background preloader

INFOMA_agriculture

Facebook Twitter

Parc_causses_cevennes_unesco_v13.pdf - parc_causses_cevennes_unesco_v14_cle0c5e84-2.pdf. Connaître, protéger, gérer, valoriser. Un nouveau programme en faveur des milieux ouverts pastoraux méditerranéens: Programme LIFE + d'information et de communication Contexte et enjeux Les milieux ouverts pastoraux méditerranéens et subméditerranéens sont des réservoirs majeurs de biodiversité, faisant l’objet d’engagements européens de conservation, notamment par les Directives Habitats et Oiseaux (40 % des habitats naturels d’intérêt communautaire concernés, 81 espèces d’oiseaux prioritaires utilisent ces habitats).

Connaître, protéger, gérer, valoriser

Or les évaluations dirigées par l’Europe indiquent que les milieux ouverts comptent parmi les habitats les moins bien conservés avec plus de 60 % d'évaluations défavorables. Les surfaces embroussaillées ont par exemple gagné 6,5 M d’hectares en France depuis 1970. L’élevage pastoral, utilisateur de ces milieux, est reconnu comme la pratique la plus adaptée pour leur gestion. Territoire - Le Parc national des Cévennes : regain démographique pour un territoire ouvert sur l’économie environnante.

Résumé du chapitre Comme partout en France, l'agriculture a profondément évolué depuis 20 ans dans le Parc.

Territoire - Le Parc national des Cévennes : regain démographique pour un territoire ouvert sur l’économie environnante

Le nombre d'exploitations a subi une érosion de 50 %, plus particulièrement concentrée dans la zone cévenole. Mais cette baisse a été partiellement atténuée par une baisse beaucoup plus faible de la superficie agricole utilisée (SAU) qui n'a perdu que 13 % sur la même période. Cette érosion des surfaces mises en oeuvre n'est pas homogène. En Margeride, territoire aux meilleures potentialités agronomiques, la SAU est restée stable entre 1979 et 2000. Sommaire du chapitre Publication Une agriculture spécialisée dans l'élevage Le territoire du Parc national des Cévennes se compose, sur le plan agricole, de trois régions correspondant chacune à une spécialisation en matière d'élevage : Protection de la nature et gestion agricole dans le Parc national des Cévennes.

1Depuis ces dernières années, le binôme agriculture/environnement est placé au rang des actualités brûlantes – tant sur la scène politique que sur la scène scientifique – à l’échelle de l’Europe tout entière.

Protection de la nature et gestion agricole dans le Parc national des Cévennes

En témoignent : 2– l’impact et l’audience recueillies auprès des instances chargées de l’environnement et du développement agricole par le Colloque européen organisé en 1986 par la Fédération française des sociétés de protection de la nature (F.F.S.P.N.). Concilier agriculture et conservation d’un paysage de terrasses à la périphérie du Parc national des Cévennes. 1Les parcs nationaux, n’ayant pas de pouvoir réglementaire en matière de conservation de la biodiversité en dehors de leur centre, la zone périphérique tient une place ambiguë dans les enjeux des espaces protégés.

Concilier agriculture et conservation d’un paysage de terrasses à la périphérie du Parc national des Cévennes

Zone tampon, zone d’habitation et d’activité, zone de contact entre développement socio-économique et conservation de la nature, zone de valorisation du parc, zone d’accueil et d’hébergement des visiteurs : on légitime son existence par de nombreux arguments. Mais, si les fonctions potentielles de ces espaces sont multiples, l’élaboration d’un plan de gestion globale de la périphérie des parcs nationaux ainsi que la mise en cohérence entre extérieur et centre restent inachevées. La nouvelle loi sur les parcs nationaux, adoptée en avril 2006, souhaite cependant redéfinir leur rôle. Dorénavant, la rédaction d’une charte aura l’ambition de traduire « la solidarité écologique entre le cœur du parc et ses espaces environnants ». 4Programme d’aménagement 2006-2010 du PNC.

Figure 1. Parc National des Cévennes. La loi sur les parcs nationaux de 2006 introduit la possibilité que la charte du parc national réglemente spécifiquement les activités agricoles et pastorales, qui jusqu’alors s’exerçaient librement sous réserve de ne pas nuire au caractère du Parc.

Parc National des Cévennes

Toutefois, ces activités demeurent principalement soumises, et ce depuis la création du Parc, à la réglementation générale concernant les travaux. La réglementation relative aux travaux publics et privés © Guy Grégoire La réglementation relative aux zones humides Le parc national s’est également doté d’une réglementation visant à la protection des zones humides (délibération du conseil d’administration du 27 février 2007).Le captage de sources ou de suintements à usage pastoral est soumis à autorisation du directeur du parc, de même que les reprises de drains et les drainages.

Parc National des Cévennes. L’agriculture utilise un quart de la surface du cœur du Parc national.

Parc National des Cévennes

Sur les Causses, les cans et le mont Lozère, l'activité agricole se maintient, voire s'intensifie. En revanche, dans les Cévennes, sur l'Aigoual et le Bougès, le déclin des activités agripastorales se poursuit. Le mont Lozère compte de nombreuses exploitations à dominante élevage bovin allaitant ou bovin lait, des exploitations ovin viande ou encore mixtes bovin viande/ovin viande. La dynamique d’installation est assez faible, mais du fait de l’accroissement des exploitations existantes, la pression foncière est très forte. © Guy Grégoire Bœuf de race Aubrac De 1974 à 1991, sur l'ensemble du causse Méjean, le nombre d'exploitations est passé de 78 à 56, la superficie moyenne de 380 ha à 453 ha, et l'effectif moyen des troupeaux de brebis de 199 à 341 têtes.

Dans les vallées cévenoles et sur le mont Aigoual, l’activité agricole a considérablement régressé au profit de la forêt. Parc National des Cévennes. L’action du Parc en matière agricole vise prioritairement au maintien des pratiques agricoles qui permettent la gestion des surfaces à forte valeur environnementale : les landes, les parcours et les pelouses.

Parc National des Cévennes

Des surfaces le plus souvent à faible productivité. Le Parc national soutient l’élevage ovin transhumant, gage d’un maintien des milieux ouverts à forte valeur patrimoniale. Il est engagé dans une politique de contractualisation avec les agriculteurs pour les inciter à de bonnes pratiques, c’est-à-dire respectueuses des milieux naturels. © Alain Lagrave Le Parc apporte des aides ponctuelles aux agriculteurs qui peuvent prendre diverses formes : soutien financier pour l’acquisition d’installations importantes pour la conservation d’un élément de patrimoine naturel ; labellisation de produits agricoles issus de modes de production durables ; aides technique et financière pour l’insertion paysagère de bâtiments agricoles… Le soutien au pastoralisme © Guy Grégoire Bœufs de Pâques + d’infos :

Parc National des Cévennes.