background preloader

Média articles

Facebook Twitter

Biscuits Fossier. Vidéo : des biscuits au bon goût d'antan. ATELIER DES GOURMANDS - Il est, avec le champagne, l’un des emblèmes gourmands de Reims, depuis sa création en 1691, quand un boulanger rémois, voulant profiter de la chaleur du four à pain après la dernière fournée, eut l’idée de cuire deux fois son biscuit, d’où son nom "bis-cuit". Le biscuit rose de Reims fait ainsi véritablement partie du patrimoine gastronomique rémois. Aromatisé à la vanille, le biscuit rose doit sa couleur au carmin, un colorant rouge naturel ajouté à sa recette pour cacher les points noirs laissés par les gousses de vanille.

Fabriqué par la biscuiterie "Fossier" à Reims, sa texture unique est capable d’absorber son propre volume en liquide, tout en en exultant l’arôme. Charles-Antoine de Fougeroux, directeur général de la maison, nous livre les secrets de la recette. En savoir plus : voir le site Internet de la maison Fossier => Voir aussi le site de l’office de tourisme de Champagne-Ardenne Voir aussi Gourmand et boisé, découvrez le vinaigre de Reims. La Maison Fossier perpétue la tradition du Biscuit Rose de Reims - Business & Success. De 5 millions d’euros en 2004, le chiffre d’affaires desBiscuits Fossier de Reims a atteint 11 millions l’année dernière dont 10 % à l’export. Employant une centaine de salariés, cette entreprise produit 1 200 tonnes de biscuits par an. Le Biscuit Rose de Reims, un des fleurons emblématiques de la Ville des Sacres, est le plus connu des produits qui sortent de la Maison Fossier.

En France et dans le monde, cette création accompagne le champagne, entre autres vins, à l’occasion des fêtes et chez les gourmets. En plus de ses sept boutiques champenoises, de la vente en ligne et des grandes surfaces, cette entreprise veut maintenant garnir les vitrines des aéroports, accroître sa présence en Asie, notamment au Japon.

. « S’adapter à ses clients et à ses marchés » Pour ce dirigeant, « une visite comme celle-ci consiste d’abord à faire découvrir tout notre savoir-faire, ensuite à nouer des relations pour continuer à nous développer ». Entreprise du Patrimoine Vivant Charles-Antoine de Fougeroux. La biscuiterie Fossier a conquis les seniors en V.A.D. Les Biscuits Fossier s’exportent aussi en Asie - France 3 Champagne-Ardenne. Patrimoine On connaît évidement la maison Fossier pour son biscuit rose de Reims, cuit deux fois. Depuis 1756, cette biscuiterie artisanale n’à cessé de progresser et d’innover. LG, avec M-L F. Publié le 04/09/2013 | 15:55, mis à jour le 04/09/2013 | 15:57 © Isabelle Griffon - France 3 Champagne-Ardenne Le biscuit rose de Reims Fossier représente 40% de l’activité de l’entreprise.

Un secret bien gardé Savez-vous comment sont dosé cannelle, gingembre et anis dans la fabrication du pain d’épices Fossier ? Fossier s’exporte en Asie​ La politique de rayonnement permanent à travers le mécénat et l’ouverture du site au public permet à l’entreprise un développement important. Depuis peu, les biscuits Fossier sont entrés chez Harrods, ce grand magasin chic de Londres. Fossier possède le label « entreprise du patrimoine vivant », témoignage d’un savoir faire d’excellence. Voir notre reportage Les Biscuits Fossier s’exportent aussi en Asie. Biscuiterie Fossier Reims | Les magasins d'usine. Les biscuits de Reims Fossier voient l'avenir en rose grâce à l'export. La maison champenoise élargit son catalogue de produits pour partir à la conquête de l'Asie et du Moyen-Orient.

Un conteneur de biscuits roses et de sablés champenois de la maison Fossier vient de quitter Reims à destination du Japon. En février, les biscuits ­roses étaient à l'honneur pour la Saint-Valentin dans un centre commercial de Shanghaï. Fossier a récemment débarqué en Malaisie et en Corée du Sud, où il parie sur ses macarons aux amandes pour séduire les gourmets. «Nous voulons nous renforcer à l'export en ciblant l'Asie et le Moyen-Orient, où nos produits sont synonymes de qualité et de statut social», explique Charles-Antoine de Fougeroux, directeur général de Maison Fossier, qui prospecte aussi au Brésil. La conquête des marchés émergents est le nouveau pari de cette PME familiale fondée en 1756 sous Charles X, qui a atteint l'an passé 11 millions d'euros de chiffre d'affaires. Projets de boutiques à Paris et dans les aéroports.