background preloader

Exclusion des personnes agées

Facebook Twitter

Vivre le grand âge avec humanité. Dans les sociétés traditionnelles, ce sont les enfants qui accueillaient les parents chez eux, afin que ces derniers y terminent leur vie en toute sécurité.

Vivre le grand âge avec humanité

Les contraintes de la vie contemporaine, avec ses familles mobiles et l'exercice d'une profession par deux membres adultes du foyer, font que ce modèle devient de moins en moins une réalité. Prendre la décision de placer un parent âgé dans une maison de retraite est un choix de la raison. C'est souvent le seul moyen d'assurer sa sécurité et sa prise en charge médicale, lorsque cela est nécessaire. La décision n'est jamais simple pour les enfants. Lorsque la question s'est posée pour ma propre mère, qui avait alors 89 ans, je me souviens avoir visité plusieurs maisons de retraite et me dire : comment puis-je la laisser, elle qui n'a rien aimé d'autre que de vivre indépendante toute son existence ? Enquête sur les suicides en EHPAD : Interview de D.Ensminger, Fnadepa (*) - 30/05/16.

Le syndrome de glissement - Pierre Charazac.

Bonjour, dans le cadre d'un travail universitaire portant sur le suicide des personnes âgées, je suis tombée lors de mes recherches sur l'article déposé dans votre pearltree concernant le "syndrome de glissement" de la personne âgée. Les explications psychologiques touchant au renoncement, à la dépression profonde et à la régression narcissique sont explicites et m'apporte une connaissance de plus dans mon cursus. Ce qui pourrait m'ouvrir une piste de réflexion supplémentaire. Merci donc, pour la parution de cet article sur votre pearltree. Quel outil impressionnant par sa richesse que ce logiciel de partage! – conan_groupee_psy

Le syndrome de glissement en questions. Jadis qualifiée de « mort de vieillesse », la fin de la vie sans cause apparente est aujourd’hui souvent attribuée au « syndrome de glissement ».

Le syndrome de glissement en questions

Que recouvrent ces termes ? Quelles en sont les causes ? Sont-ils toujours utilisés à bon escient ? Eléments de réponse. Solitude, maladie... Les raisons du suicide chez les personnes âgées. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : en France, pays qui détient le record européen du taux de suicide chez les plus de 65 ans, le taux de suicide y est sept fois plus important que chez les plus de 15 ans. « Et ces chiffres évoluent continuellement. » précise le professeur Michel Debout, l'un des spécialistes du suicide en France.

Solitude, maladie... Les raisons du suicide chez les personnes âgées

Les causes sont multiples : « Une rechute cancéreuse par exemple, un diagnostic d’Alzheimer, mais aussi un deuil ou une perte qui rétrécit le champ relationnel et provoque une solitude immense, voire un retrait à la vie. La maltraitance physique et morale peut être également une cause. Ces événements entraînant une réelle dépression. » continue Michel Debout. Mais il est parfois difficile de définir ce qu’est un suicide de personne âgée. « Est-ce que le syndrome du glissement, c’est-à-dire le fait de se laisser mourir, est un comportement suicidaire ?

Quand des personnes très âgées sont fatiguées de vivre - La Croix. Selon les gériatres, les demandes d’euthanasie restent rares chez les personnes très âgées.

Quand des personnes très âgées sont fatiguées de vivre - La Croix

Un certain nombre d’entre elles, en revanche, peuvent exprimer une certaine forme de lassitude face à une vie perçue comme inutile ou vide de sens. C’est une situation que connaissent bien tous les gériatres. Ce moment où, de façon presque imperceptible, le médecin et son patient semblent peu à peu s’éloigner l’un de l’autre. Avec, face à face, deux logiques qui, sur le moment, apparaissent inconciliables. Le médecin parle de soins, de traitements, parfois même d’avenir.

ConduiteTenirCompPerturb 2009 (TEXTE) - 04AlzheimSuggCompPert.pdf. La grande exclusion, une réalité difficile à cerner. L'exclusion renvoie à plusieurs formes de grande précarité (sociale, économique et/ou professionnelle), allant du noyau dur du chômage aux personnes handicapées, en passant par les jeunes pas ou peu qualifiés, les personnes âgées ou les sans-domicile-fixe (SDF).

La grande exclusion, une réalité difficile à cerner

L'exclusion renvoie à plusieurs formes de grande précarité (sociale, économique et/ou professionnelle), allant du noyau dur du chômage aux personnes handicapées, en passant par les jeunes pas ou peu qualifiés, les personnes âgées ou les sans-domicile-fixe (SDF). Après la création du revenu minimum d'insertion (RMI) en 1989, elle a donné lieu à de nouvelles mesures de protection d'envergure nationale, avec notamment l'adoption, en juillet 1998, d'une loi relative à la lutte contre les exclusions et la mise en place d'une couverture-maladie universelle (CMU) en 2000. La question de l'exclusion se pose avec encore plus d'acuité pour les SDF, qui ont descendu un degré supplémentaire dans la pauvreté : celui de la rue. PERSONNES ÂGEES. Charte des droits et des libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance - Personnes âgées - Ministère des Affaires sociales et de la Santé.

Lutter contre la maltraitance.