background preloader

Images 2.0

Facebook Twitter

Une avocate réécrit les conditions d'utilisation d'Instagram pour un enfant de 8 ans. Capture d'écran de "Black-ish" S02E12.

Une avocate réécrit les conditions d'utilisation d'Instagram pour un enfant de 8 ans

ABC. Aucun mineur qui utilise Instagram n'a lu en entier les conditions d'utilisation du réseau social. C'est ce qu'affirme un rapport des services du délégué britannique aux droits des enfants, intitulé "grandir à l'ère du numérique", publié le 5 janvier 2017 et repéré par le site d'information Quartz. Pour montrer l'opacité des conditions d'utilisation des réseaux sociaux, le rapport a demandé à une avocate du cabinet privé Shillings de "traduire" ces règles dans un langage "simplifié". Selon une étude Ofcom, 43% des enfants britanniques entre huit et onze ans ont un compte sur Instagram (56% pour les 12-15 ans). 1. 2. 3. 4. 5. L’image, nouveau langage des ados. « Les jeunes photographient comme ils respirent », estime Thu Trinh-Bouvier qui décrypte le phénomène du « Parlimage ».

L’image, nouveau langage des ados

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par Pascale Krémer Les adolescents ont développé un langage qui leur est propre et qui présente l’avantage de les rendre incompréhensibles des adultes. Ils communiquent en images. Dans Parlez-vous Pic speech ? (Editions Kawa), publié fin janvier, Thu Trinh-Bouvier, spécialiste de la communication digitale, responsable nouveaux média chez Vivendi, décrypte ce phénomène, offrant un précieux sous-titrage aux parents. Vous expliquez que les jeunes gens nés depuis 1995, donc avec Internet, et connectés en permanence via leur téléphone portable, ont développé une nouvelle langue.

Les ados manient désormais une langue particulière que j’appelle le pic speech (pour picture speech), un langage des images au sens large, qu’on pourrait aussi appeler « Parlimage ». Pourquoi ce recours massif aux images dans l’expression des ados ? L'utilisation d'images sur un site internet, opportunités et limites. Sur internet, ce n'est pas parce qu'une image est accessible en deux clics qu'elle est librement téléchargeable et utilisable par n'importe qui sur n'importe quel autre site.

L'utilisation d'images sur un site internet, opportunités et limites

Il faut toujours se soucier des droits et autorisations qui lui sont applicables. Internet n'est pas une vaste toile sur laquelle tout est facilement accessible, gratuit et librement utilisable. Extension du monde physique, le web est soumis à des règles juridiques que chacun doit connaître et respecter. Sans cela, de nombreuses fautes peuvent être commises. Au titre des erreurs fréquemment faites, le téléchargement pour réutilisation d’éléments visuels est très souvent pratiqué.

Dès qu’un internaute lambda accède en ligne à n’importe quel contenu (vidéo, image, texte, logo, jeu vidéo, etc.), il devrait toujours s’interroger sur les droits qui s’y appliquent. Utiliser Pinterest en classe. Avec ma classe de Première bac pro, nous commençons en français, à utiliser le réseau social et de partage d’images « Pinterest ».

Utiliser Pinterest en classe

J’y vois, a priori, une vraie plus-value pédagogique: Ressources : – L’élève se crée SA banque d’images, variée et riche accessible en classe et hors temps de classe (qui permet de restreindre le nombre de photocopies et de travailler sur du noir et blanc) Recherche, création et écriture -l’élève travaille sur la notion de source d’un document et organise une recherche réfléchie – l’élève crée sa propre ressource: recherche image / épinglage -l’élève rédige le texte selon la consigne d’écriture donnée et réfléchit à la pertinence des mots-clefs -l’élève a à disposition une banque d’images pour révision d’examen Partage, collaboration, mutualisation -La ressource est synchronisable avec les réseaux sociaux utilisés en classe – La ressource créée est partageable, mutualisable et collaborative avec d’autres groupes d’apprenants de même ou différent niveau L’élève J'aime :

Selfigate, selfitude... Data. #Sochiselfie : Aux JO aussi les athlètes font des selfies. SELFIE - Ils ne ramèneront pas tous une médaille, mais les athlètes devraient tous rentrer chez eux avec un beau selfie de Sotchi.

#Sochiselfie : Aux JO aussi les athlètes font des selfies

Depuis l'arrivée des premiers sportifs au village olympique, les photos fusent sur leurs comptes Twitter, Instagram et Facebook. Les premiers jours, la plupart d'entre eux ont pris la pose devant (ou dans) les anneaux olympiques... Mais depuis, c'est "Sotchi Selfie". Tous partagent leur aventure russe à coups d'autoportraits au smartphone. Même Martin Fourcade s'est empressé de se tirer le portrait après avoir remporté la première médaille d'or française. Les athlètes ont d'ailleurs créé un hashtag pour ces photos: #sochiselfie. Cette avalanche de selfies peut paraître naturelle aujourd'hui, puisque cela fait des mois que l'on parle de ce phénomène de l'autoportrait online.

Alors: à quoi ça ressemble les selfies olympiques? Viralité du selfie, déplacements du portrait. Le selfie, c’est entendu, est un sujet oiseux.

Viralité du selfie, déplacements du portrait

Ne s’agit-il pas d’un mot anglais? Et “self” ne veut-il pas dire: “soi-même”? Traduction express: photo de soi, célébration du narcissisme, pouah! Sans compter que les selfies sont produits avec ces maudits smartphones qui nous empoisonnent la vie, et diffusés par ces réseaux sociaux qui sont le repaire des adorateurs du vaudou numérique. En un mot, un comble de technologie futile et niaise, un symbole de tout ce qui peut exciter un réactionnaire bon teint. Ces jugements agacés en disent plus sur leurs auteurs que sur les images elles-mêmes. 1. La photographie “amateur”, outil de l’autoreprésentation Cela fait 175 ans qu’on porte sur la photographie un regard distrait.