background preloader

Dossier

Facebook Twitter

De la transformation digitale à l'industrie 4.0. L'industrie manufacturière traditionnelle est en pleine transformation numérique.

De la transformation digitale à l'industrie 4.0

De nouvelles technologies telles que l'intelligence artificielle, le Cloud computing et les appareils connectés bouleversent profondément la manière dont les usines fonctionnent, menant certains analystes à parler d’une quatrième révolution industrielle. (Pour résumer, la première Révolution industrielle au 18e siècle reposait sur l'innovation mécanique, la seconde au 19e siècle sur l'électricité, et la troisième au 20e siècle sur l'automatisation grâce aux TIC). L'industrie 4.0, à l’honneur à la Foire de Hanovre cette année, s’appuie sur la convergence de technologies émergentes et matures comme les capteurs, le Cloud computing, la robotique avancée ou l'intelligence artificielle.

Il ne s'agit pas uniquement de la création de machines toujours plus intelligentes, mais également de la façon dont ces dernières interagissent avec les bâtiments, les réseaux et la logistique. Des solutions peu coûteuses. Une ordonnance jette les bases de l'expérimentation des véhicules autonomes. Des projets de véhicules à délégation de conduite se rapprochant au plus près des conditions réelles de circulation publique, y compris de services de transport public de personnes, devraient fleurir sur le fondement d'un nouveau cadre juridique qu'il reste encore largement à définir.

Une ordonnance jette les bases de l'expérimentation des véhicules autonomes

Présentée en Conseil des ministres par Ségolène Royal et Emmanuel Macron le 3 août dernier, l'ordonnance visant à faciliter l'expérimentation des véhicules à délégation de conduite sur les voies publiques - également appelés "véhicules autonomes" - a été publiée au Journal officiel du 5 août. Véhicules autonomes : si leur mise en circulation devenait possible ? Le 3 août 2016, le gouvernement autorisait l'expérimentation des véhicules à délégation de conduite totale ou partielle sur les voies publiques.

Véhicules autonomes : si leur mise en circulation devenait possible ?

Depuis quelques années maintenant, l'attention des gouvernements, et donc des Etats, se porte de plus en plus vers l'écologie et les énergies vertes. En France, la hausse des préoccupations quant aux émissions de gaz à effet de serre a notamment donné lieu à la rédaction et la promulgation d'une loi : la loi du 17 août 2015 relative à la transition énergétique pour la croissance verte (n°2015-992). Dans le cadre de cette loi, la question des véhicules autonomes fut abordée puisque le Gouvernement a été habilité à prendre, par ordonnance, toutes les mesures nécessaires pour permettre la circulation sur la voie publique de ce type de véhicules.

En outre, celle-ci va même jusqu'à adapter la terminologie utilisée dans ce cadre. Véhicules autonomes : l'ordonnance jette les bases de l'expérimentation  – – Environnement-magazine.fr. Environnement Magazine vous en a déjà parlé début août.

Véhicules autonomes : l'ordonnance jette les bases de l'expérimentation  – – Environnement-magazine.fr

L'ordonnance facilitant les expérimentations sur route de véhicules autonomes est parue. Retour sur ce texte créant un régime d'autorisation interministérielle spécifique. Des projets de véhicules à délégation de conduite se rapprochant au plus près des conditions réelles de circulation publique, y compris de services de transport public de personnes, devraient fleurir sur le fondement d'un nouveau cadre juridique qu'il reste encore largement à définir. Présentée en Conseil des ministres par Ségolène Royal et Emmanuel Macron le 3 août dernier, l'ordonnance visant à faciliter l'expérimentation des véhicules à délégation de conduite sur les voies publiques - également appelés "véhicules autonomes" - a été publiée au Journal officiel du 5 août. Cadre prospectifLe ministère reconnaît toutefois que "les premières expérimentations ont pu rencontrer des difficultés juridiques et pratiques".

Infographie : pourquoi il est urgent de sortir le pétrole de notre économie. Une infographie sur l’économie pétrolière mondiale vient d’être diffusée sur la toile et rappelle à quel point il est urgent de diminuer notre dépendance au précieux or noir.

Infographie : pourquoi il est urgent de sortir le pétrole de notre économie

Le portail internet écoreuil vient de diffuser une infographie intéressante sur l’économie pétrolière à travers le monde. Sans détailler l’intégralité de cette longue infographie dont la création repose sur une trentaine de sources, voici quelques éléments qui m’ont particulièrement marqué : 1451 billiards de dollars de pétrole brut exporté en 2014. Pour les pays producteurs/exportateurs de l’OPEP, les revenus nets s’élèvent à 700 milliards de dollars par an.En 2016, la demande est estimée à 35 milliards de barils (un baril = 159 litres), soit 96 millions de barils chaque jour.Si elle reste productrice de pétrole (mais hors OPEP), la Norvège est le pays où l’essence est la plus chère avec un coût estimé à 2.17 €/litre. La sortie du pétrole risque néanmoins d’être lente.