background preloader

Guinée Bissau

Facebook Twitter

Guinée-Bissau. La Guinée Bissau est un Etat de l'Afrique de l'Ouest, riverain de l'Océan Atlantique, et frontalier avec le Sénégal et la Guinée.

Guinée-Bissau.

D'une superficie de 36.125 km², le pays est peuplé de 1,63 millions d'habitants (2012). La capitale, située sur une côte marécageuse, est Bissau (388.000 habitants). Les autres villes sont d'importance bien moindre : Bafata (22.500 hab.), Gabu (14.000 hab.), Bissora (12.700 hab.), Bolama (10.700 hab.), etc. Administrativement, la Guinée Bisssau est divisée en 9 régions (regioes) : Bafata, Biombo, Bissau, Bolama (ouBolama / Bijagos), Cacheu, Gabu, Oio, Quinara et Tombali.

Histoire de la Guinée Bissau. XIIème siècle : Présence de groupes de populations, notamment des Balante.1446 : La région est découverte par un négrier portugais du nom de Nuno Tristão et devient bientôt une plaque tournante de la traite des Noirs.1692 : Un comptoir portugais est installé à Bissau.

Histoire de la Guinée Bissau

Guinée-Bissau histoire. En politique intérieure Au cours des années 60, cette possession portugaise est secouée par un mouvement indépendantiste qui a recours à la violence.

Guinée-Bissau histoire

En 1973, le Parti africain pour l'indépendance de la Guinée et du Cap-Vert (PAIGC) proclame l'indépendance de la Guinée-Bissau. Le Portugal, bouleversé par la Révolution des oeillets, la reconnaît l'année suivante. Les dirigeants du pays adoptent un modèle de développement socialiste, mais des problèmes économiques persistants entraînent un virage vers une approche plus libérale au cours des années 1980.

Guinée-Bissau anciennement Guinée portugaise République de Guinée-Bissau. État d'Afrique de l'Ouest baigné à l'ouest par l'océan Atlantique, la Guinée-Bissau est limitée au sud et à l'est par la Guinée, et au nord par le Sénégal.

Guinée-Bissau anciennement Guinée portugaise République de Guinée-Bissau

Superficie : 36 125 km2 Nombre d'habitants : 1 704 000 (estimation pour 2013) Nom des habitants : Bissau-Guinéens Capitale : Bissau Langue : portugais Monnaie : franc C. F. A. Chef de l'État : José Mario Vaz Chef du gouvernement : Umaro Sissoco Embaló Nature de l'État : république à régime semi-présidentiel Constitution : Adoption : 16 mai 1984 Révisions : 1991, 1993, 1995, 1996 Pour en savoir plus : institutions de la Guinée-Bissau Le pays est situé par 12° de latitude nord. Irrigué par de nombreux cours d'eau qui facilitent la pénétration vers l'intérieur des terres mais entravent les communications transversales, le territoire de la Guinée-Bissau se compose, pour la moitié de sa superficie, d'un ensemble d'îles et d'une plaine côtière, souvent marécageuse, propice à la culture du riz.

Histoire de la Guinée Bissau. Histoire précoloniale L’histoire de la Guinée-Bissau est mal connue mais on sait qu’elle faisait partie de l'empire du Mali avant que la moitié nord du pays ne soit dominée au XVIe siècle par le royaume du Gabu.

Histoire de la Guinée Bissau

La colonisation portugaise L’exploration de la côte menée par le navigateur Nuno Tristão, incita les Portugais à établir des comptoirs commerciaux (notamment d’esclaves destination des plantations du Brésil) dès la seconde moitié du XVe siècle. Placée sous l'autorité des îles du Cap Vert et convoitée par les britanniques et les français, la Guinée Bissau devient finalement colonie portugaise en 1879. Les portugais se lancèrent alors dans la conquête de l'intérieur non sans rencontrer une violente résistance qui perdura jusque dans les années 1920. La lutte pour l'indépendance Le Portugal se cramponne à ses colonies et refuse catégoriquement d’envisager l’indépendance. De l'indépendance à nos jours. Guinée-Bissau. 1 Situation géographique 2 Données démolinguistiques Le pays ne comptait que 1,5 million d’habitants en 2012, appelés en français Bissau-Guinéens, dont près de 20 % au sein de Bissau, la capitale.

Guinée-Bissau

Parmi la vingtaine de groupes ethniques représentés à travers le pays, cinq dominent nettement la population: les Balantes (20,1 %), les Peuls (17,6 %), les Créoles de Haute-Guinée (13,6 %), les Mandjaques (12,2 %), les Mandingues ou Malinkés (9,9 %) et les Papels (9,0 %).2.1 Les langues nationales. Guinée-bissau, histoire - classification thématique - Encyclopædia Universalis‎ Accueil - Contact - Mentions légales Consulter les articles d'Encyclopædia Universalis : 0-9 A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z Consulter le dictionnaire de l'Encyclopædia Universalis © 2017, Encyclopædia Universalis France.

guinée-bissau, histoire - classification thématique - Encyclopædia Universalis‎

Tous droits de propriété industrielle et intellectuelle réservés. GUINÉE-BISSAU. La Guinée-Bissau est un petit pays d’Afrique de l’Ouest enclavé entre le Sénégal et la Guinée.

GUINÉE-BISSAU

Après avoir été colonisé par le Portugal, il a accédé à l’indépendance en 1974, à la suite d’une longue guerre de libération. Un puissant royaume mandingue, le Gabu, fortement impliqué dans la traite négrière avec les Portugais, s’était épanoui à l’est du pays aux xviie et xviiie siècles. La population de la Guinée-Bissau était estimée à 1,75 million d’habitants en 2014.

Selon la dernière estimation effectuée en 2010, plus des deux tiers vivaient en-dessous du seuil de pauvreté (moins de 2 dollars par jour). L’économie du pays dépend essentiellement de la production des noix de cajou et de la pêche, qui représentent respectivement deux tiers et un septième des exportations en 2013. L’ingérence des militaires dans la vie politique et les incessantes luttes pour le pouvoir sont responsables de l’instabilité politique chronique qui laisse peu de perspectives de développement. Histoire de la Guinée-Bissau, de l'Empire du Gabù jusqu'à Kumba Yalla. La lutte pour l'Indépendance De la fin des années 50 jusqu'au début des années soixante beaucoup de pays en Afrique accédaient à l'indépendance.

Histoire de la Guinée-Bissau, de l'Empire du Gabù jusqu'à Kumba Yalla

Mais le Portugal refuse d'abandonner ses colonies. Les Portugais se sont rendus compte que si elles étaient libérées, le néo-colonialisme de Salazar ne pourrait pas être imposé. Ainsi, alors que d'autres pays devenaient libres, l'emprise sur la Guinée s'affermit. Le résultat fût la plus longue guerre de libération que connut l'Afrique : une guerre de "guerilleros" menée par le PAICG avec l'aide significative d'Union Soviétique et du Cuba.

Dans les années 50, alors que le pays ne s'était jamais vraiment soumis à l'occupant portugais et que plusieurs régions africaines s'émancipent, les idées indépendantistes commencent à germer et mènent à la création en 1956 du Parti Africain pour l'Indépendance de la Guinée et du Cap Vert (PAIGC) dont le fondateur n'est autre qu'Amilcar Cabral.

Ce programme "Pour une Guinée Meilleure" reposait sur :