background preloader

QC

Facebook Twitter

« Trois propositions pour sauver l’éducation nationale » Par Fanny Arama et Raphaël Ehrsam Colonne vertébrale du service public français et de l’idéal républicain depuis plus d’un siècle, le système éducatif français est à bout de souffle : les performances de la France dans les études internationales s’érodent, le corps enseignant est épuisé par la détérioration du niveau des classes et des conditions d’enseignement, les parents d’élèves ont perdu confiance dans l’éducation nationale et cherchent des substituts dans le secteur privé.

« Trois propositions pour sauver l’éducation nationale »

Les tragiques évènements du 13 novembre dévoilent également le recul, dans certaines couches sociales, de l’adhésion aux valeurs républicaines et de certains savoirs élémentaires. Des inflexions radicales, allant bien au-delà d’une énième réforme des programmes ou du temps scolaire, sont désormais incontournables pour sauver l’éducation nationale. Nos propositions sont issues d’une série d’entretiens menés auprès d’un groupe d’enseignants en collège et lycée, dans la région parisienne et en province.

La démocratie représentative est-elle réellement démocratique. Origine de la démocratie représentative Hélène Landemore : Bernard Manin et Nadia Urbinati, vous avez tous deux écrit des livres aux titres proches, respectivement Les principes du gouvernement représentatif (Calmann-Lévy, 1995) et Representative Democracy : Principles And Genealogy (University of Chicago Press, 2006).

La démocratie représentative est-elle réellement démocratique

Mais la représentation n’est pas forcément démocratique et la démocratie n’est pas forcément représentative. Comment ces deux concepts se sont-ils rencontrés d’un point de vue historique ? Penser la démocratie : une introduction aux controverses contemporaines. Type d'enseignement : Enseignement électif Semestre : Automne 2015-2016 Nombre d'heures : 24 Langue d'enseignement : français.

Penser la démocratie : une introduction aux controverses contemporaines

Une post-démocratie aux airs de prérévolution. Nous vivons, en France et en Europe, une époque de post-démocratie.

Une post-démocratie aux airs de prérévolution

Les citoyens n’ont plus de véritable pouvoir de contrôle sur leur devenir. Leurs manifestations sont méprisées et leur vote falsifié. Depuis 2005, les peuples européens savent qu’ils ont face à eux des pouvoirs financiers plus puissants que leur misérable affirmation symbolique et morale. Le traité de Lisbonne a ainsi enterré Kant et son «véritable enthousiasme pour le droit» comme «aspiration morale du genre humain».

L'Europe sera-t-elle démocratique. 7 principes qui prouvent que l’Ecole de la République n’est pas démocratique ! On l’a vu, notre système n’a rien de démocratique.

7 principes qui prouvent que l’Ecole de la République n’est pas démocratique !

Il ne nous demande quasiment aucun investissement citoyen, et ceux qui exercent le pouvoir – notre pouvoir – n’ont aucun compte à nous rendre. Pour l'historienne Mona Ozouf, l'école de Jules Ferry, c'est fini- 8 avril 2014. "Combien de fois l’an passé n’avons-nous pas entendu des appels à la restauration de l’école de Jules Ferry", lance l’historienne Mona Ozouf, dans le grand amphi de la Sorbonne, ce 29 mars lors d’une conférence sur le thème "L’année 2013 vue par l’Histoire", en clôture d’un colloque de France Culture.

Pour l'historienne Mona Ozouf, l'école de Jules Ferry, c'est fini- 8 avril 2014

Mona Ozouf est une des grandes spécialistes en France de Jules Ferry, sinon LA spécialiste. Elle a publié une somme sur lui en 2005 dans la collection "Les grands hommes d’Etat", et elle publie ce 10 avril chez Gallimard "Jules Ferry, la liberté et la tradition". L’historienne a ironisé sur ceux qui convoquent à tout bout de champ Jules Ferry dès qu’on parle des problèmes de l’école, voire de "refonder" l’école. Vincent Peillon ne fut pas directement cité, d’autant qu’il ne se réfère à Ferry qu'à propos de son concept de "morale laïque".

Bourdieu et l'école : la démocratisation désenchantée. L'analyse du rôle de l'école dans la reproduction des inégalités sociales a significativement influencé les recherches ultérieures en éducation, et elle a été largement vulgarisée.

Bourdieu et l'école : la démocratisation désenchantée

Trois raisons principales expliquent ce succès : une conjoncture politique et sociale favorable ; la convergence de ces analyses avec des critiques déjà formulées à l'égard du système scolaire ; la puissance de ce travail critique, dont la pertinence, et même les excès, ont profondément bouleversé notre point de vue sur l'école, et celui de certains enseignants sur eux-mêmes. Le fonctionnement du système scolaire ne constitue pas l'objet central des travaux de Pierre Bourdieu. A travers plus de trente publications importantes, depuis Sociologie de l'Algérie (Puf, « Que sais-je ? », 2001) jusqu'à La Domination masculine (Seuil, 1998), cet élève de l'Ecole normale supérieure, agrégé de philosophie, a construit une oeuvre large et complexe. Les années 60 et la démocratisation Lorsque Pierre Bourdieu et J. Le développement des écoles primaires à la fin du XIXe siècle. Contexte historique Progrès de la scolarisation Le progrès de la scolarisation, tendance générale en Europe de l’Ouest au XIXe siècle, se développe d’abord avec la loi Guizot[1] (1833), puis avec la loi Duruy [2].

Le développement des écoles primaires à la fin du XIXe siècle

Mais l’école publique, gratuite et obligatoire telle que définie par la loi Ferry (16 juin 1881) et par celle du 28 mars 1882, constitue un phénomène assez tardif en France et il y revêt une importance particulière, pour deux raisons. D’une part, l’Ecole, qui est aussi laïque, lutte contre l’influence de l’Eglise catholique. D’autre part, au nom de l’idée courante à l’époque que c’est le maître d’école prussien qui a vaincu à Sedan, elle doit préparer les futurs citoyens, désormais tous électeurs, et tout autant les futurs soldats. Critiques et défauts de la démocratie - Intégrer Sciences Po. La démocratie est un régime répandu, vanté par beaucoup, mais qu'en est-il des critiques qui peuvent lui être adressées ?

Critiques et défauts de la démocratie - Intégrer Sciences Po

Voici un compte-rendu des principaux défauts et méfaits des régimes démocratiques. Pour approfondir le thème de la Démocratie avec d'autres ressources, cliquer ici. >> Les problèmes selon le type de démocratie Parmi les critiques les plus récurrentes contre la démocratie se trouvent celles qui sont liées au type même de la démocratie. Collection Témoignages : La déesse de la démocratie : Min Zhu zhi Shen. Un documentaire d’Alain Lewkowicz et Assia Khalid La bouée, unique vestige de la Déesse Alain Lewkowicz © Radio France En 1990, le bateau « Déesse de la démocratie » du nom de la statue érigée par les étudiants de la place Tienanmen, prend le large.

Collection Témoignages : La déesse de la démocratie : Min Zhu zhi Shen

Apprendre à lire et compter avec des tablettes, c'est mieux? Deux chroniqueuses de Slate débattent du rôle des outils numériques dans l’apprentissage, de leur intérêt, des problèmes que cela peut poser au milieu éducatif... Tout a commencé par un anodin échange de mails entre deux chroniqueuses. Nadia Daam contribue à notre théma «Range ta chamber», sur l’art et la manière de mal élever nos enfants. Louise Tourret analyse pour Slate notamment le charme de l’Education nationale. La discussion a pris sur le rôle des outils numériques dans l’apprentissage, notamment en Zep, apprendre à coder, etc. Loïc Blondiaux - Professeur à l'université de Paris 1 (Panthéon-Sorbonne), chercheur au Centre européen d'études sociologiques et de science politique de la Sorbonne (CESSP) et au Centre de recherches politiques de la Sorbonne (CRPS). Mona Ozouf chemin faisant. Comment vivre ensemble?

Peut-on invoquer des identités multiples? Puisque les mêmes questions semblent se poser plus de vingt-cinq ans après la parution des Banlieues de l'islam, de Gilles Kepel, et l'article de Régis Debray "Etes-vous démocrate ou républicain? " (Le Nouvel Observateur, 30 novembre 1989), indice que rien n'a été réglé, ou si peu, il n'y a d'autre choix que de se pencher sur De Révolution en République. Pour y voir clair. Mona Ozouf : "on en demande beaucoup trop à l'école"