background preloader

Neurosciences-Apprentissage

Facebook Twitter

Andragogie - apprendre adulte

Sexe, argent : des zones cérébrales spécifiques à chaque « plaisir » Dans notre quotidien, nous sommes fréquemment confrontés à divers types de « récompenses » : un billet de 20 €, un carré de chocolat ou un bon vin... De plus, nous devons bien souvent faire des choix entre elles ou les échanger les unes contre les autres. Pour ce faire, il est important de pouvoir comparer leur valeur relative sur une même échelle, ce qui laisse supposer qu'elles sont traitées dans des régions cérébrales communes. De plus, il est possible que ces récompenses, en raison de leurs particularités propres, sollicitent parallèlement des zones du cerveau bien distinctes.

Plus particulièrement, il pourrait exister une dissociation entre les récompenses dites « primaires » (comme la nourriture ou le sexe qui satisfont aux besoins vitaux et ont une valeur innée) et celles plus « secondaires » (comme l'argent ou le pouvoir qui ne sont pas indispensables à la survie et ont une valeur qui s'apprend par association avec des gratifications primaires). © Sescousse / Dreher Références :

Le plaisir fait-il nos choix ? M. Steeve Buosi. Professeur de philosophie en CPGE. Lycée Europe Itecboisfleury, Corenc/Grenoble. Les processus décisionnels sont-ils purs de toute émotion ? Le plaisir est défini traditionnellement comme une sensation agréable. Nous ressentons du plaisir après avoir fait un bon repas, lu un bon livre … Le plaisir suit l’activité ou lui est associé comme un supplément. Le Trésor de la langue française informatisé le désigne comme un : « État affectif agréable, durable, que procure la satisfaction d’un besoin, d’un désir ou l’accomplissement d’une activité gratifiante ». Les psychologues classent généralement les émotions en deux catégories[1] : les émotions primaires et les émotions secondaires.

Au niveau de certains modèles au sein des sciences cognitives le plaisir trouve parfois une place toute différente. Un neuroscientifique comme Antonio Damasio fera, quant à lui, du plaisir une émotion tout à fait singulière car induite par le comportement (et non l’inverse). Test. Quel est votre style de résolution de problème ? MBTI et Socionics. Jean. Des outils pour s'organiser - Les Amphis de France 5. Des outils pour s'organiser L'originalité et l'efficacité de ce cours résident dans l'utilisation des outils et techniques d'organisation utilisés couramment par les personnels de l'entreprise lors de la mise en place des démarches qualité dans les entreprises pour les appliquer à des situations d'apprentissage. Ces outils et techniques doivent permettre de définir, de cerner et d'analyser une situation pour déterminer l'action à tenir.

Ils sont aisément transposables dans les pratiques quotidiennes de l'étudiant. Voir l'ensemble des programmes de la collection "des méthodes pour apprendre" : La gestion du temps Générique Emission conçue et préparée par Régine Acquier, Université de Montpellier 1. Revue de Sèvres : « le plaisir et l’ennui à l’école » | VousNousIls.

"Le plai­sir et l'ennui à l'école": un titre et une revue par­ti­cu­liè­re­ment pas­sion­nants pour tous ceux qui se ques­tionnent sur l'éducation. Laurence Cornu intro­duit la pré­sen­ta­tion de la revue en indi­quant que ce qui compte glo­ba­le­ment dans un par­cours d'élève, c'est la "qua­lité de l'expérience scolaire". Mais est-ce que tout est mis en œuvre pour la favo­ri­ser dans les établis­se­ments sco­laires et au quo­ti­dien dans les classes dans le cadre des apprentissages ? Le lieu où l'ennui se fait le plus res­sen­tir quels que soient les pays est le col­lège, indique dans la revue l'article de Mona Ozouf. Mona Ozouf s'intéresse aussi au plai­sir à l'école, ou plu­tôt aux plai­sirs, qui peuvent être très divers : retrou­ver ses cama­rades, voir des affiches au mur etc.

Laurence Cornu note aussi qu'il y a à l'école un "bon ennui", néces­saire, celui de la matu­ra­tion, du rêve. Comparaisons dans le monde Au Sénégal par exemple, l'obtention d'un diplôme est une grande fête. Le stress. LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! La mémoire sensorielle est cette mémoire automatique, fruit de nos capacités perceptives, s'évanouissant généralement en moins d'une seconde. On y connaît deux sous-systèmes : la mémoire iconique de la perception visuelle et la mémoire échoïque de la perception sonore.

La mémoire à court terme dépend de l'attention portée aux éléments de la mémoire sensorielle. Elle permet de garder en mémoire une information pendant moins d'une minute environ et de pouvoir la restituer pendant ce délai. Typiquement, elle est utilisée dans une tâche qui consiste à restituer, dans l'ordre, une série d'éléments qui viennent d'être énoncés. En général, nos facultés nous permettent de retenir entre 5 et 9 éléments (ou, comme on l'entend souvent, 7±2). La mémoire de travail est une extension plus récente au concept de mémoire à court terme. L'encodage vise à donner un sens à la chose à remémorer. Une information, même bien encodée, est toujours sujette à l'oubli. Apprendre à apprendre à l'école. Les outils de l'apprendre à apprendre | PedagoGeeks. Le WebZine de l'innovation pédagogique en éducation, formation et orientation professionnelle.

Vous êtes ici : PedagoGeeks. Le WebZine du social learning et de l'innovation pédagogique » Accompagnement pédagogique » Apprendre à apprendre… oui mais avec quels outils ? Au hasard...La norme SCORM des plateformes d’e-learning en (presque) clairBy PedagoGeeks - juillet 18 2011 02:18 La norme SCORM qui est plutôt une spécification, un standard ...Infographie – What’s Social LearningBy PedagoGeeks - janvier 23 2012 06:51 Infographie qui présente de manière succincte le concept de Social ...Les blogs pour le développement de l’employabilitéBy PedagoGeeks - juillet 1 2011 07:02 Cet article fait suite aux différents posts sur ce site ...Apprendre à apprendre : synthèse de Francis Tilman et Dominique GrootaersBy PedagoGeeks - août 31 2011 04:54 Vous trouverez ici une copie d'un article publié sur le ...Progressions pédagogiques en spiraleBy PedagoGeeks - janvier 27 2012 05:57 D’une manière générale, l'objet de la progression est d'établir le ...

Télécharger la carte créée avec Xmind Zemanta. LA BAULE COACHING. Notre mémoire est-elle extensible ? Inte... Coaching : une possible méthode de P.E.R.F.O.R.M.A.N.C.E.© Il est souvent parlé de techniques ou d’outils du coach. Ils sont certes (plus ou moins) importants dans l’accompagnement, mais, ni plus ni moins que des méthodes. La méthode, je le rappelle, désigne l’idée de « chemin vers ». La performance est souvent synonyme de réussite, de résultat observable, d’action, de force même. Pourtant, la performance s’inscrit (me semble-t-il) dans un processus complexe. Il serait réducteur de considérer toute cette complexité dans ce qui va suivre.

Cependant, en réalisant cet acrostiche à partir de ce terme, PERFORMANCE, j’ai tâché d’en appréhender les (possibles) contours. Je demanderai ainsi au lecteur de le considérer comme il se doit : un chemin vers, qui ne cherche pas expliquer, mais peut-être plus « appréhender ». Dans le cadre d’un accompagnement en vue de réaliser une P.E.R.F.O.R.M.A.N.C.E., voici comment je m’y prends : P / Possible : ou du moins « un possible ».

R/ Réalité : la réalité est ce qui se rapporte aux choses. Yves Richez. Récupéré: Psychologie/Neurosciences.