background preloader

Cyber-harcélement-usurpation identité

Facebook Twitter

Prison ferme à créteil pour les hackeurs fans de mauvais canular. On se croirait sur un banc de collège, au début de l’audience ce jeudi au tribunal correctionnel de Créteil.

Prison ferme à créteil pour les hackeurs fans de mauvais canular

Des ricanements, des joues rondes, des SMS s’échangent, le président houspille tout le monde. A la fin de la journée, les adolescents rigolent moins. Deux de leurs connaissances viennent de se faire passer les menottes. Trois jeunes hommes ont été condamnés, dont deux à de la prison ferme, pour avoir participé à un « swatting », un canular téléphonique qui consiste à faire intervenir les forces de l’ordre chez un tiers. Une pratique venue des Etats-Unis et particulièrement répandue chez les « streamers », qui se filment en même temps qu’ils jouent en ligne. Le canular du 10 février 2015 avait été réalisé via le groupe Violvocal, un site Internet spécialisé dans ce genre de dénonciation. Avant lui, les prévenus s’étaient maladroitement défendus. Diffamation, dénigrement et injures sur Internet : que dit la loi ? Par Alexandre Chombeau, Expert en e-reputation.

Qu’est-ce que la diffamation ?

Diffamation, dénigrement et injures sur Internet : que dit la loi ? Par Alexandre Chombeau, Expert en e-reputation.

La diffamation est une allégation ou une imputation d’un fait non vérifié qui porte atteinte à l’image d’une personne ; elle peut être insinuée ou déguisée dans la mesure où l’on évoque une personnalité identifiable sans la nommer (dire aujourd’hui « le Garde des Sceaux » revient par exemple à parler du ministre de la Justice Jean-Jaques Urvoas). En cas de plainte, les propos diffamatoires peuvent faire l’objet de vérifications. Si l’accusation n’est pas vérifiable, on dit alors qu’elle relève de l’injure. Quelle différence avec le dénigrement ? Contrairement à la diffamation, le dénigrement ne vise ni une entreprise, ni une personne en particulier.

Preuves d’une diffamation : que dit le tribunal ? Toutes les preuves sont acceptées par le tribunal. Pour se défendre, l’accusateur peut prouver ce qu’il affirme à partir de ces documents. Comment porter plainte pour diffamation ? Le plaignant Il est inutile de porter plainte pour diffamation sans preuves. Spotted_site_academique. LOPPSI 2 : le nouveau délit d'usurpation d'identité.

Nous avons récemment évoqué la promulgation de la LOPPSI 2 (notre actualité du 22 mars dernier) et souligné les tendances liberticides de ce texte.

LOPPSI 2 : le nouveau délit d'usurpation d'identité

Cependant, ce texte crée une disposition protectrice du citoyen qui manquait dans notre droit : l'usurpation d'identité et sa sanction pénale. Création du nouveau délit d'usurpation d'identité La loi crée en effet un nouvel article dans le code pénal, au chapitre "Des atteintes à la personnalité", Section 1 "De l'atteinte à la vie privée" : Article 226-4-1 : "Le fait d'usurper l'identité d'un tiers ou de faire usage d'une ou plusieurs données de toute nature permettant de l'identifier en vue de troubler sa tranquillité ou celle d'autrui, ou de porter atteinte à son honneur ou à sa considération, est puni d'un an d'emprisonnement et de 15 000 € d'amende. Cette infraction est punie des mêmes peines lorsqu'elle est commise sur un réseau de communication au public en ligne.

" Un dispositif pénal utile et très attendu. LE CYBER-HARCÈLEMENT. Préparer les jeunes à faire face à la haine sur Internet. La tragédie au marathon de Boston a soulevé des questions à propos du rôle que joue Internet dans la radicalisation des jeunes et, de façon plus générale, comment on peut se servir d’Internet pour perpétuer la haine.

Préparer les jeunes à faire face à la haine sur Internet

Au Canada, on pose des questions semblables à propos de la radicalisation de quatre jeunes étudiants de London, en Ontario, par rapport à l’attaque sur une usine à gaz qui s’est produite en Algérie en janvier cette année. Malheureusement, tout comme la haine fait partie de la vie hors ligne, elle existe aussi dans le monde numérique. Comme l’explique le rabbin Abraham Cooper, doyen associé du Centre Simon Wiesenthal, « nous commençons à voir s’infiltrer en ligne les questions historiques controversées et les haines ataviques ».

En tenant compte de cela, il est dans notre meilleur intérêt de comprendre comment les groupes haineux se servent des technologies en réseaux et qui fait face aux plus grands risques. Faux, rumeurs et desinformation dans le cyberespace - IRIS - janvier 2013_Mise en page 1 - 2013-01-faux-rumeurs-et-desinformation-dans-le-cyberespace.pdf.