background preloader

Images / Choix iconographiques

Facebook Twitter

Méfiez-vous des cartes, pas des migrants ! Couvertures migrants. Harcèlement sexuel : de regrettables choix iconographiques (Acrimed) Deux images issues de la banque d’images Sipa Press ont circulé sur le web ces derniers jours, après les révélations autour de l’affaire Baupin, et l’intérêt porté par certains médias à la question du harcèlement sexuel. La première illustre un article de RTL, intitulé « Près d’un Français sur 5 a déjà été victime de harcèlement sexuel », et met en scène une femme touchant un homme à la main et en haut de la cuisse.

Deux problèmes frappent immédiatement : représenter une femme en harceleuse, alors qu’il s’agit très majoritairement de faits commis par des hommes sur des femmes. Et en miroir, choisir de mettre en avant le masculin (« Un Français sur 5 »), alors même que l’article stipule que « Près d’un Français sur cinq (18%) a déjà été victime de harcèlement sexuel, dont près de trois femmes sur dix (28%), selon un sondage Elabe publié jeudi 12 mai. » Soit, en fait, 7% des hommes et 28% des femmes... Chloé Jiro. Des images pour informer (Prezi)

Une image peut-elle changer le monde ?

#AylanKurdi, icône mode d’emploi (Gunthert, sept 2015) Dessin Ruben L. Oppenheimer, sept. 2015. L’un des traits les plus frappants de la création d’une nouvelle icône est le caractère stéréotypé et répétitif des discours qui l’accueillent, avec notamment ces questions contradictoires: est-il légitime de publier des images choc? Faut-il une image pour éveiller les consciences? Une image peut-elle changer l’histoire? Les photographies d’un petit enfant syrien noyé sur la plage de Bodrum ont rapidement acquis le statut d’icônes médiatiques. Plusieurs articles ont proposé des analyses du buzz observé sur les réseaux sociaux. N’ayant pas fait l’objet d’un archivage structuré, ces sources ont échappé à l’investigation. Celui-ci propose une description beaucoup plus étendue du naufrage qui a eu lieu dans la nuit.

Ces documents fournissent une réponse sans ambiguïté à la question de l’opportunité de publier des images chocs. Il y a donc bien des images qu’on ne peut pas montrer. L’image favorise l’interprétation. Sur le même thème 4 septembre 2015.