background preloader

Etre italien après 1945, projet Blois

Facebook Twitter

‎Le Nouvel Esprit Public : l'Italie (#44) sur Apple Podcasts. L'Italie (#44) Le gouvernement populiste et europhobe au pouvoir en Italie, doit son succès en partie à la précarité économique d’une Italie divisée entre un Nord prospère et un Sud miné par le chômage et la fuite des jeunes.

‎Le Nouvel Esprit Public : l'Italie (#44) sur Apple Podcasts

Accents d’Europe – Italie: nouveau bras-de-fer sur l’immigration – Euradio. En Italie, la guerre contre l’arrivée de migrants est déclarée depuis un an; quand le pays a décidé de fermer ses ports aux navires humanitaires portant assistance aux migrants en mer.

Accents d’Europe – Italie: nouveau bras-de-fer sur l’immigration – Euradio

Décision du gouvernement de coalition des populistes du Mouvement 5 étoiles et de la Ligue, d’extrême droite. Et presque à chaque bateau qui approche des côtes, la bataille reprend entre le ministre de l’Intérieur Matteo Salvini et les ONG. Car, malgré l’annonce officielle, les arrivées se poursuivent. Mais désormais, Matteo Salvini a une arme de plus, son nouveau décret sécurité, « sicurezza bis », Franceline Beretti. Les Régions entre Nations et Europe : l’Italie.

1Le modèle régional italien a longtemps été original en Europe, car à mi-chemin entre le modèle centraliste incarné par la France et le modèle fédéral des Länders allemands (Mazzega, Musitelli, 1981).

Les Régions entre Nations et Europe : l’Italie

Les Régions italiennes ont un pouvoir législatif, mais sans disposer pour l’heure d’une représentation au niveau central, hormis la Conférence des gouverneurs de Région ; en outre le domaine de compétence que leur assignait la Constitution de 1948 était à l’origine étroit. 2La régionalisation est à nouveau à l’ordre du jour depuis le début des années 1990. Cet « acte II » de la régionalisation italienne déconcerte les Européens, et bien souvent les Italiens eux-mêmes, par sa confusion. Le nouveau visage du nationalisme européen. Ceux que l’on appelle les nationalistes défendent leur nation comme étant un principe sensé qui régit tout.

Le nouveau visage du nationalisme européen

La plupart d’entre eux ne semblent pas être opposés à une construction européenne. Cependant, la nuance est de mise : les nationalistes ne sont pas non plus pour un approfondissement de cette construction. De ce point de vue là, il existe une différence notoire entre les nationalistes et ceux qu’on pourrait appeler les « européistes » ou les pro-européens. Quel est l’impact de l’immigration sur la montée nationaliste au sein de l’UE ? Du Royaume-Uni à l’Italie en passant par l’Autriche et d’autres pays européens, les résultats des récentes élections ont montré que les partis populistes et nationalistes séduisent de plus en plus d’électeurs.

Quel est l’impact de l’immigration sur la montée nationaliste au sein de l’UE ?

Même si chaque parti a sa spécificité, beaucoup entre eux critiquent le processus d’intégration des pays au sein de l’Union européenne (UE). Plus précisément, ils considèrent la construction de l’UE comme une restriction de la souveraineté nationale, et nombreux partagent une vision hostile à l’immigration. Face au contexte politique actuel, dans quelle mesure les flux migratoires sur les derniers dix ans favorisent-ils la montée des partis nationalistes ? Débat : La criminalisation de la solidarité aux migrants, miroir d’une Europe « prohibitionniste » Une Europe sous l’influence de forces populistes encore désunies. La perspective des prochaines élections européennes nourrit deux approches différentes.

Une Europe sous l’influence de forces populistes encore désunies

D’un côté, pour certains observateurs ou acteurs politiques, à l’instar de la République en marche en France, un spectre hante l’Union européenne : celui du populisme. Tout doit être mis en œuvre pour éviter cette catastrophe qui se profile. Davantage, des comparaisons avec les années 30, plus que douteuses d’un point de vue historique, sont parfois mobilisées pour dramatiser l’enjeu présent. « Astérix et la transitalique » : peuples, nationalismes et construction européenne. Le droit et la bande dessinée ne s’ignorent pas !

« Astérix et la transitalique » : peuples, nationalismes et construction européenne

La fantaisie du neuvième art permet, par exemple, de se référer aux deux volumes de chroniques diplomatiques de Quai d’Orsay, abordant les débats au Conseil de sécurité de l’ONU ayant précédé l’intervention américano-britannique en Irak en 2003, aux aventures de Tintin (Le Lotus bleu et la tribune de la Société des Nations) ou bien encore à celles d’Astérix le Gaulois. Dans l’album Astérix chez les Helvètes, les Gaulois se cachent ainsi dans le Palais des Conférences internationales, allusion au Palais des Nations de l’ONU à Genève. Le 37e album des aventures d’Astérix et Obélix, Astérix et la transitalique, a pour thème une course de chars à laquelle participent les deux irréductibles Gaulois, avec pour adversaires une dizaine d’équipages représentant les peuples de l’époque – romains, italiques et barbares.

Rome à cinq étoiles, un problème urbain. Lors du second tour des élections municipales, dimanche 19 juin, Virginia Raggi, du mouvement anti-partis 5 étoiles (5S), a surclassé le démocrate Roberto Giachetti, soutenu par le chef du gouvernement Matteo Renzi.

Rome à cinq étoiles, un problème urbain

La surprise pour cette juriste de 37 ans fut si grande qu’elle ne parvint même pas à la dissimuler. La gagnante va devoir maintenant relever l’incertain pari de ressusciter une administration prostrée depuis le spectaculaire échec des trois maires précédents, le népotisme et la corruption ayant érodé l’audience de la gauche comme celle de la droite avant d’aboutir à une paralysie mortelle. La presse a souvent souligné la nature anti-Renzi du vote en faveur du mouvement 5 étoiles, ainsi que ses alliances douteuses avec toutes sortes de formations anti-partis, y compris de droite extrême. Au plan national, les maires contraints d’aller au second tour ont été un tiers de plus qu’aux élections précédentes. Mafia capitale. L’Italie, nouveau laboratoire de l’« orbanisation » de l’Europe. Un tremblement de terre gronde à Rome !

L’Italie, nouveau laboratoire de l’« orbanisation » de l’Europe

L’improbable se dénoue donc : l’accouchement d’un accord de gouvernement coalisant le Mouvement 5 étoiles (M5S) et la Ligue (Lega). Le nom du chef du gouvernement fait encore l’objet de tractations serrées entre les chefs de ces deux formations et le président de la République, Sergio Mattarella. La nomination du premier ministre puis, sur proposition de ce dernier, du gouvernement est en effet une des prérogatives constitutionnelles du président de la République italienne. Pour ce faire, Sergio Mattarella demande des garanties à ses interlocuteurs, notamment sur le respect des engagements européens de l’Italie. Si, formellement, rien n’est encore acté, tant les formations populistes sont atypiques et susceptibles de changements de pied, les Italiens s’attendent à ce que ces ultimes négociations débouchent sur un gouvernement de coalition totalement inédit entre le Mouvement 5 étoiles et la Ligue.

Comment l’Union européenne est devenue un problème en Italie. En Italie, la crise politique aura été de courte durée : moins d’une semaine.

Comment l’Union européenne est devenue un problème en Italie

Un violent clivage sur l’Union européenne en fut la cause : le président Mattarella refusait de nommer Paolo Savona, un économiste notoirement opposé à la monnaie unique européenne et germanophobe, à la tête du ministère de l’Économie au sein d’un gouvernement antisystème 5 étoiles–Ligue. Paolo Savona devrait finalement être chargé des Affaires européennes, sous la tutelle paradoxale d’un ministre des Affaires étrangères apprécié à Bruxelles : Enzo Moavero Milanesi. Quelques sources Cairn. RIPC 154 0619. Qui gouverne l'Italie ? Le système politique italien peut parfois faire figure en France de contre-modèle. Celui d'un pays au bicaméralisme instable, largement divisé entre le Nord et le Sud, dont certains gouvernements ont entretenu des liens avec la mafia ; un régime longtemps dominé par Silvio Berlusconi dont le nom a donné naissance à une évolution vers le pire en politique. Mais on aurait tort de se limiter à ces stéréotypes. L'Italie constitue depuis le début de la République en 1946 un laboratoire politique fascinant : celui d'un pays largement décentralisé, donnant à ses provinces un pouvoir fort et autonome ; un système parlementaire strict méfiant vis-à-vis d'un pouvoir exécutif trop fort ; un pays qui cultive enfin une conception exigeante de la démocratie avec l'un des systèmes de primaires les plus développés au monde ou encore une véritable politique de référendum à tous les niveaux de décision.

Connait-on encore l'Italie ?