background preloader

Consommation collaborative

Facebook Twitter

Partager plutôt que posséder. Bientôt, tout ce qui peut être partagé le sera: musique, photos et vidéos, mais aussi voitures, maisons, vêtements ou jardins.

Partager plutôt que posséder

Une étude zurichoise prend la mesure du phénomène. Le «co-sharing», principe qui promeut le partage plutôt que la possession, fait de plus en plus d’adeptes aux motivations diverses (écologiques, financières ou sociales). Le partage est partout, plus que jamais stimulé par les réseaux sociaux du Net. Car partager sur les réseaux ne se résume plus uniquement à raconter sa vie en ligne à ses amis. Il s’agit dorénavant de faire partie de communautés où le partage joue un rôle essentiel; c’est là un nouveau mode de construction de son identité au regard des autres. Figure de proue de l’économie du partage, Rachel Botsman, auteur du livre «Mine is yours», voit dans cette tendance un nouveau modèle de consommation au potentiel révolutionnaire. Consommation collaborative et financement participatif. Co-fondateur Reservoir Funds À propos de la Consommation Collaborative, un journaliste du TIME Magazine écrit : « Un jour, nous regarderons le XXe siècle et nous nous demanderons pourquoi nous possédions autant de choses. » La consommation collaborative La consommation collaborative est un modèle économique qui repose davantage sur l'usage que sur la propriété.

Consommation collaborative et financement participatif

La forte croissance de cette nouvelle tendance est liée à l’essor d’Internet, et permet de voir apparaître de plus en plus de service de valorisation de l’usage : location entre particuliers, prêt entre particuliers, troc, service d'hébergement, auto-partage, réseaux sociaux, apprentissages collaboratifs… Potager à partager dans jardin idyllique - 29200 Brest - preter son jardin. Les Français et la consommation responsable - Etude Ethicity 2013 - Activisme.

VodolMéthd egoeiuqtêlneuênq:Ee icth Eteénem ytirap ne ea ev ceAetanirtaa Soluogis MediatnaeM rp snK ra SNSREOFa di Tet napd u’rpsè Suatafésenreprnel f étéicos al ed 7735e dseainçra1 ed47-5sna ne ,nd iidiv âuss gé2 1éfrvei rua1 quête terrain dugorretnirap noa 2rsma4 é- R3.01hcnanué nedlole po voie d’stalR2I .MIS GT/Mé’l edut Edito Par Elizabeth Pastore-Reiss, Présidente dEthicity Peu d’ espoir mais j’ agis quand même.

Les Français et la consommation responsable - Etude Ethicity 2013 - Activisme

Les thèmes de nos études 2010, 2011 et 2012 : « l’ envie d’ autrement» , « on se prend en main» , « le plaisir de la simplicité» , sont confortés. La consommation collaborative, un nouvel espace de donation pour le XXIème siècle ? - Village des Notaires, actualités, management et emploi en études notariales. Association et fondation : Œuvrer pour l’intérêt général Les régimes juridiques de l’association et de la fondation ont été créés afin de répondre à un besoin commun, celui de travailler ensemble pour différents objectifs d’intérêt général.

La consommation collaborative, un nouvel espace de donation pour le XXIème siècle ? - Village des Notaires, actualités, management et emploi en études notariales

Elles ont ainsi été les lieux jusqu’ici privilégiés des donateurs souhaitant investir pour une cause. À la recherche d’une structure de travail collaboratif, l’association est un régime juridique qui y répond en plaçant au cœur de son modèle l’absence de profit commercial entrainant ainsi l’exonération des impôts commerciaux.

Cette exclusion explicite constitue l’élément essentiel de distinction entre société commerciale et association. Ouvrage : Les impacts écologiques des TIC. Ce livre est le premier en français qui présente tous les impacts environnementaux causés par les technologies de l'information et de la communication (TIC).

Ouvrage : Les impacts écologiques des TIC

Tous les enjeux environnementaux y sont abordés, de même que chaque étape de la vie de ces technologies, de leur production à leur fin de vie. Il puise pour cela dans des informations chiffrées publiées essentiellement dans des revues académiques, et n'omet pas d'offrir une présentation critique des différents outils de mesure des impacts écologiques des TIC afin d'en comprendre les limites et de saisir la portée, parfois limitée, de leurs résultats. 83% des Français préfèrent l'usage à la possession. La consommation collaborative est en train de s’installer durablement dans le paysage de la consommation, mais n’est pas liée à un rejet brutal du modèle de société actuel, conclut l‘Observatoire Société et Consommation (ObSoCo), qui dévoilait ce matin les résultats de sa dernière étude.

83% des Français préfèrent l'usage à la possession

L’Observatoire des Consommations Emergentes est l’une des premières études sérieuses qui apporte des analyses chiffrées et des enseignements clés sur les pratiques de consommations émergentes. La sémantique n’a d’ailleurs pas été choisie au hasard. Nous avons eu un débat en interne sur le qualificatif le plus approprié à ces formes de consommation. Nous avons qualifié ces pratiques d’émergentes car elles ne sont pas nécessairement nouvelles et surtout on aurait tort de les qualifier d’alternatives. – Robert Rochefort Alors de quoi parle-t-on ? 8 secondes devant moi…Et moi et moi et moi… l’Internet du Moi. Août222013 Le blog de l'été.

8 secondes devant moi…Et moi et moi et moi… l’Internet du Moi

Giving Corner. "La consommation collaborative est un comportement citoyen !" Auteur de « La consommation citoyenne : origines, significations, enjeux« , Jean-Paul Flipo souhaite redonner une dimension politique à la consommation.

"La consommation collaborative est un comportement citoyen !"

7 raisons pour lesquelles économie collaborative et écologie vont de pair. Dernier article de la thématique de ce mois de février : coworking, autopartage, couchsurfing, financement participatif, cocréation entre ONG et entreprises, collaboration radicale… Muriel nous a présenté une déclinaison de la corévolution pour les amoureux des pistes blanches grâce à la rencontre avec Lucas qui anime Coriding en région grenobloise.

7 raisons pour lesquelles économie collaborative et écologie vont de pair

Olivier, rédacteur pour Ecolo Info mais aussi et surtout « entrepreneur chercheur de sens », nous a fait de son côté part de son propre témoignage de la colocation d’entreprise. Camille nous a ensuite proposé 3 vidéos du TEDx Bordeaux remplies de l’esprit du CO ! « La crise et le Web ont généré une très large économie de la débrouille » Le label "autopartage" devient opérationnel. Consacrés par la loi Grenelle 2, il était prévu que les services d'autopartage puissent bénéficier d'un label.

Le label "autopartage" devient opérationnel

Le dispositif réglementaire est désormais en place. Les conditions d'attribution du label "autopartage", qui avaient été fixées en février dernier par décret, viennent d'être modifiées par un nouveau décret paru le 28 octobre au Journal officiel. Mais surtout, deux arrêtés publiés le même jour permettent de mettre en œuvre le dispositif au 1er novembre. Association HABICOOP - Habitat coopératif. Lokob, location particulier : location objets, voitures, maison et location matériel entre particuliers. Economie Collaborative en France.

Typologie des Consommateurs 2012 - Ethicity.pdf (Objet application/pdf) MobiBreizh. Pretersonjardin.com : des jardins à partager entre particuliers dans toute la France ! Bauwens : « Le peer-to-peer est le socialisme du XXIe siècle » Le « peer-to-peer », souvent abrégé P2P, permet par exemple d’échanger des fichiers musicaux ou des films sur Internet. Napster, eDonkey, eMule, Kazaa ou encore plus récemment Spotify... sont des systèmes P2P. Or, ce mode de fonctionnement imprègne peu à peu nos modes de pensée, au point d’incarner, pour certains, un puissant levier pour changer le monde. C’est en tout cas la thèse soutenue par Michel Bauwens, l’un des théoriciens les plus reconnus des systèmes pair-à-pair, à l’origine de la Fondation pour les alternatives peer-to-peer. Antonin Leonard et moi-même l’avons rencontré dans une brasserie parisienne en décembre 2011 afin de mieux comprendre sa vision des choses.

Le collaboratif, je ne le tiens pas de mon grand père. Si l’économie du partage n’a pas grand chose à apprendre à la génération de nos anciens, de grandes différences demeurent tout de même avec l’ère de la consommation collaborative. Marc Chataigner passe en revue ce qui rend notre société différente de celle de nos grands-parents. Gain économique, atout écologique et dimension sociale, ces trois arguments en faveur de la consommation collaborative sont répétés par tous ses promoteurs qui les présentent comme des leviers qui font prévaloir la consommation collaborative sur les autres modèles existants.

Pourtant, ces trois aspects sont-ils réellement propres à la consommation collaborative ? Je l’écrivais dans un précédent post, nous n’apprendrions rien à nos grands-parents au sujet du partage, qu’ils “pratiquaient” a priori largement dans le cadre de leur communauté proche. Just Share It : La métropole du prêt-à-partager. Aujourd’hui, tout ou presque se loue. Si la pratique n’a jamais été aussi diversifiée, organisée et répandue qu’aujourd’hui, c’est grâce aux moyens mis en œuvre favorisant le rapport de confiance entre un individu et un autre. Nous avons bouleversé nos pratiques de consommations, passant de « l’avoir accumulatif » au « bien avoir sélectif », plus en accord avec la crise du triptyque « économie-société-environnement ».

Comment favoriser la confiance sur un site de partage? La réussite de ces plateformes de partage est basée sur un climat de confiance, à priori imperceptible, qui règne entre les particuliers lors des échanges. Parvenir à créer un environnement de confiance est donc un facteur clé de succès pour les sites de partage. Mais comment faire ? Justine Piclin, auteur d’un mémoire de recherche sur ce sujet, nous dévoile quelques recommandations.

Quels facteurs influencent les consommateurs à partager ? Quelles pratiques peuvent bannir la méfiance des utilisateurs ? À partir de recherches menées sur l’influence de la distance dans la construction de la confiance, j’ai pu analyser les avis de 700 utilisateurs en réalisant une étude sur internet et plus particulièrement sur les réseaux sociaux. L’économie du partage face au modèle économique dominant. Partager un bon repas avec Live my food ou comment s'inviter à manger chez l'habitant! Consommation Collaborative. Usages, mésusages. Economie collaborative, un vecteur de participation et de lien social.

Voici un dossier présentant l'économie collaborative. Posséder, c’est dépassé ! Principales tendances motrices La crise économique et écologique, qui devient également sociale et politique Les réseaux sociaux, qui aident à transformer la contrainte (et la rage contre le "système") en énergie positive, tournée vers la recherche de solutions à la fois personnelles et collectives. Economie collaborative / P2P economy. Economie collaborative / P2P economy. Les agriculteurs partagent leur tracteur. Et si on faisait comme eux ? Vivre autrement. Et si la consommation collaborative était l’avenir ? * OuiShare. Je possède. Tu empruntes. Nous partageons ! Le site de vos initiatives positives. Partage, P2P… bienvenue dans l’économie collaborative!

Boostés par les outils web et la crise, la consommation collaborative émerge comme une véritable alternative à une société propriétaire. L’Âge de l’accès. La nouvelle culture du capitalisme. L’émergence d’une économie basée sur le bien commun. La Consommation Collaborative en 10 Infographies. Avant toute chose, je vous souhaite une belle année sous le signe du partage et des projets collaboratifs. Je publierai la semaine prochaine un billet-bilan de 2011 ainsi qu’un petit teaser pour les projets medias qui nous attendent en 2012 : plein de jolies choses dans les cartons, donc stay tuned… ;-) En attendant, voici un post informatif sur les jolies Infographies de la Consommation Collaborative qui nous ont accompagnés en 2011, écrit en commun avec Youssef Nimzilne du blog Ynim*.