background preloader

L'hypersexualisation

Facebook Twitter

Conséquence

Urban Outfitters devant les tribunaux. Photos. Hypersexualisation. Web Press. Hypersexualisation. L’apparence est devenue la caractéristique par excellence des jeunes de notre époque.

Hypersexualisation

La question n’est désormais plus d’avoir une belle personnalité et d’être aimable. Il s’agit maintenant d’être beau et d’être aimé. L’hypersexualisation amène les adolescents à se poser toutes sortes de questions sur eux-mêmes. Suis-je assez beau pour plaire aux filles ? Mon corps est-il assez découpé pour attirer les filles ? Malheureusement, cet objectif de perfection convoité par la plupart des jeunes amène son lot de problèmes.

Il ne faut pas penser que l’hypersexualisation n’entraîne que des problèmes de santé ou de popularité. En raison de cette nouvelle réalité, les cas de maladies transmises sexuellement ne cessent d’augmenter. Il faudra alors un mouvement, une vague de conscientisation autant de la part des jeunes que de la part des plus vieux. Hypersexualisation des filles. A 13 ans, Thylane Blondeau, fille de l'ex présentatrice Véronika Loubry, décroche la Une du numéro d'avril du magazine Jalouse.

Hypersexualisation des filles

En 2010, elle avait déjà posé pour une série mode controversée du Vogue. On se souvient de la polémique créée par Suri Cruise se promenant en talons à cinq ans. Si intuitivement, cette image est choquante pour beaucoup, c'est peut-être le bon sens qui parle. À l'aube de l'adolescence, nombreuses sont les jeunes filles attirées par le maquillage. Ce n'est ni alertant, ni l'idée du siècle pour autant. À l'heure où certaines marques de prêt-à-porter n'hésitent plus à proposer des soutiens-gorge en taille huit ans, il est parfois difficile de se repérer sur le moment où une jeune fille en a réellement besoin. Diaporama Pour maintenir les petites poitrines, certains soutiens-gorge sont spécialement destinés aux adolescentes: pas trop "femme", bien confortables, girly à souhait. Par VQ et Lilzeon sur le blog Le boulevardier. Thylane Blondeau, mannequin de 13 ans, pose en couverture du magazine Jalouse.

L'hypersexualisation des enfants fait l'objet d'un rapport parlementaire. Hypersexualisation des enfants, phénomène inquiétant - Le reportage d’Emmanuelle Daviet Le supplément cadeaux Vogue (édition française) de décembre 2010, fait scandale aux Etats-Unis.

L'hypersexualisation des enfants fait l'objet d'un rapport parlementaire

Capture d’écran du site abcnews.go.com - 4 Août 2011 Des écoles primaires où l'on est obligé d'interdire aux très jeunes élèves de porter des talons hauts, des magasins où l'on vend des soutiens-gorges rembourrés pour faire croire qu'on a de la poitrine à 8 ans, des strings taille 6 ans et des concours de mini-miss qui se multiplient… Dans notre société, les petites filles de 9-13 ans veulent de plus en plus ressembler à des ados, voire à des femmes. C'est ce que l'on appelle l'hypersexualisation. Et le phénomène est jugé assez préoccupant pour que Chantal Jouanno, sénatrice UMP, remette ce matin à Roselyne Bachelot-Narquin un rapport sur le sujet. L'hypersexualisation des enfants renvoie "à la sexualisation de leurs expressions, postures ou codes vestimentaires, jugés trop précoces", indique le document. "Hypersexualisation" des fillettes : 40 ans de pub de plus en plus osées.

Article initialement publié le 2 décembre 2011.

"Hypersexualisation" des fillettes : 40 ans de pub de plus en plus osées

"Vogue" vous souhaite de bonnes fêtes, avec un modèle de 10 ans. Cet article est particulièrement lié à un phénomène de société : la sexualisation infantile. A l'heure où la pédophilie est de plus en plus traquée, on peut se demander si, au sein même de notre quotidien, on ne retrouve pas des traces pédo-pornographie évidentes, notamment dans la publicité. Il est intéressant de se demander jusqu'où la communication peut aller, pour vendre son produit par le biais de l'enfance. Au-delà de ses représentations traditionnelles - au sein d'un foyer, attendrissante, attachante - l'enfance peut être utilisée à tort comme un vecteur sexuel de communication à grands coups de lolitas en couche-culotte. Certains considèrent qu'il s'agit d'une vision artistique de la femme, d'autres crient au scandale ; il est clair que ces campagnes et photos sont loin de laisser indifférents. 1974 : "Parce que l'innocence est plus sexy que vous pouviez le penser"