Concepts

Facebook Twitter

Web Squared. Qu'apportent les digital humanities ? Quelques exemples (1/2) Accueil > Rubriques > Qu’apportent les digital humanities ?

Qu'apportent les digital humanities ? Quelques exemples (1/2)

Quelques exemples (1/2) Lorsqu’Hubert Guillaud, rédacteur en chef d’Internet Actu pose la question de l’utilité des humanités numériques dans un billet du blog qu’il anime sur l’édition numérique, La Feuille, il fait mouche. Après avoir montré à quel point ce secteur était en plein développement, il remarque cependant qu’il est parfois peu aisé d’en appréhender les retombées positives : « En tant que non-spécialiste, on a du mal à voir, à saisir l’apport de cette nouvelle forme de science, au-delà de ce qu’elle apporte pour le chercheur.

L’information, nouvelle forme d’impérialisme? Les campagnes d'alphabétisation numérique menées par les Etats-Unis dans de nombreux pays auraient joué un rôle dans le Printemps arabe.

L’information, nouvelle forme d’impérialisme?

Entre financement des réseaux parallèles et promotion des voix dissidentes, l'impérialisme s'exprime dans l'information. Article initialement publié sur SavageMinds et repéré par OWNI.eu ; tous les liens de l’article sont en anglais. Selon un récent article du New York Times, le département d’Etat américain dépensera 70 millions de dollars avant la fin de l’année en technologies de communication furtive pour permettre aux activistes de communiquer loin des dictateurs.

La veille comme art de vivre du futur. Ce qui est aujourd'hui un comportement d'ultra-connectés sera demain la norme si l'on souhaite avoir une vie sociale normale.

La veille comme art de vivre du futur

Voici un article qui a été publié dans l’excellent ebook : Regards croisés sur la veille (sur le blog du modérateur), qui fait intervenir plein de spécialistes pros du digital (et moi-même). Un article prospectif qui m’a donné l’occasion de poser toutes les idées concernant l’évolution de la veille digitale. Vous excuserez la longueur, cet article est fait pour être lu sur papier ou tablette.« Touff de la tribu des Görzg grimpa sur une colline. Trois jours que sa tribu et lui n’avaient rien mangé. Tous les matins, les chasseurs partaient explorer la région avec de grands cris mais revenaient bredouilles chaque soir sous les lamentations des femmes et les pleurs des enfants.

Est-ce que les médias sociaux sont une discipline ? Olivier Blanchard, dans son livre Social Media ROI, pose la question, tout comme Jean Dubarnes, sur Interaction.

Est-ce que les médias sociaux sont une discipline ?

Olivier Blanchard estime que le premier écueil à l’intégration des médias sociaux dans les organisations s’explique par la primauté de la fonction marketing sur ces nouveaux territoires d’expression. Cette conception du « tout marketing » appliquée aux médias sociaux est totalement erronée. Nous le voyons aujourd’hui, avec l’émergence de nouveaux espaces et blogs orientés « RH/Marque employeur » et « médias sociaux », à l’instar de celui de Franck La Pinta. Les médias sociaux bouleversent certes le marketing et la communication, mais pas seulement, nous dit Olivier Blanchard. Et si la génération Y n'était qu'un mythe ?

Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Jean Pierre Bouchez, professeur associé, université de Versailles-Saint-Quentin, directeur scientifique du Groupe Merlane Deux "mondes" qui observent, analysent cette fameuse génération Y, approximativement âgée de 20 à 30 ans, aboutissent à des visions pour le moins contrastées… D'une part, un "monde" regroupant une majorité d'auteurs-consultants d'ouvrages managériaux, et d'autre part quelques rares chercheurs issus du "monde académique".

Et si la génération Y n'était qu'un mythe ?

Le premier "monde" alimente quantitativement très largement ce nouvel engouement pour les jeunes Y, décrivant de manière convergente et consensuelle les caractéristiques majeures de cette génération, notamment à travers les fameux "4 I" : Interconnectés, Inventifs, Individualistes et Impatients (qui peuvent naturellement correspondre à une certaine réalité), au regard d'autres générations. L’internet, c’est fini ! - Blogs InternetActu.net. La lecture de la semaine, il s’agit d’un article paru cette semaine dans le quotidien britannique , article qui donne une interprétation tout à fait personnelle d’un événement qui a eu lieu aussi cette semaine à Austin, au Texas, la South By SouthWest Interactive Conference .

L’internet, c’est fini ! - Blogs InternetActu.net

On doit ce papier à Oliver Burkeman et il s’intitule : “The internet is over ” – “L’Internet, c’est fini”. “Si mes petits enfants me demandent un jour où j’ai compris que l’Internet, c’était terminé, écrit Oliver Burkeman, je serai en mesure de leur apporter une réponse assez précise : c’était dans un restaurant mexicain, en face du cimetière d’Austin, au Texas, alors que j’avais déjà avalé la moitié d’un Tacos. Génération Y, entre alibi et manipulation. La génération Y continue à alimenter quelques sujets, réflexions et débats malgré une perte de puissance par rapport à l’année dernière et son déferlement d’avis de spécialistes consultants, psychologues ou experts.

Génération Y, entre alibi et manipulation

Alors DRH attention la fameuse génération Y est particulière, elle ne respecte pas la hiérarchie, veut du sens, une gestion de carrière en mode accélérée, moins de distinction entre vie privée et professionnelle… Ce que je trouve incroyable c’est que l’on puisse sur une simple appartenance à une tranche d’âge attribuer autant de qualités ou défauts comportementaux à toute une catégorie de la population sans soucis de sexe, origines, diplômes, histoire personnelles, pays d’appartenance et de résidence… La stabilité de la structure d'un réseau social tient aussi à sa taille. Dans un réseau, certains membres sont parfois tentés d'avoir un comportement individualiste qui remet en cause la viabilité de la structure.

La stabilité de la structure d'un réseau social tient aussi à sa taille

Sauf si cette dernière comprend suffisamment d'individus, et qui interagissent. Les plates-formes de collaboration ont besoin d'atteindre une "masse critique" pour rester stables en cas d'attaque ou de manœuvre par un collaborateur malveillant. "Les réseaux sociaux de proximité" : Texte de l'intervention d'Antonio Casilli à la journée débat Réseau Habitat Social pour la Ville. J'aime que tu plussoies : la base de donnée, le biotope et l'écosystème. Style Hypotheses.org Ertzscheid Olivier, « Titre du billet », Affordance.info, ISSN 2260-1856.

J'aime que tu plussoies : la base de donnée, le biotope et l'écosystème

Date de publication. [En ligne] Style APA Ertzscheid, Olivier (date de publication du billet). Le rôle des amateurs (1/2) : Qu’est-ce qu’un amateur. Par Hubert Guillaud le 30/03/11 | 4 commentaires | 6,234 lectures | Impression La prolifération des plateformes participatives sur Internet suscite une implication toujours plus grande des amateurs dans la production ou le “remixage” de contenus médiatiques qui circulent et s’échangent sur le Web, qu’il s’agisse de textes, de photos, de vidéos, de fichiers musicaux, de logiciels, etc.

Le rôle des amateurs (1/2) : Qu’est-ce qu’un amateur

L’objet du colloque organisé par le Digital Life Lab de l’Institut Télécom le 18 mars 2011 (voir toutes les interventions vidéos de la journée) était justement de réfléchir aux enjeux sociaux, organisationnels et culturels suscités par la profusion des pratiques amateurs dans l’univers numérique. Qu’est-ce qu’un amateur ? Réseaux sociaux : la prolétarisation de la relation? Le bonheur des rencontres est de réveiller des idées enfouies, une de ces rencontres m'amène à découvrir les thèses d'Ars Industrialis et de son animateur Bernard Stiegler. L'une d'elle est celle de la prolétarisation de la relation.

Reprenons à notre compte cette idée que la digitalisation du monde déplace les savoirs contenus dans l'esprit et le corps vers les algorithmes et les espaces de mémoire, au risque de sa dépossession. Le phénomène n'a pas attendu les techniques numérique, il est déjà dans le livre : on sait que sa reproduction a écarté la nécessité de l'apprendre par coeur, libérant sans doute l'esprit de cet effort pour qu'il se consacre à d'autres tâches plus critique,s mais en en limitant aussi l'exégèse : difficile d'avoir l'ensemble des parties en mémoire quand on a confié sa mémoire à l'imprimé. Entreprise 2.0 > Destination web sémantique. Travaillant actuellement sur un projet de gestion sémantique de l’information, je me suis rendu compte que peu de personnes savent exactement de quoi il s’agit et que même les experts ne sont pas forcement d’accords sur la définition de cette discipline.

Web sémantique & enrichissement sémantique Il faut d’abord bien faire la différence entre la notion de web sémantique et celle d’enrichissement sémantique de l’information. Le web sémantique est une évolution coordonnée du web (lancée entre autre par le W3C), une initiative collective dans laquelle chacun à son niveau travaille pour rendre les contenus web plus intelligibles, plus accessibles par les programmes et les machines.L’enrichissement sémantique de l’information est une méthode de travail consistant à donner du sens aux fichiers/informations afin qu’elles soient traitées plus intelligemment par les machines et les applications.

Impact du social media : une étude Harvard Business Review Services Analytics. Anne rédactrice chez Mind Jumper à publié une étude d’Harvard Business Review Services Analytics autour de l’impact du social media. Cette étude concerne les sociétés et le marché américain, mais il me semble qu’il en est de même pour la France. Je vous laisse découvrir les principales idées qu’il en émane. Trois quarts (75%) des entreprises interrogées ont déclaré qu’elles ne savaient pas où la plupart de leurs clients parlaient de leur marques, de leur produit.Près d’un tiers (31%) ne mesurent pas l’efficacité des médias sociaux.Moins d’un quart (23%) utilisent les médias sociaux des outils d’analyse.• Une fraction (7%) des entreprises participantes sont en mesure d’intégrer les médias sociaux dans leurs activités de marketing.

L’intelligence collective globale ou l’avènement de l’holoptisme étendu. On entend par intelligence collective les capacités cognitives d’une communauté résultant des interactions multiples entre ses membres afin d’atteindre un objectif dans un environnement complexe. Cette définition a le mérite de la simplicité mais cette intelligence collective revêt bien des nuances qu’il est bon d’appréhender afin d’en cerner tous les enjeux et les évolutions pour la manager au mieux.

Je m’appuierai sur les travaux de Jean-François Noubel, fondateur de The Transitioner, une organisation de recherche et de développement en intelligence, conscience et sagesse collective dont je vous recommande le suivi. Dans la nature et depuis toujours, lorsque les organismes vivants s’organisent en groupes, ils créent une entité qui développe des propriétés propres qu’individuellement, chacun des organismes n’auraient pas pu développer. Sociologie des réseaux sociaux. Aujourd’hui paraît la troisième édition du livre que j’avais consacré à la Sociologie des réseaux sociaux, et dont la première édition était parue en 2004 aux Editions de la Découverte, dans la collection « Repères ». Le livre avait alors été écrit dans un contexte particulier, celui de la montée, en France comme ailleurs, de l’analyse des réseaux à la fois comme nouveau corpus de méthodes pour les sciences sociales, et aussi comme nouveau paradigme, ambitionnant d’ouvrir une troisième voie « méso-sociologique » entre le holisme et l’individualisme méthodologique, et qui a pu aussi consister à opposer les réseaux sociaux aux classes sociales.

The Myth Of Serendipity. Cours culture numérique Iut info-com] Identité numérique.