background preloader

Payer ses impôts

Facebook Twitter

Relaxe totale pour les Faucheurs de Chaises : victoire contre l’évasion fiscale ! Dax, le lundi 23 janvier 2017 – A 13h30 aujourd’hui, le tribunal de Dax a confirmé la relaxe totale pour Jon Palais, premier Faucheur de chaises à être passé en jugement.

Relaxe totale pour les Faucheurs de Chaises : victoire contre l’évasion fiscale !

Evasion fiscale : la justice française reste timorée envers les banques. La justice française a condamné jeudi la banque Reyl à 1,8 million d’euros d’amende dans l’affaire Cahuzac, une pénalité très faible au regard de ce qui se pratique outre-Atlantique ou à Bruxelles.

Evasion fiscale : la justice française reste timorée envers les banques

LE MONDE | • Mis à jour le | Par Mathilde Damgé La banque suisse Reyl & Cie a été condamnée jeudi 8 décembre par la 32e chambre du tribunal correctionnel de Paris à une amende de 1,875 million d’euros pour blanchiment de fraude fiscale et pour avoir participé activement à la dissimulation des avoirs de l’ex-ministre du budget Jérôme Cahuzac (lui-même a été condamné à trois ans de prison ferme). Une pénalité extrêmement faible si on la compare aux récentes amendes infligées par les autres autorités de régulations dans le monde. Les gendarmes américain, britannique ou suisse ont la main beaucoup plus lourde si l’on regarde la moyenne des amendes auxquelles ont été condamnées des institutions financières pour des accusations d’évasion fiscale. Theconversation. Lors de sa campagne pour la présidentielle de 2012, le candidat François Hollande prenait 60 engagements pour la France.

theconversation

Parmi ces engagements il y avait celui de faire une grande réforme fiscale. Il figurait au n° 14 : « La contribution de chacun sera rendue plus équitable par une grande réforme permettant la fusion à terme de l’impôt sur le revenu et de la CSG. Une part de cet impôt sera affectée aux organismes de sécurité sociale. Les revenus du capital seront imposés comme ceux du travail ». Même si la fiscalité des revenus du capital a été alignée sur celle du travail, ce qui ne va pas sans poser de questions compte tenu de la survivance de l’ISF, la grande réforme fiscale n’a pas eu lieu malgré l’insistance de Jean-Marc Ayrault, le premier ministre de l’époque (2012-2014). Chacun le sait, la CSG, imaginée par Michel Rocard et créée par la loi de finances pour 1991, est un impôt destiné à participer au financement de la protection sociale. Theconversation. Le 5 juin 2016, les Suisses voteront pour ce qui pourrait bien être une véritable révolution dans notre société : l’instauration d’un revenu universel.

theconversation

Il s’agit en réalité d’une idée déjà ancienne, défendue notamment par un Américain, prix Nobel d’économie en 1976, Milton Friedman. Dès 1969 c’est, d’après l’économiste, la solution pour éradiquer la grande pauvreté : on ne touche pas à l’équilibre de répartition des richesses, tel qu’il est produit par le capitalisme, mais on procure à tous un revenu minimum de subsistance afin de sortir de l’insupportable, qu’il n’y ait enfin plus personne qui crève de faim dans une société aussi riche.

On retrouve cette idée dans Utopia de Thomas More (en 1516 !) Ou défendue par le révolutionnaire américain Thomas Paine, le français Charles Fourier, le mathématicien Bertrand Russell ou l’anglais James Meade (également prix Nobel, en 1977). En 2013, le prix Nobel d’économie Paul Krugman se prononce à son tour en faveur d’un revenu de base. #PanamaPapers : les sociétés offshore expliquées par @AFPgraphics #AFP. Le jeu des fraudeurs - Évasion fiscale, le hold-up du siècle.

Des fuites sans précédents ont permis à de nombreux gouvernements d’engager des poursuites contre des fraudeurs ayant dissimulés de l’argent dans les paradis fiscaux.

Le jeu des fraudeurs - Évasion fiscale, le hold-up du siècle

À quoi servent les impôts ? Déchiffrage n° 3 : Les impôts ou le prix de la démocratie" - Générique - ARTE. Comment Google échappe à l'impôt - Déchiffrage - ARTE. Les impôts contre les inégalités - Déchiffrage - ARTE. L'impôt sur le revenu réduit de moins en moins les inégalités - Déchiffrage - ARTE. Les impôts, le prix de la démocratie - Déchiffrage - ARTE. Les dépenses sociales expliquent les différences de niveaux d'impôts - Déchiffrage - ARTE. Tout comprendre sur l'impôt - Déchiffrage - ARTE. Societal 33 13 leherissel dossier.

A quoi servent nos impôts ? Ecoles, routes, hôpitaux, police…, impôts et cotisations sociales permettent le fonctionnement des services indispensables à la vie de notre société.

A quoi servent nos impôts ?

Tous les responsables politiques semblent d'accord: il faut baisser les impôts. Qui s'en plaindrait? Et pourtant, sauf à accroître encore les déficits publics, et donc la dette, diminuer l'impôt suppose de réduire les missions de l'Etat ou de la protection sociale. À quoi servent nos impôts ? Qu'ils soient imposables ou non, tous les Français acquittent des impôts !

À quoi servent nos impôts ?

En présentant les nouveautés de la déclaration 2014, Michel Sapin, ministre des Finances vient de détailler où seront affectées les sommes perçues. En schématisant, les impôts servent à financer l'État et ses structures : les écoles, les infrastructures, la sécurité ... Des secteurs payés en grande partie, par les contribuables par le biais des impôts directs tels que l'impôt sur le revenu ou la taxe d'habitation, et les impôts indirects comme la TVA. Pour 299 milliards de recettes générées, l'État prévoit en 2014 de dépenser 381 milliards au titre des missions du budget général et des prélèvements. La différence, 82 milliards d'euros, constitue le déficit du budget général. En 2014, les 380 milliards d'euros du budget seront affectés de la manière suivante : Stéphanie Alexandre Lire aussi : Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon : « Les paradis fiscaux, création de la classe dominante. Pourquoi écrire ce livre maintenant ?

Monique Pinçon-Charlot et Michel Pinçon : « Les paradis fiscaux, création de la classe dominante 

N’est-ce pas un livre de plus sur la fraude fiscale ? Monique Pinçon-Charlot Notre objectif n’était pas de faire un énième livre sur l’évasion fiscale. Nous avions le projet de faire un livre sur la classe dominante dans sa dimension oligarchique d’aujourd’hui. Car c’est notamment avec l’arme de la fraude fiscale que cette classe asservit les peuples. L’idée du livre est partie d’une espèce de colère.