mercotte :: Macarons, Verrines, … et chocolat

- La cuisine de Mercotte :: Macarons, Verrines, … et chocolat

Oui bien sûr ce n’est pas une vraie bûche traditionnelle, ni par sa forme ni tout à fait par ses composants, l’avantage c’est que, comme celle de l’année dernière -clic-, elle est rapide à préparer sans se prendre la tête. À vous de rajouter éventuellement vos grigris de Noël préférés, feuilles de houx, nains, scie, père noël etc… En tout cas elle est légère et pour l’avoir testée avec mes petits enfants, très appréciée. Spéciale dédicace pour les plus jeunes lecteurs de ce blog qui n’ont pas encore tout le matériel …
Lundi 7 avril 2014 1 07 /04 /Avr /2014 10:58 Ce qui est bien avec les burgers c'est qu'on peut les composer avec ce qu'il y a dans le frigo ou avec ce que l'on a envie de manger. Cette fois c'est autour du poulet qu'ils se sont construits. Comme je ne mangeais pas cela j'ai pu les pimenter un peu pour les 2 gourmands. MelleBanane's Cuisine

MelleBanane's Cuisine

C'est moi qui l'ai fait !

C'est moi qui l'ai fait ! Je ris encore en me souvenant de la tête de mon collègue Gwendal quand je lui ai parlé de ce curry de pois chiches. Je partais du boulot et je lui ai dit « Tu sais ce que je vais cuisiner demain pour les 10 ans de mon blog ? « Non » m'a-t-il répondu. « Un curry de pois chiches » . Gwendal fait partie de ces personnes qui ont un visage très expressif.

Mais pourquoi est-ce que je vous raconte ça... doriancuisine.com

Mais pourquoi est-ce que je vous raconte ça... doriancuisine.com Pendant longtemps j'ai cru que le samedi était le jour où les femmes se faisaient plaisir en s'occupant de leur maison. Il faut dire que du temps où je pouvais encore passer debout et même sur la pointe des pieds, sous le petit pêcher du jardin je voyais ma mère s'affairer à laver, frotter, briquer du sol au plafond sans jamais nous demander la moindre aide et avoir à la fin de la journée, une sorte de regard et un sourire béat quand elle s'installait enfin dans le fauteuil de la salle à manger. Et ce n'était pas que ma mère, toutes les amies de ma mère semblaient atteinte du même mal domestique du samedi heureux. A chaque fois que nous allions chez l'une ou l'autre, un samedi donc, elle commençait par dire tu ne sais pas ce que j'ai fait aujourd'hui, avant d'aligner la longue liste des tâches ménagères, sous le regarde admiratif des autres assises autour d'elle.